Changer d'édition

«A quand la mobilisation générale face au covid?»
Luxembourg 5 min. 21.01.2021

«A quand la mobilisation générale face au covid?»

Paul Wilmes voudrait que les puissances publiques relaient elles aussi la production de vaccins. Afin d'agir "massivement, rapidement, efficacement".

«A quand la mobilisation générale face au covid?»

Paul Wilmes voudrait que les puissances publiques relaient elles aussi la production de vaccins. Afin d'agir "massivement, rapidement, efficacement".
Luxembourg 5 min. 21.01.2021

«A quand la mobilisation générale face au covid?»

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Le Pr Paul Wilmes, porte-parole adjoint de la Task Force covid luxembourgeoise, estime que les Etats devraient se mobiliser pour assurer eux-mêmes les doses nécessaires de sérum anti-covid. Si le vaccin est une arme d'utilité publique, alors il faut en accélérer la fabrication.

«Comme scientifique, je suis satisfait en voyant que les chercheurs ont su développer des vaccins anti-covid performants en si peu de temps.» Mais à la vérité, un regret pointe dans l'opinion du professeur Paul Wilmes du Luxembourg Centre for Systems Biomedicine. «C'est un peu dommage que les scientifiques ne soient pas plus entendus pour orienter les actions nécessaires face à cette pandémie». 


7% de la population immunisée contre le covid-19
Contrairement aux idées reçues, si une frange de la population a déjà été infectée par le virus, cela n'implique pas pour autant qu'elle est désormais protégée contre le covid-19. Tout comme son entourage. Explications avec le virologue Thomas Dentzer.

Après une série de tests, le Laboratoire national de santé (LNS) annonce que 7% des résidents du Luxembourg ont développé des anticorps face au covid. S'agit-il d'un bon résultat?

Paul Wilmes, porte-parole adjoint de la Task Force covid : «Fin avril 2020, les estimations suite à la première étude Con-Vince montraient une prévalence du virus parmi 2,1% de la population. Depuis les différentes vagues d'infection ont forcément impacté plus d'habitants. Cette dernière donnée démontre que nous sommes encore bien loin, au Luxembourg, de l'immunisation collective. 93% n'auraient pas développé d'anticorps encore, dont la majeure partie de la population reste susceptible de développer une infection au SARS-CoV2. Il faudrait un taux de 60-70% pour se rassurer.

Et encore, de récentes études au Royaume-Uni démontreraient que l'immunité développée face au SARS-CoV2 diminue au fil des mois. Une réinfection est donc possible, y compris désormais pour les personnes touchées lors de la première vague du printemps dernier. Le seul moyen de prendre de vitesse le virus, aujourd'hui, c'est la vaccination.

Une vaccination qui décolle timidement...

«Lentement d'un point de vue sanitaire. Mais le défi organisationnel est immense, j'en conviens. Cependant, il faut passer la surmultipliée. Israël a fait l'effort et cela porte ses fruits. Déjà plus d'un quart de sa population est vaccinée (dont plus de 75% des 60 ans et plus), résultat : le rythme des nouvelles infections a ralenti. Et c'est la voie à suivre. Agir vite et massivement.

De ce point de vue, vous trouvez que les Etats n'en font pas assez, n'est-ce pas?

«Effectivement. Depuis le début de cette pandémie, tous disent être en guerre contre le virus, mais se donnent-ils véritablement les moyens de remporter la bataille? A quand la mobilisation générale face au covid-19? J'entends que les laboratoires peinent à produire quotidiennement des centaines de millions de doses vaccinales mais qui empêchent d'autres acteurs de soutenir cette production.

L'Inde l'a bien fait, via le Serum Institute of India qui produit des vaccins sous licence AstraZeneca/Université d'Oxford pour assurer la protection de ses 1,3 milliard d'habitants au plus vite. Pourquoi les pays, notamment en Europe, ne décideraient-ils pas de mettre leurs outils industriels au service de cette cause pour leur population?

Photo : Uni

Quand la dernière guerre mondiale est survenue, les usines ont été affectées à de nouvelles productions (uniformes, armes, véhicules militaires). Si l'on veut engager le combat face au covid-19, il faut sans doute agir de la même façon. En proposant aux laboratoires pharmaceutiques de produire en dehors de leurs propres usines le vaccin, après deal sur les licences et la copie de la formule développée par les uns ou les autres.

Nos pays ont-ils déjà eu à le faire en d'autres circonstances sanitaires?

