Changer d'édition

A la recherche de trésors enfouis au Kirchberg
Luxembourg 8 2 min. 23.09.2019 Cet article est archivé

A la recherche de trésors enfouis au Kirchberg

A la recherche de trésors enfouis au Kirchberg

Photo: Anouk Antony
Luxembourg 8 2 min. 23.09.2019 Cet article est archivé

A la recherche de trésors enfouis au Kirchberg

Des dizaines de tas de terre ont attiré l'attention, ce lundi, du côté du boulevard Konrad Adenauer, au Kirchberg. Il s'agit en fait des prémices de la construction d'une zone accueillant à terme plus de 4.800 logements.

(jt/pj trad. sw) - Le quartier des affaires est actuellement en pleine mutation. Alors que le chantier du Jean Monnet II vient de démarrer et que la nouvelle «Tour de Babel» de la Cour de Justice a été inaugurée la semaine passée, des tas de terre se sont accumulés ce lundi dans un champ près du boulevard Konrad Adenauer.

Si, à première vue, ce paysage ressemble à une taupinière géante, il s'agit en réalité de fouilles archéologiques relatives au projet «Laangfur», en face de l'école européenne. Un grand projet de construction résidentielle, qui, à terme, comptera 2.317 logements. Le projet implique 15 partenaires différents, dont la Ville de Luxembourg et le Fonds du Kirchberg.

Avant le début des travaux de construction proprement dits, les éventuels trésors archéologiques enfouis dans le sol doivent être trouvés, a expliqué une porte-parole du Fond du Kirchberg, ce lundi. Les travaux sont réalisés pour le compte du Centre national de recherche archéologique (CNRA).

La pelleteuse fouille environ 10% de la zone pour examiner le sol à la recherche de reliques. Les travaux devraient être achevés sous peu dans cette zone. «L'engin peut faire environ un hectare par jour», explique Foni le Brun, directeur du CNRA. 

Des fouilles préventives similaires ont été réalisées dans la zone d'aménagement urbain de la Cloche d'Or, où des vestiges de l'époque romaine, du Moyen Âge et d'un campement de l'époque napoléonienne ont été découverts.

Plus de 4.800 logements à venir

«Après la phase de diagnostic qui a permis de délimiter les zones sensibles sur le plan archéologique, le CNRA a pu faire des recherches sur quatre sites remontant à 1.000 ans avant Jésus-Christ, à l'époque romaine, au médiéval, ainsi que deux campements militaires, un de Louis XIV, près du nouveau Lycée Vauban, et un autre attribuable aux troupes révolutionnaires françaises sous le futur terrain de football. Cela n'a pas retardé d'un jour le calendrier initial de construction», a expliqué en détails Mr le Brun.  

Le projet «Laangfur» fait partie d'un concept plus global baptisé «Op der Schleed», et visant à promouvoir des constructions résidentielles dans ce quartier du Kirchberg. Après les mottes de terre, ce sont donc plus de 4.800 appartements qui seront construits à long terme, sur une surface de 60 hectares. A terme, plus de 10.000 habitants seront logés dans ce quartier.

Le projet «Laangfur» est une partie d'un projet plus vaste baptisé «Op der Schleed», pour le Kirchberg.
Le projet «Laangfur» est une partie d'un projet plus vaste baptisé «Op der Schleed», pour le Kirchberg.
Photo: Fond du Kirchberg


Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Les archéologues sur le terrain des promoteurs
Faire intervenir plus systématiquement des chercheurs avant que les terrains ne se muent en constructions: telle est la volonté d'un projet de loi porté par le ministère de la Culture. Aux aménageurs immobiliers de s'adapter.