Changer d'édition

Après Facebook, au tour de LinkedIn de fuiter
Luxembourg 2 min. 09.04.2021

Après Facebook, au tour de LinkedIn de fuiter

Après Facebook, c'est au tour de LinkedIn de devoir affronter une exploitation non souhaitée des données de ses utilisateurs. A ce jour, aucune information sur le nombre de comptes luxembourgeois n'a été donnée.

Après Facebook, au tour de LinkedIn de fuiter

Après Facebook, c'est au tour de LinkedIn de devoir affronter une exploitation non souhaitée des données de ses utilisateurs. A ce jour, aucune information sur le nombre de comptes luxembourgeois n'a été donnée.
Photo: dpa
Luxembourg 2 min. 09.04.2021

Après Facebook, au tour de LinkedIn de fuiter

Jean-Michel HENNEBERT
Jean-Michel HENNEBERT
Quelques jours après l'annonce du piratage de quelque 530 millions de comptes du réseau social créé par Mark Zuckerberg, c'est au tour du site dédié aux réseaux professionnels de connaître des difficultés. La CNPD indique que seules «des données publiquement disponibles» sont concernées.

A en croire le site CyberNews, 500 millions d'utilisateurs de LinkedIn verraient leurs données mises aux enchères sur des forums dédiés aux hackers. Outre les noms et prénoms, la fuite concernerait également les adresses mail, le numéro de téléphone et les liens vers d'autres réseaux sociaux. Autant d'éléments exploitables pour mener de futures campagnes de phishing ou de spam, voire des opérations d'usurpation d'identité. 


ARCHIV - 03.11.2015, Großbritannien, London: Eine Frau steht mit ihrem Smartphone unter dem Facebook-Schriftzug. Facebook prescht im Geschäft mit VR-Brillen mit einer deutlichen Preissenkung vor. Das neue Modell der Brille Oculus Quest, die ohne einen zusätzlichen Computer auskommt, wird in den USA 299 Dollar kosten - 100 Dollar weniger als die Vorgängerversion, wie Facebook am Mittwoch ankündigte. Foto: Niall Carson/PA Wire/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
La fuite des données Facebook date d'au moins deux ans
La commission nationale pour la protection des données a apporté quelques explications sur la fuite de données Facebook constatée au Luxembourg et dans le monde. Le piratage des quelque 533 millions de profils aurait eu lieu entre juin 2017 et avril 2018.

Dans un communiqué publié vendredi matin, la CNPD indique avoir été informée «par son homologue irlandais» de cette attaque, en précisant que «la question de savoir combien de comptes luxembourgeois sont concernés a été transmise». Sans pour autant apporter de réponse à ce stade. Selon les informations publiées vendredi, les données en circulation «étaient 'publiquement disponibles' sur le réseau et le cas échéant combinées avec des données en provenance d'autres fuites», indique l'instance luxembourgeoise en charge de la protection des données. 

Selon LinkedIn, propriété de Microsoft, «les numéros de téléphone inclus dans le set de données», proviendraient de l'«agrégation de données provenant d’un certain nombre de sites web et d’entreprises». Encore une fois, sans aucune précision supplémentaire. Seul le fait que les pirates ne se sont pas introduits dans les bases de données de l'entreprise a été communiqué, les attaquants ayant eu recours à la technique du «scrapping» qui consiste à se faire passer comme un utilisateur légitime pour copier de manière automatisée un très grand nombre d’informations.


Le ransomware, ce «grand gagnant de l'année 2020»
Parmi les effets collatéraux de la pandémie de covid-19, la hausse spectaculaire des cyberattaques au Luxembourg figure en bonne place. Avec la particularité que leur impact sur l'activité des entreprises aura été important, les hackers profitant notamment de faiblesses liées au télétravail.

A noter que cette annonce intervient au lendemain d'une mise en garde officielle concernant des données liées à 533 millions de comptes Facebook. Dans son communiqué, la CNPD réitère donc ses conseils et demande notamment aux utilisateurs de «partir du principe qu'il est plus probable que votre compte est concerné que l'inverse» et donc d'être «particulièrement attentifs» quant aux demandes liées à vos mots de passe, numéro de téléphone ou adresses e-mail.

Selon les données du Computer incident response center Luxembourg (Circl), le phishing reste largement la principale technique utilisée par les pirates. Une situation qui devrait encore perdurer, puisque basée «sur l'erreur humaine». En décembre 2020, près de huit attaques recensées sur dix au Luxembourg concernaient cette méthode.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

La fuite des données Facebook date d'au moins deux ans
La commission nationale pour la protection des données a apporté quelques explications sur la fuite de données Facebook constatée au Luxembourg et dans le monde. Le piratage des quelque 533 millions de profils aurait eu lieu entre juin 2017 et avril 2018.
ARCHIV - 03.11.2015, Großbritannien, London: Eine Frau steht mit ihrem Smartphone unter dem Facebook-Schriftzug. Facebook prescht im Geschäft mit VR-Brillen mit einer deutlichen Preissenkung vor. Das neue Modell der Brille Oculus Quest, die ohne einen zusätzlichen Computer auskommt, wird in den USA 299 Dollar kosten - 100 Dollar weniger als die Vorgängerversion, wie Facebook am Mittwoch ankündigte. Foto: Niall Carson/PA Wire/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Le ransomware, ce «grand gagnant de l'année 2020»
Parmi les effets collatéraux de la pandémie de covid-19, la hausse spectaculaire des cyberattaques au Luxembourg figure en bonne place. Avec la particularité que leur impact sur l'activité des entreprises aura été important, les hackers profitant notamment de faiblesses liées au télétravail.
Nouvelle fuite de données chez Facebook
Des numéros de téléphone liés à plus de 400 millions de comptes se sont retrouvés stockés en ligne, à la merci d'une utilisation malveillante, dernière violation en date du groupe américain en matière de protection des données personnelles, a rapporté mercredi le site TechCrunch.
(FILES) In this file photo taken on November 4, 2016, the Facebook sign and logo is seen in Menlo Park, California. - Facebook said technology firms and US officials met at its Silicon Valley headquarters on September 4, 2019, to collaborate on protecting next year's presidential election from cyber threats. Google, Microsoft and Twitter were listed among the companies that met with representatives from the Federal Bureau of Investigation, Department of Homeland Security, and the office of the Director of National Intelligence at the social network's campus in the city of Menlo Park. (Photo by JOSH EDELSON / AFP)
Nouveau piratage massif des comptes Facebook
Quelque 50 millions de comptes Facebook ont été piratés à cause d'une faille de sécurité, une attaque de grande ampleur qui ravive les critiques contre le réseau social déjà sérieusement ébranlé par plusieurs controverses, en particulier autour de la protection des données personnelles.
Facebook: les plaintes seraient transmises à l'Irlande
Des Luxembourgeois sont-ils concernés par la transmission de données par Facebook à Cambridge Analytica? Si c'était le cas, les plaintes à la Commission nationale de protection des données iraient... en Irlande, explique le Premier ministre et ministre des Communications, Xavier Bettel.
ILLUSTRATION - 25.03.2018, Großbritannien, London: Das Logo von Facebook ist auf dem Display eines Smartphones zu sehen. (zu dpa "Facebook entschuldigt sich in Zeitungsanzeige für Vertrauensbruch" vom 27.03.2018) Foto: Dominic Lipinski/PA Wire/dpa +++ dpa-Bildfunk +++