«Oui, le meilleur exemple est le développement de la pénicilline qui, au milieu des années 40, a été produite en très grande quantité dans les Etats alliés sitôt ses vertus antibactériennes reconnues et que la production a pu être mise au point. C'était devenu une arme de santé publique, comme les vaccins anti-covid actuels doivent être considérés. On saurait produire en très grandes quantités, dans des conditions sanitaires exemplaires, pourquoi attendre?

La composition d'un vaccin ne relève ni de la magie, ni du secret. Le tout est de savoir si les politiques veulent véritablement diffuser ces doses aussi massivement et rapidement que possible pour contrecarrer la pandémie. Pour l'instant, nous avons une première idée sur l'impact qu'auront les vaccins sur la population et la transmission du virus. On a géré dans la panique la crise économique à coup de milliards d'aides, en voyant le système de santé plier sous l'assaut des infections, en dépensant des sommes considérables pour que les gens restent chez eux inactifs (le chômage partiel). Une vaccination plus conséquente permettrait d'en finir plus vite avec ce cercle de dépenses.»

 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Quand vacciner ne suffit pas à protéger
La ministre de la Santé reconnaît que quelques centaines de personnes ont été infectées par le covid-19 après avoir reçu la première ou la seconde injection. Des cas étudiés mais pas si étonnants.
A medical worker administer the Jansen (Johnson and Johnson) Covid-19 vaccine to the public at a FEMA run mobile Covid-19 Vaccination clinic at Biddeford High School in Bidderford, Maine on April 26, 2021. - The clinic is jointly run by FEMA and the state of Maine with the help of other federal agencies and the Maine National Guard. The United States has resumed vaccinations with the Johnson & Johnson shot, the third authorised injection, after a brief pause over links to a rare form of clotting. (Photo by Joseph Prezioso / AFP)
Le Luxembourg a bien commandé du Remdesivir
Le ministère de la Santé reconnait que 115 doses du traitement (coûteux et remis en cause par l'OMS) ont été commandées. Le médicament est employé dans le cadre de l'étude Discovery sur la lutte contre le covid-19.
Vials of the drug Remdesivir lie during a press conference about the start of a study with the Ebola drug Remdesivir in particularly severely ill patients at the University Hospital Eppendorf (UKE) in Hamburg, northern Germany on April 8, 2020, amidst the new coronavirus COVID-19 pandemic., Image: 513025894, License: Rights-managed, Restrictions: , Model Release: no, Credit line: Ulrich Perrey / AFP / Profimedia
Ces vaccins qui ont manqué au Luxembourg
C'est notamment le cas du sérum préventif contre le méningocoque C dont la commande vient tout juste d'être passée. Le ministère de la Santé fait le point sur ces défauts d'approvisionnement.
6285606 13.07.2020 In this handout photo released by the Russian Defence Ministry, medical workers wearing protective gear conduct daily rounds with a participant in a coronavirus vaccine trial during tests at the Burdenko Main Military Clinical Hospital in Moscow, Russia. Editorial use only, no archive, no commercial use.

 Russian Defence Ministry
Le coronavirus circulait au Luxembourg dès février
L'étude Coronastep mise en place par le Luxembourg Institute of Science and Technology (List) a annoncé ce jeudi que les premières traces du covid-19 ont été détectées entre le 12 et le 25 février. Soit près d'un mois avant que le premier décès ne soit officiellement confirmé.
Possible de trouver un vaccin d'ici fin 2020
Spécialiste des virus, le Dr Gérard Schockmel fait confiance aux laboratoires pour trouver d'ici six mois la parade au covid-19. Et cela sans négliger les contrôles indispensables pour éviter effets secondaires ou accentuation de l'infection.
Chief Scientific Officer Dr Jeff Drew, holds samples of the potential oral vaccine for the COVID-19 illness that are being tested for temperature stability in the Stabilitech laboratory in Burgess Hill south east England, on May 15, 2020. - The scientists at Stabilitech are one of the teams attempting to develop a vaccine for COVID-19. Ingested in a capsule into the gut, Stabilitech's potential oral vaccine aims to prompt an immune response in mucosal cells in the respiratory system and elsewhere in the body. The firm believes that will be more effective in tackling respiratory illnesses like coronavirus. The British government is touting the country as a global leader in the big-money investment race to find a vaccine for COVID-19. (Photo by BEN STANSALL / AFP) / TO GO WITH AFP STORY BY JOE JACKSON