Changer d'édition

Un été pluvieux amoindrit les récoltes céréalières
Luxembourg 3 min. 13.09.2021
Agriculture

Un été pluvieux amoindrit les récoltes céréalières

Selon le ministère de l'Agriculture, seules les productions de fourrage et de maïs n'ont pas été impactées par les aléas météorologiques.
Agriculture

Un été pluvieux amoindrit les récoltes céréalières

Selon le ministère de l'Agriculture, seules les productions de fourrage et de maïs n'ont pas été impactées par les aléas météorologiques.
Photo: Tessy Hansen
Luxembourg 3 min. 13.09.2021
Agriculture

Un été pluvieux amoindrit les récoltes céréalières

Alors que l'année s'annonçait productive, l'absence de soleil puis les inondations ont mis à mal les rendements des productions de blé, colza et autre avoine. Cette restriction de l'offre conjuguée à une forte demande ont déjà engendré une hausse des prix du marché.

(m.d. avec Jean-Philippe Schmit) Après trois années trop sèches, les 1.872 exploitants agricoles espéraient une accalmie pour l'été 2021. «En juin, le pronostic était génial, on parlait même de récoltes record», rapporte Gunter Mertes au moment de dresser le bilan ce lundi. Mais un été trop frais et sans soleil, puis les inondations ont finalement amoindri la production du gérant de la coopérative Bako et de ses confrères. Et ce aussi bien sur la quantité que sur la qualité. 

La teneur en huile de colza par exemple était «inférieure à la normale», si bien que les producteurs se sont vu contraints de remettre «de nombreux lots» au séchage, indique le ministère de l'Agriculture dans un communiqué. Les pertes de rendement s'élèvent à 10% pour le blé tendre, tandis que du côté des légumineuses c'est «un échec total». 

Une situation directement liée aux conditions météorologiques, puisque la pluie a «suspendu à plusieurs reprises» le travail des producteurs. Si bien que plusieurs parcelles attendaient encore d'être récoltées la première semaine de septembre. Les inondations ont elles aussi fait des dégâts: 153 demandes d'aides financières ont été adressées au ministère, pour une enveloppe totale estimée à 1,65 million d'euros.  


Chihuahuan farmer Antonio Mendoza watches water flood a field of newly planted jalapeno plants near the Rio Conchos river outside of Delicias, Mexico, Wednesday, May 1, 2002. Under a 1944 treaty, Mexico owes Texas farmers 1.5 million acre feet of water from the Rio Grande, but some Texas farmers claim Chihuahuan growers are ignoring the treaty and gobbling up the water while it is still in the Rio Conchos. (AP Photo/Gregory Bull)
Les crues génèrent 1,6 million de dégâts agricoles
Six semaines après les inondations qui ont frappé le pays, le ministère de l'Agriculture a reçu 153 demandes d'aides financières de la part d'exploitations impactées. Celles-ci devront attendre septembre pour savoir comment être indemnisées.

Résultat: la forte demande et une restriction de l'offre font d'ores et déjà grimper les prix du marché. Et si cette hausse pourrait permettre aux producteurs de «compenser la mauvaise récolte», elle aura en revanche des conséquences néfastes sur les éleveurs. Eux, par contrecoup, vont voir augmenter le coût des aliments pour le bétail.

La production de semence a elle aussi été perturbée par cette météo capricieuse au-dessus des terres luxembourgeoises. «Les rendements de blé, de seigle, d'orge et d'avoine sont également inférieurs à la moyenne à long terme», indique Steve Turmes, responsable de la coopérative des producteurs de semences du Luxembourg.


Bio Landwirtschaft - Hühner - Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort
Le covid met les produits régionaux à l'honneur
La pandémie a mené 29% des résidents à changer leurs habitudes de consommation, a indiqué le TNS-Ilres jeudi. La provenance des denrées alimentaires est ainsi passée en tête des critères d'achat.

En raison du temps humide, les exploitants ont dû «couvrir les lots pour maintenir la germination», précise le communiqué, les empêchant donc de récupérer suffisamment de graines pour produire de nouvelles semences. Une affaire délicate alors que les consommateurs luxembourgeois achètent de plus en plus de produits locaux. Romain Schneider (LSAP), ministre de l'Agriculture, a par ailleurs assuré que cette production régionale « continuerait d'être soutenue», sans plus de précision.

Celui-ci a toutefois dressé un bilan positif des rendements des prairies en fourrage, qui ont pourtant été les plus touchées par les intempéries de juillet, et annoncé une récolte tardive mais «prometteuse de maïs». Les rendements de cette céréale jaune s'annoncent «supérieurs à ceux de 2020».

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Six semaines après les inondations qui ont frappé le pays, le ministère de l'Agriculture a reçu 153 demandes d'aides financières de la part d'exploitations impactées. Celles-ci devront attendre septembre pour savoir comment être indemnisées.
Chihuahuan farmer Antonio Mendoza watches water flood a field of newly planted jalapeno plants near the Rio Conchos river outside of Delicias, Mexico, Wednesday, May 1, 2002. Under a 1944 treaty, Mexico owes Texas farmers 1.5 million acre feet of water from the Rio Grande, but some Texas farmers claim Chihuahuan growers are ignoring the treaty and gobbling up the water while it is still in the Rio Conchos. (AP Photo/Gregory Bull)
Un mois après les inondations, les viticulteurs luxembourgeois sont soulagés: la grande majorité des vignes ont été épargnées par les crues et le mildiou. A quelques semaines du début de la récolte, c'est plutôt les mesures sanitaires qui inquiètent les producteurs.
Visite du vignoble mosellan- vendanges 2016 - avec ministre Fernand Etgen / Foto: Charlot KUHN
La pandémie a mené 29% des résidents à changer leurs habitudes de consommation, a indiqué le TNS-Ilres jeudi. La provenance des denrées alimentaires est ainsi passée en tête des critères d'achat.
Bio Landwirtschaft - Hühner - Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort