Changer d'édition

Ambiance surréaliste dans la capitale
Luxembourg 2 min. 16.03.2020 Cet article est archivé

Ambiance surréaliste dans la capitale

Ceux qui n'ont pas droit au télétravail ont pu profiter d'un bain de soleil en guise de pause déjeuner

Ambiance surréaliste dans la capitale

Ceux qui n'ont pas droit au télétravail ont pu profiter d'un bain de soleil en guise de pause déjeuner
Photo: ota
Luxembourg 2 min. 16.03.2020 Cet article est archivé

Ambiance surréaliste dans la capitale

Olivier TASCH
Olivier TASCH
Une atmosphère très particulière se dégage dans les rues clairsemées de la capitale ce lundi. Nous ne sommes ni un dimanche, ni un jour de vacances, mais bien le premier jour où les mesures drastiques face au coronavirus se font sentir.

Luxembourg vit un lundi aux allures de dimanche, ou presque. Les routes ne connaissent pas la congestion habituelle. Ça circule comme au mois d'août! Et pourtant, les chantiers tournent à plein régime avec des ouvriers qui s'affairent sous un magnifique soleil.

Après l'annonce de la fermeture des écoles et des lycées, la capitale a suivi dans la foulée de fermer les lieux de culture ou de suspendre les nuits blanches. Sans doute trop peu, notamment au vu des mesures plus strictes prises par les pays voisins. Le gouvernement a donc emboîté le pas et décidé dimanche d'interdire l'ouverture de tous les commerces à l'exception de ceux considérés comme indispensables. 


Lokales, Coronavirus, Covid-19, Cactus Howald, Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
Il faut que ça continue à «supermarcher»
Les grandes surfaces sont en première ligne pour assurer le quotidien de plus de l'ensemble des résidents. Mais du responsable du magasin au salarié en passant par le client, chacun a un rôle à tenir pour passer la crise.

La mesure se fait bien sentir dans le centre-ville, les commerces ont portes closes, les restaurants aussi. La Ville ne bourdonne pas comme à son habitude, mais visiblement tout le monde n'a pas basculé en mode télétravail. Comme le beau temps est de la partie, beaucoup de salariés prennent leur pause déjeuner sur les bancs publics. Sur la place d'Armes, certains ont improvisé une terrasse en réquisitionnant les chaises d'un fast-food bel et bien fermé. En revanche, les boulangeries profitent de l'aubaine et tournent à plein régime puisqu'elles sont considérées comme essentielles à la bonne marche du pays. 

Si elles sont rares, les personnes qui portent un masque de protection - seul signe concret et visible de la pandémie - gambadent elles aussi dans les rues de la capitale. Ce qui n'est pas forcément une mauvaise nouvelle puisque comme le rappelait la ministre de la Santé ce lundi, le masque sert avant tout à se protéger les uns les autres. Un signe, peut-être, que l'appel à la solidarité répété depuis quelques jours par le gouvernement fonctionne. 

Devant la pharmacie de la Grand-Rue, certains s'étonnent d'abord de voir une file de clients qui s'étend jusque sur le pavé central. Le calme règne pourtant, les gens entrent au compte-gouttes, par simple respect des distances de sécurité.  

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.