Changer d'édition

A Metz, la Maison des frontaliers prend de l'ampleur
Luxembourg 2 min. 17.01.2022
Conseils

A Metz, la Maison des frontaliers prend de l'ampleur

L'établissement a déjà assuré 350 rendez-vous en présentiel, sans parler des mails et échanges téléphoniques.
Conseils

A Metz, la Maison des frontaliers prend de l'ampleur

L'établissement a déjà assuré 350 rendez-vous en présentiel, sans parler des mails et échanges téléphoniques.
Photo : Philippe Gisselbrecht, Ville de Metz
Luxembourg 2 min. 17.01.2022
Conseils

A Metz, la Maison des frontaliers prend de l'ampleur

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Ouvert en gare de Metz depuis huit mois, l'espace dédié aux navetteurs travaillant au Grand-Duché occupera des locaux plus vastes à compter d'avril prochain.

2022 marque le 70e anniversaire du jumelage entre les villes de Luxembourg et Metz. Et pas question pour la cité mosellane et sa métropole de ne pas marquer le coup. «Nous allons notamment organiser trois semaines de manifestations, du 23 juin au 14 juillet (pile entre les deux fêtes nationales du Grand-Duché et de la France», se réjouit par avance Amandine Laveau-Zimmerlé. Et la conseillère municipale et métropolitaine aux relations internationales d'annoncer déjà, par exemple, que pour cet événement baptisé Moien Metz, bonjour Lëtzebuerg un marché des frontaliers sera organisé place de la République côté messin mais aussi à Esch ou à Luxembourg.


La Maison du Luxembourg en version messine
Les quelque 10.000 frontaliers de Metz et son agglomération disposent désormais d'un point d'information en gare. Une structure qui ne demande déjà qu'à grandir.

Mais en ce début d'année, c'est surtout le déménagement (et l'agrandissement) de la Maison du Luxembourg qui mobilise l'élue et ses équipes. Alors que la structure a ouvert ses portes en mai dernier, la voilà déjà à l'étroit dans le local qui avait été initialement choisi pour l'accueillir en gare de Metz, point stratégique pour capter les navetteurs. «Dès l'inauguration, nous savions que ce pourrait être juste. Mais au vu du succès rencontré, cela ne fait plus de doute : il nous fallait plus d'espace et plus de lieux d'échanges confidentiels.» Ce sera chose faite dès avril 2022.

Ainsi, la Maison du Luxembourg prendra ses nouveaux quartiers à quelques dizaines de mètres de son site actuel. Toujours en gare de Metz, mais juste face aux guichets SNCF. «Pour ces premiers mois d'activités, la Maison a déjà mené 150 entretiens téléphoniques, répondu à des centaines de mails et organisé 350 rendez-vous physiques, il y a donc une réelle attente, nous nous devions de nous améliorer.» Le personnel dédié au service passera d'ailleurs, dès mars, d'un poste à mi-temps à un temps complet. 

A l'avenir également, les échanges pourront se faire en visio, et à des horaires plus adaptés au rythme de vie des frontaliers. «Cela pourra se faire durant la pause déjeuner ou pendant une pause dans sa journée de travail à domicile...»

Un cadre plus vaste

A compter du printemps, la Maison du Luxembourg offrira un cadre plus vaste (50 m2) et mieux adapté aux usagers à la recherche de renseignements aussi bien sur les impôts, les allocations sociales, le régime de retraite ou les allocations rentrée et autres bourses d'études.  «Nous maintiendrons les services de la Maison de quartier dans les mêmes locaux. Cette proximité est utile, car pour remplir certains dossiers, il y a parfois besoin de documents administratifs que cette structure peut produire rapidement. On vise donc bien l'efficacité!»

D'ailleurs, la Maison n'étant pas un service municipal mais bien métropolitain, des permanences sur d'autres communes ne devraient plus tarder. La première se déroulera, chaque semaine, à Montigny-les-Metz («où ce sera le premier point France service à vocation étendue aux questions frontalières qui ouvrira sur la région»). Woippy/La Maxe devrait suivre ensuite. «Sachant que nous réfléchissons aussi à améliorer les questions de mobilité, de télétravail, de fiscalité mais aussi de services d'accueil pour la petite enfance en lien avec le quotidien de ces milliers de navetteurs qui vivent sur notre territoire et travaillent au-delà de la frontière», conclut Amandine Laveau-Zimmerlé.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

La capitale de la Moselle lance une vaste enquête auprès de ses habitants et ceux de la métropole messine qui travaillent au Luxembourg. Objectif : connaître leurs besoins pour mieux y répondre.
Wort.fr, Ville de Metz, Maire de Metz Francois GrosDidier 
Moselle, Lorraine, Frontaliers, Rue de Clers, Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
Le nouveau maire de la capitale lorraine ne veut plus entendre parler de rétrocession du Grand-Duché vers les communes lorraines. Par contre, François Grosdidier entend que le dialogue s'instaure sur les dossiers de la mobilité et de la formation.
Metz, Bürgermeister, François Grosdidier, Foto: Lex Kleren/Luxemburger Wort
Ils sont 45.822 Français à vivre au Luxembourg au 1er janvier 2018. Parmi eux, certains ont été un temps frontaliers et ont décidé de s'installer définitivement au pays. Quelles sont leurs motivations? Comment se passe leur intégration au Grand-Duché? Témoignages.