Changer d'édition

Alcool au volant: «Raoul» continue à sensibiliser les conducteurs
Luxembourg 2 min. 24.04.2018 Cet article est archivé

Alcool au volant: «Raoul» continue à sensibiliser les conducteurs

Alcool au volant: «Raoul» continue à sensibiliser les conducteurs

Photo: Shutterstock
Luxembourg 2 min. 24.04.2018 Cet article est archivé

Alcool au volant: «Raoul» continue à sensibiliser les conducteurs

L'association La Sécurité Routière poursuit sa campagne, intitulée «Raoul», pour sensibiliser aux dangers de l'alcool au volant, qui demeure un problème très répandu au Luxembourg.

(RC trad JV) - En 2016, l'alcool était impliqué dans 17% des accidents de la route mortels. L'association La Sécurité Routière veut continuer à attirer l'attention sur ces dangers. 

Selon les statistiques de la police, 85% des permis de conduire retirés en 2017 l'ont été pour conduite en état d'ivresse. 

En parallèle, "seulement" 11% des retraits de permis de conduire étaient dus à des excès de vitesse pendant l'année passée. 

Pour rappel: le retrait direct du permis de conduire pour consommation d'alcool n'a lieu que si le conducteur a plus de 1.2g d'alcool par litre de sang.   


Celui qui conduit, c'est celui qui ne boit pas 

L'association La Sécurité Routière tente de sensibiliser la population depuis 1995. 

À l'époque, la campagne s'appelait encore «Chauffeur fir den Owend» (chauffeur de la soirée), et était considérée comme le successeur des fameux «designated driver» anglais et «Bob» belge. 

Il s'agit, dans toutes ces campagnes, d'encourager au moins une personne au sein des groupes de fêtards à ne pas boire, afin d'être à même de ramener ses camarades sains et saufs une fois les festivités terminées. La personne en question est incarnée par un prénom singulier: Bob en Belgique, Sam en France, ou Raoul au Luxembourg.

«Bien que beaucoup de mesures aient été prises ces dernières années afin de réduire les chiffres de la mortalité, la consommation d'alcool demeure l'une des causes principales des accidents de la route», a déclaré Paul Hammelmann, président de l'association.

Jusqu'à peu, les lois étaient différentes sur les routes du Luxembourg: la limite légale de concentration d'alcool dans le sang, qui est de 0.5% aujourd'hui, montait jusqu'à 0.8% en 2007. 

Les 18-54 ans commettent plus d'accidents graves

Il y a 16 ans, les automobilistes n'avaient pas à s'inquiéter de perdre des points: le permis à points n'est entré en vigueur au Luxembourg qu'en 2002, avant d'être ajusté en 2015. 

«Selon les chiffres du Statec, les conducteurs responsables d'accidents de la route graves, voire mortels, en 2016, avaient en moyenne entre 18 et 54 ans. Nous savons que nous devons convaincre cette tranche d'âge de laisser tranquilles ses clés de voiture lorsqu'ils sont ivres», conclut Hammelmann. 

Les accidents de la circulation au Grand-Duché continuent d'augmenter. On décompte déjà 17 morts sur les routes luxembourgeoises depuis le début de cette année. 



Sur le même sujet

25 morts sur les routes luxembourgeoises l'année dernière
Vingt-cinq personnes ont été tuées dans des accidents de la circulation l'année dernière, 256 ont été grièvement blessées. Le Luxembourg est encore loin de la "Vision zéro", mais le nombre de morts sur les routes en 2017 atteint un niveau historiquement bas.
Permis à points: faites le test
Cette semaine, le permis à points fêtait ses 15 ans d'existence. Ce système, introduit plus de 10 ans après nos voisins français, a été vivement critiqué lors de son introduction au Luxembourg, mais a depuis fait ses preuves. Révisez vos connaissances et testez-vous!
Ein Verstoß, der in der Punktetabelle festgehalten ist, kostet mindestens zwei Punkte.