Changer d'édition

Après l'attaque terroriste à Berlin: «C'est pas ici qu'une telle chose pourrait se passer»
Luxembourg 3 min. 21.12.2016

Après l'attaque terroriste à Berlin: «C'est pas ici qu'une telle chose pourrait se passer»

"La police est partout et on n'a pas peur. De toute façon, le Luxembourg n'a pas d'armée en Syrie et le pays n'est pas visé".

Après l'attaque terroriste à Berlin: «C'est pas ici qu'une telle chose pourrait se passer»

"La police est partout et on n'a pas peur. De toute façon, le Luxembourg n'a pas d'armée en Syrie et le pays n'est pas visé".
Guy Wolff
Luxembourg 3 min. 21.12.2016

Après l'attaque terroriste à Berlin: «C'est pas ici qu'une telle chose pourrait se passer»

Virginie ORLANDI
Virginie ORLANDI
Deux jours après l'attaque terroriste à Berlin, quelle est l'ambiance des marchés de Noël de la capitale? Des forains nous racontent comment s'est passée la journée de mardi entre deuil et nouvelles mesures de sécurité le long des marchés de Noël, place de la Constitution et du Knuedler.

Par Virginie Orlandi

Deux jours après l'attaque terroriste à Berlin, quelle est l'ambiance des marchés de Noël de la capitale? Des forains nous racontent comment s'est passée la journée de mardi entre deuil et nouvelles mesures de sécurité le long des marchés de Noël, place de la Constitution et du Knuedler.

C'est sous le ciel maussade de décembre que les premiers forains installent ce mercredi matin leurs chalets au marché de Noël de Luxembourg-Ville. Il est près de 10 heures et quelques badauds arpentent les allées où plusieurs guérites sont encore fermées.

"Les touristes sont toujours au rendez-vous", ironise un homme en train de préparer son grill pour le coup de feu de midi avant d'ajouter le nez dans son écharpe, "c'est pas au Luxembourg qu'une telle chose pourrait se passer".

Le marchand fait allusion à l'attaque terroriste qui s'est déroulée ce lundi dans un marché de Noël du centre de Berlin faisant au moins 12 morts et 48 blessés. Il a déjà connu les attentats de Paris et préfère ne pas trop se remémorer l'ambiance de l'année dernière.

"Les attentats de Paris venaient juste de se dérouler lorsque nous nous sommes installés pour le marché de Noël", raconte-t-il. "Nous n'étions pas du tout rassurés et l'ambiance n'était pas à la fête. C'est pour ça que cette année, nous avons opté pour le Luxembourg".

L'homme et toute son équipe sont d'origine allemande et ils sont choqués de ce qui s'est passé dans leur pays.

"Mais ici, on se sent en sécurité, même sans les gros blocs de béton qui ont été installés hier", ajoute-t-il.

Un sentiment partagé

Das Brezelhaus, Goldene Stern ou Hawaï Fruchte, tout le monde s'accorde sur une chose: l'ambiance bon enfant du marché de Noël n'a pas changé depuis l'attaque de Berlin.

"On a travaillé normalement pour un jour de semaine, les gens sont venus se restaurer de la même manière et personne n'a parlé de ce qui s'est passé en Allemagne", explique une dame qui installe son stand chaque année au Luxembourg.

Les touristes qui se promènent au pied de la Gëlle Fra partagent ce sentiment: "La police est partout et on n'a pas peur. De toute façon, le Luxembourg n'a pas d'armée en Syrie et le pays n'est pas visé".

"Nous étions prêts au cas où ça recommencerait"

Du côté du collège échevinal, on est plus circonspect. Ce mercredi matin, Lydie Polfer a donné quelques précisions sur les mesures de sécurité qui ont été installées en urgence hier.

"Il y a des blocs de béton le long de la place de la Constitution, au Knuedler et avenue de la Liberté et ils resteront là tant qu'il y aura des animations pour les fêtes de fin d'année", a expliqué la bourgmestre.

Le Knuedler on Ice restant en place jusqu'au 8 janvier, les parpaings resteront jusqu'à cette date.

"La soirée du réveillon se déroulant également sur la place Guillaume, tout est fait pour protéger la population. Pour la Schueberfouer, de telles mesures avaient déjà été mises en place le long du boulevard de la Foire", précise Lydie Polfer.

Alors pourquoi ne pas avoir installé les blocs de béton dès le début des festivités?

"Nous étions sous le choc de l'attaque terroriste de Nice au moment de la Schueberfouer et nous n'imaginions pas que ça allait recommencer pour Noël mais tout était prêt au cas où. La preuve: tout a été installé en quelques heures".



Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet