Changer d'édition

A la recherche de réponses aux violences domestiques
Luxembourg 11.12.2019

A la recherche de réponses aux violences domestiques

Les violences ayant entraîné la mort de la victime ne sont pas répertoriées officiellement au Grand-Duché.

A la recherche de réponses aux violences domestiques

Les violences ayant entraîné la mort de la victime ne sont pas répertoriées officiellement au Grand-Duché.
Photo: Anouk Antony
Luxembourg 11.12.2019

A la recherche de réponses aux violences domestiques

Les pistes exposées, mercredi à la Chambre, d'une application mobile pour les personnes exposées aux violences et d'un bracelet électronique pour leurs auteurs ont été accueillies positivement par les ministres de la Justice et de l'Egalité entre les femmes et les hommes.

(AA) - «Ras le viol», «Aimer ≠ Tuer», «Féminicides où sont les chiffres ?»... Les murs de la capitale se couvrent progressivement d'appels à lutter contre les violences faites aux femmes. Une pression de la rue qui a porté la troisième édition militante de l'Orange Week, qui vient de prendre fin, et qui pousse à présent la Chambre à s'emparer du sujet. Réagissant à une question élargie, mercredi, les ministres Sam Tanson (Déi Gréng) et Taina Bofferding (LSAP) semblent ouvrir la voie à de nouvelles méthodes de protection des victimes. 


Say no to violence against women
Le «féminicide», cette notion inconnue au Luxembourg
Alors que 104 femmes ont perdu la vie en France sous les coups de leur conjoint ou ex-conjoint, le Grand-Duché ne dispose pas, à l'heure actuelle, de statistiques précises sur ce phénomène.

Citant l'exemple de l'application mobile «App-Elles» en place en France, la députée de l'opposition Françoise Hetto Gaasch (CSV) a appelé de ses vœux un équivalent luxembourgeois. Ce logiciel téléchargeable gratuitement sur téléphone portable permet aux victimes de violences de déclencher une alerte à tout moment, transmise en temps réel aux contacts préenregistrés. Une proposition «intéressante» retenue par Taina Bofferding, qui a assuré vouloir la poursuivre, sans pour autant donner de calendrier. 

Autre solution innovante pour réduire les féminicides, le bracelet électronique pour les auteurs de violences a de nouveau été évoqué. «Je pense que nous en avons besoin», a déclaré Sam Tanson, ministre de la Justice. Un «élément supplémentaire» dans l'arsenal gouvernemental qu'il s'agira néanmoins de limiter «aux cas extrêmes».

Pour rappel, selon les derniers chiffres du gouvernement, la police grand-ducale a été appelée en moyenne deux fois par jour, en 2018, pour des faits de violence entre personnes intimes. Des interventions suivies, dans un tiers des cas, de l'expulsion de l'auteur des faits du domicile.


Sur le même sujet

Place aux femmes
Elles sont presque à parité avec les hommes au sommet de la politique et rêvent de changer le visage de la société belge.
Les coups et les couples
Début à Paris du «Grenelle contre les violences conjugales», une ample concertation entre pouvoirs publics et société civile
TOPSHOT - People hold placards with names of women on the Trocadero square in front of the Eiffel tower in Paris during a demonstration called by the "Nous Toutes" feminist organisation to denounce the 100th feminicide of the year, on September 1, 2019. - For the year 2018, the Ministry of the Interior had identified 121 feminicides. (Photo by Zakaria ABDELKAFI / AFP)