Changer d'édition

Apaisement recherché pour le secteur Gare-Bonnevoie
Luxembourg 3 min. 10.02.2021

Apaisement recherché pour le secteur Gare-Bonnevoie

Les rondes des équipes d'Inter-Action ont au moins le mérite d'aller à la rencontre de tous les habitants et usagers du quartier.

Apaisement recherché pour le secteur Gare-Bonnevoie

Les rondes des équipes d'Inter-Action ont au moins le mérite d'aller à la rencontre de tous les habitants et usagers du quartier.
Photo : Guy Jallay
Luxembourg 3 min. 10.02.2021

Apaisement recherché pour le secteur Gare-Bonnevoie

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
La mort tragique d'un jeune homme de 18 ans, fin janvier, a remis le quartier et ses abords sous les feux des projecteurs. L'insécurité grandissante mobilise les initiatives. Autant de la part des élus, des équipes sociales que des forces de police.

Sécurité. Lydie Polfer (DP) ne lâche plus cette priorité pour la Ville de Luxembourg. En témoigne sa fermeté sur l'organisation des patrouilles privées pour assurer la tranquillité dans le quartier Gare notamment. Patrouilles qu'elle entend bien prolonger jusque fin mars désormais. Mais c'est aussi la tranquillité du quartier voisin de Bonnevoie qui préoccupe la bourgmestre de la capitale. Car là encore, ordre et calme peinent à s'imposer.


16.057 ménages de la capitale passent aux aveux
Cette fois, ce n'est pas la police qui enquêtera mais jusqu'au 18 décembre, les habitants de quatre quartiers de Luxembourg vont être questionnés par sondage pour évaluer leur sentiment de sécurité.

Le 26 janvier dernier, un jeune homme de 18 ans y a laissé la vie. Blessé à l'arme blanche, il n'a pas survécu à ses blessures. La goutte de sang de trop. D'où cette réaction immédiate de la Ville d'envoyer à Bonnevoie les médiateurs de l'initiative «A vos côtés»

Leur rôle : apaiser, rencontrer, écouter riverains, commerçants, passants, salariés du quartier pour faire baisser les tensions. Une mission que les acteurs sociaux de l'asbl Inter-Actions avaient déjà entamée depuis la mi-décembre sur le quartier Gare.

Un travail de proximité dont la bourgmestre espère qu'il puisse être un premier pas vers plus de calme dans le quartier. Un travail qui, le temps de former de nouveaux personnels, se verra conforté jusqu'en mai, a annoncé la bourgmestre. Mais la députée-maire veut aussi entendre et relayer la voix de ceux qui vivent là, qui font les frais de la délinquance qui a pris ses habitudes (vols, deals) à Bonnevoie. Un sondage va être lancé en ce sens. De plus, dès que la situation sanitaire le permettra, la Ville organisera une grande réunion publique. 

Kox dégaine les chiffres

Comme en octobre 2019, chacun aura l'occasion de témoigner de son vécu, ses sentiments. Compris le ministre de la Sécurité intérieure qui sera invité. Car pour Lydie Polfer, tout doit être exposé à l'ensemble des acteurs en charge d'assurer la tranquillité des habitants. Le ministre Henri Kox, en charge de la police grand-ducale aussi donc. Car au-delà des actions de prévention, de médiation, c'est aussi d'actions de sécurité claires et visibles que la bourgmestre est en attente. 

Se disant à nouveau lassée par la polémique née de son initiative de mettre sur le terrain des patrouilles privées, la bourgmestre veut que les choses bougent. Sur le terrain mais aussi à la Chambre pour que les députés clarifient la loi définissant bien les champs d'action des différents acteurs impliqués : Ville, Police, Justice, institutions sociales et même service de santé.


Les derniers modèles reçus ont été directement équipés en vidéo chez le constructeur.
Des caméras dans tous les bus de la capitale
L'ensemble de la flotte sera équipé de vidéo-protection à l'avenir. Mais l'échevin aux transports en commun, Patrick Goldschmidt, n'a pas encore fixé le calendrier général de cette mise en place.

Attaqué par le syndicat de police SNPGL, sur le manque de volonté (et de moyens) pour que les agents puissent s'attaquer aux désordres polluant la vie du secteur Gare (et en partie Bonnevoie par rebond), le ministre de la Sécurité intérieure a contre-attaqué, mercredi. Tirant des statistiques les preuves d'une présence policière réelle et active sur les quartiers chauds de la capitale.

Et d'indiquer qu'en moyenne autour de la gare centrale plus d'une douzaine de patrouilles de police circulent chaque jour. Des agents  qui, depuis le début de l'année 2021, ont réalisé quelque 460 contrôles. Question effectifs, le ministre dégaine aussi des chiffres pour le secteur Gare/Hollerich/Bonnevoie avec à disposition une cinquantaine de policiers en uniforme répartis sur 3 roulements, une vingtaine de policiers en uniforme détachés (venant donc en renfort aux trois unités couvrant le secteur en question), huit policiers du service de police judiciaire et deux maîtres-chiens.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Les patrouilles privées restent sujet de discorde
Trois des quatre partis d'opposition ont déposé une motion au conseil communal de Luxembourg s'opposant aux rondes d'agents de sécurité dans le quartier Gare notamment. Pas de quoi infléchir la position de la bourgmestre, Lydie Polfer.
Lokales, Sicherheitsbeamter Quartier Gare, Agent de Sécurité, GDL Security, Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
Les toxicos en manque... de lieux
Des sites de consommation encadrée de stupéfiants en trop petit nombre, un manque criant de logements pour des consommateurs souhaitant sortir de la marginalité : le Plan d'action drogues 2020-24 tarde à trouver des sites.
Drug addicted woman getting heroin injection in the room,Drug abuse, substance abuse
Deux mois de plus pour les patrouilles privées
L'expérience ne devait durer que neuf semaines, mais la Ville de Luxembourg a choisi de prolonger jusque fin mars les rondes d'agents de sécurité autour de la gare et en ville haute. De quoi irriter l'opposition.
«La police, seule, ne peut régler tous les problèmes»
La décision de la Ville de Luxembourg d'avoir recours à une société privée pour sécuriser le quartier Gare continue de faire des remous. Mardi, Henri Kox, ministre de la Sécurité intérieure, et la bourgmestre Lydie Polfer s'accordent sur le besoin de coopération.
Quartier de la gare, Bahnhof Luxemburg, avenue de la liberté, photo Guy Wolff
Qui doit faire la police dans la capitale?
La bourgmestre de Luxembourg, lassée des problèmes d'insécurité, a choisi d'engager des agents de sécurité privés pour patrouiller. Une initiative qui est loin de recevoir le soutien du ministre de la Sécurité intérieure, Henri Kox.
(au milieu) Henri Kox, ministre de la Sécurité intérieure