Accident ferroviaire du 14 février

Quatre wagons endommagés mis à la ferraille

Cet accident impressionnant a fait un mort.
Cet accident impressionnant a fait un mort.
LW

(SW) - Le 14 février dernier, un train de marchandises belge entrait en collision avec un TER français quittant le Luxembourg vers Thionville. Le conducteur du train de passagers était mort sur le coup.

Depuis, les restes du train de marchandises étaient toujours présents sur les lieux de l'accident.

Ce lundi, François Bausch a toutefois précisé dans une réponse à une question parlementaire que onze des vingt-sept wagons que comptait ce train de marchandises avaient été endommagés lors de l'accident.

«Les experts des compagnies d'assurance ont considéré que six des onze wagons étaient légèrement avariés et donc réparables tandis que les cinq autres wagons, plus gravement endommagés, ont été déclarés irréparables et destinés au ferraillage», précise le ministre des Infrastructures.

Quatre wagons envoyés à la ferraille

Un des cinq wagons a finalement quand même été réparé. Les quatre wagons destinés au ferraillage et situés sur le talus de la voie ferrée depuis l'accident ont été «définitivement découpés sur place du 3 au 5 juillet 2017 et mis à la ferraille».

Le délai écoulé pour procéder à l'enlèvement des wagons s'explique par le transfert de propriété des wagons entre B Logistics et la SNCF, qui a pris plus de temps que prévu, mais aussi à cause d'une tentative de déplacement des wagons endommagés sur un site CFL sécurisé.

Malheureusement, le transport des wagons était matériellement impossible du fait de la configuration du réseau routier. «Une fois les démarches administratives clarifiées, la décision de ferrailler sur site a finalement été prise très rapidement ensemble avec la SNCF», explique François Bausch.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.