Changer d'édition

A l'exception du gaz, les échanges avec la Russie restent limités
Luxembourg 3 min. 06.04.2022
Faibles exportations et importations

A l'exception du gaz, les échanges avec la Russie restent limités

Les exportations vers la Russie dépassent, avec 112 millions d’euros, largement les importations de 24 millions d’euros en provenance de la Russie.
Faibles exportations et importations

A l'exception du gaz, les échanges avec la Russie restent limités

Les exportations vers la Russie dépassent, avec 112 millions d’euros, largement les importations de 24 millions d’euros en provenance de la Russie.
Photo: Getty Images/EyeEm
Luxembourg 3 min. 06.04.2022
Faibles exportations et importations

A l'exception du gaz, les échanges avec la Russie restent limités

Simon MARTIN
Simon MARTIN
La guerre en Ukraine et les sanctions de l'UE contre la Russie ont attiré l'attention sur l'importance des échanges de biens et de services avec le Luxembourg.

C'est un fait, la guerre en Ukraine a un impact non négligeable sur l'économie luxembourgeoise. Hausse des prix de l'énergie, inflation généralisée, économie au ralenti, telles sont les premières conséquences du conflit qui ne tend pas vers l'accalmie, bien au contraire au regard des dernières sanctions annoncées à l'égard de la Russie. Nous l'avons déjà écrit à plusieurs reprises, cette situation fait souffler un vent d'inquiétude sur le marché économique du Grand-Duché, notamment en raison de l'exportation du gaz russe à destination de l'Europe et donc du Luxembourg.


France's President Emmanuel Macron shows a schema about how gas prices influence electricity prices as he talks to the press on the second day of a European Union (EU) summit at the EU Headquarters, in Brussels on March 25, 2022. (Photo by Ludovic MARIN / AFP)
L'Union européenne prête à acheter son gaz en commun
Les Etats de l'UE ont décidé vendredi de donner mandat à la Commission européenne pour effectuer des achats de gaz groupés, sur le modèle des commandes de vaccins anti-covid, alors que la guerre en Ukraine fait flamber les prix de l'énergie.

Justement, quels sont les liens économiques entre la Russie et le Grand-Duché? Doit-on craindre une pénurie de produits directement venus du pays de Poutine? Le Statec, l’Institut national de la statistique et des études économiques, s'est penché sur la question en analysant le commerce international de biens. Ce dernier ne recense que les marchandises traversant physiquement la frontière luxembourgeoise à destination ou en provenance d'un autre Etat, la Russie en l'occurrence.

Un solde largement positif

Ainsi, et c'est assez surprenant, on constate que les exportations vers la Russie dépassent avec 112 millions d’euros, largement les importations de 24 millions d’euros en provenance de la Russie, pour la dernière année avec des données complètes disponibles, à savoir l'année 2020. Le solde commercial du Luxembourg par rapport à la Russie est donc largement positif avec 88 millions d'euros. 


Businessman with empty wallet and a few coins on the table
L'inflation à un nouveau record en Europe
L'inflation dans la zone euro a pulvérisé un nouveau record en mars, à 7,5% sur un an, alimentée par la guerre en Ukraine qui fait flamber les tarifs de l'énergie, mais aussi ceux de l'alimentation.

Si ces chiffres peuvent paraître hauts, ils sont en réalité très faibles au regard des importations  et exportations totales du Luxembourg. Pour preuve, les exportations de biens vers la Russie représentaient 0.9% en 2020 et les importations 0.1% du total pour cette même année. «Au niveau de la balance des paiements, la part relative respectivement des crédits et des débits pour les biens et services est de 1.7% et 1.1% pour cette même année de référence», précise le Statec. 

A prendre avec des pincettes

Toutefois, une mise en garde s’impose. En effet, les biens d’origine russe importés via un tiers sont comptabilisés comme échange avec ce pays tiers et pas comme une importation à partir de la Russie. Ceci vaut notamment pour le gaz naturel pour lequel il est impossible d’obtenir des informations fiables sur le pays d'origine dans le contexte de ces statistiques.

De plus, selon l'institut, une analyse en termes de pays d'origine des biens est plus difficile en raison de l’absence de chiffres fiables. Toutefois, il est raisonnable d'admettre qu'en termes de pays d'origine, la situation des échanges avec la Russie se présente moins favorablement.   


Un nouveau crédit d'impôt pour compenser les plus faibles salaires
Baisse du prix des carburants, nouveau crédit d'impôt énergie, gel des loyers, crédits bancaires facilités et aides à la décarbonisation, voici en détails les mesures qui ont été actées ce jeudi.

Néanmoins, comme expliqué ci-dessus, le Luxembourg reste dépendant du gaz russe, bien qu'il soit difficile de quantifier l'approvisionnement en termes de pourcentages. «Le gaz livré au Luxembourg est un mélange de gaz de plusieurs origines. Notamment en raison de l'approvisionnement sur les marchés SPOT (un achat et une vente instantanée, NDLR), il est impossible d'avoir des informations fiables sur le pays d'origine dans le contexte de la statistique du commerce international de biens».

Le Luxembourg reste gagnant

En passant au concept de la balance des paiements (un document de comptabilité nationale qui retrace l'ensemble des flux économiques entre un pays et un autre, NDLR), les montants augmentent. Ainsi, les exportations de biens et services avec la Russie, toujours pour la dernière année avec données complètes disponibles, s’élèvent à presque 600 millions d’euros, alors que les importations sont quasi la moitié avec 320 millions d’euros. Le solde est donc là aussi largement positif pour le Luxembourg.  

Mais encore une fois, la part relative des échanges avec la Russie par rapport aux échanges commerciaux totaux des biens et services est très faible, avec 1,7 % des exportations et 1,1 % des importations.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Alors qu'une accalmie semblait se dessiner sur le front de la pandémie, l'Europe voit se dérouler une guerre à ses portes. Les conséquences de ce conflit viennent renforcer les inquiétudes liées à l'inflation et aux difficultés d'approvisionnement.
poor Asian man hand open empty purse looking for money having problem bankrupt broke after credit card payday
A l'instar des importations, les ventes du Luxembourg vers les pays étrangers ont été limitées par le covid et les mesures sanitaires. Malgré une baisse de 10%, le Grand-Duché a pu s'appuyer sur les pays de la Grande Région et du Benelux.
2.7. wi / Bettemburg / Visite CFL Plateforme Fret / Warentransport per Bahn / CFL Container / Containerterminal  /  Foto: Guy Jallay