Changer d'édition

Après l'accident ferroviaire à Bettembourg: Le déblaiement a commencé, des questions demeurent
Luxembourg 20 15.02.2017

Après l'accident ferroviaire à Bettembourg: Le déblaiement a commencé, des questions demeurent

Luxembourg 20 15.02.2017

Après l'accident ferroviaire à Bettembourg: Le déblaiement a commencé, des questions demeurent

Un jour après l'accident ferroviaire de Bettembourg, des questions demeurent toujours en suspens quant à l'origine de la collision mortelle. Les systèmes de sécurité ont-ils échoué? Le système sécurisé Memor II+ est-il insuffisant? Le déblaiement de la scène, qui est en cours, permettra aux enquêteurs d'en savoir un peu plus.

(TJ trad. SW) - Un jour après l'accident ferroviaire de Bettembourg, des questions demeurent toujours en suspens quant à l'origine de la collision mortelle. Les systèmes de sécurité ont-ils échoué? Le système sécurisé Memor II+ est-il insuffisant?

Le déblaiement des deux trains accidentés, toujours en cours ce mercredi, permettra aux enquêteurs d'avoir une analyse davantage détaillée et des données plus pertinentes.

Le directeur général des CFL, Marc Wengler, a souligné dans une interview à RTL mercredi matin, qu'on ne «pouvait dire avec certitude ce qui a conduit à la collision mortelle»

Les données telles que les vitesses à laquelle circulaient les véhicules ont été saisies par les enquêteurs et seront analysées par un expert.

Il paraît certain, cependant, que le signal à la sortie de Bettembourg indiquait un arrêt, et que par conséquent, le système de sécurité Memor II+ aurait dû ralentir le train dès le pré-signal, à une vitesse d'environ 60km/h. Mais cela n'a pas fonctionné mardi.

Comment le train a-t-il pu passer ce signal d'arrêt sans que le système de freinage ne se mette en route? Pourquoi le système Memor II+ n'a-t-il pas fonctionné? C'est la grande question que se posent les enquêteurs.

A Bettembourg, le déblaiement continue: ce mercredi matin, une grue a été aménagée sur les lieux de l'accident. Elle permet de soulever la locomotive électrique de 90 tonnes qui avait complètement percé le wagon de tête qui venait en sens inverse.

C'est uniquement lorsque cette action sera réalisée que les deux trains seront complètement séparés. La nuit dernière, une partie des wagons accidentés ont été déposés sur une voie parallèle.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Collision ferroviaire en 2017: 14 défaillances déjà avant l'accident
Ce lundi, l'administration des enquêtes techniques a publié un rapport intermédiaire dans l'enquête concernant la collision mortelle entre un train CFL et un train de marchandises le 14 février 2017. C'est bien le système Memor II+, présent au sol, qui n'a pas fonctionné. Mais ce n'était pas la première fois.
C'est bien le système Memor II+, actif à bord des deux trains, qui est à l'origine de l'accident.
Accident de trains de Bettembourg: Une défaillance technique et humaine à l'origine de la collision
Les circonstances précises restent à définir mais les causes de la terrible collision survenue le 14 février 2017 entre un TER à destination de Thionville et un train de marchandises à Bettembourg et qui a lourdement perturbé le trafic ferroviaire entre Thionville et le Luxembourg sont connues. Le conducteur du TER «n'a pas réagi au signal lumineux» et a déclenché le freinage d'urgence trop tard. Et le TER n'a pas reçu l'impulsion venant de la voie qui aurait dû déclencher le freinage.
La collision entre le train de voyageurs des CFL (TER 88807) à destination de Thionville et un train de marchandises avait fait un mort (le conducteur du TER) et deux blessés
Au moins un mort dans une collision frontale entre deux trains
Près de Bettembourg, mardi matin vers 8h45, un train de marchandises en provenance de France a percuté de plein fouet un train de voyageurs qui venait de Luxembourg. Une personne est décédée, deux autres ont été blessées, une quatrième est recherchée.
Zugunglück Dudelange,Foto:Gerry Huberty