Changer d'édition

A 8 ans, elle écrit un livre sur le coronavirus
Luxembourg 2 min. 11.01.2021

A 8 ans, elle écrit un livre sur le coronavirus

Maité s'est attelée à réaliser toutes les illustrations de son livre.

A 8 ans, elle écrit un livre sur le coronavirus

Maité s'est attelée à réaliser toutes les illustrations de son livre.
Photo: Carlos Tourinho de Abreu
Luxembourg 2 min. 11.01.2021

A 8 ans, elle écrit un livre sur le coronavirus

Après avoir subi le confinement au printemps 2020, Maité, huit ans, a écrit un livre expliquant le coronavirus. Sa mère, psychologue pour enfants, l'a aidée à le mettre en forme pour qu'il soit ludique et scientifiquement correct.

(Jm avec Diana Hoffmann) Il n'y a pas d'âge pour faire de la vulgarisation scientifique. A seulement huit ans, Maité a publié son premier livre, intitulé Covi, le petit coronavirus. Créé avec l'aide sa mère, il vise non seulement à aider les parents démunis face aux questions de leurs enfants, mais aussi à expliquer le coronavirus aux plus jeunes. 


Der Türschwellenblick auf den Alltag in der Quarantäne: Gartengeschirr, Farbpinsel, Kochtopf...  .. aber auch Angel, Skateboard, Musikinstrument, Zeit für etwas Muße – Kreativität braucht sie.
«Le confinement sur le pas de la porte»
Pendant plusieurs semaines, les résidents se sont retrouvés cloîtrés chez eux. Si la vie a déserté les rues, elle a repris de plus belle entre quatre murs. Un nouveau quotidien caché que le photographe amateur Etienne Grimée a souhaité montrer.

Un outil qui aurait pu être utile durant le confinement pour pallier les inquiétudes, des petits comme des grands. C'est d'ailleurs à ce moment que Maité a eu l'idée de ce livre. A la mi-mars 2021, le pays est au point mort, toutes les installations seront fermées pendant des semaines. Cependant, Maité est créative. Elle aime peindre et créer des petits livres. La petite fille est probablement aussi inspirée par son père, Carlos Tourinho de Abreu, auteur de livres. 

En ces temps d'incertitude, elle décide de parler de ce fameux coronavirus, qui tient le monde en suspens. Le tout, aidée par sa mère, psychologue pour enfants. «Dans l'un de mes projets de recherche, j'avais étudié comment les enfants se portaient pendant le confinement», explique Pascale Enge, qui saisit vite la légitimité d'un tel ouvrage. Elle a estimé qu'un livre adapté aux enfants était un moyen approprié de contrecarrer leurs inquiétudes, d'autant plus que peu de lectures sur le sujet à destination des jeunes enfants existent.


Der Psychologe Gilbert Pregno macht sich mit Blick auf die Wiedereröffnung der Betreuungsstrukturen und Schulen Sorgen um die kleinen Kinder und Kinder mit spezifischen Bedürfnissen.
«Ne pas stresser les enfants»
S'il se dit favorable à l'ouverture des écoles et des garderies, le psychologue Gilbert Pregno ne cache toutefois pas quelques inquiétudes qu'il explique au «Wort» dans une interview.

«Il était important que le sujet ne soit pas trop effrayant, mais pas non plus banalisé», raconte la psychologue. La mère et la fille y abordent des sujets aussi complexes que la définition des anticorps, la façon de tomber malade et la prévention des infections. Mais toujours écrit d'une manière adaptée à la compréhension des plus jeunes. Si Maité a passé des semaines à prendre en charge les illustration, sa mère s'est occupée du texte. 

Un défi afin de produire un texte facilement compréhensible, tout en étant scientifiquement correct. Pour cela, la psychologue a reçu de l'aide, notamment du pédiatre de ses deux enfants mais aussi du virologiste de l'Institut luxembourgeois de la santé, Claude Muller. C'est le père de Maité qui s'est occupé d'assembler le titre sur ordinateur. Au départ pensé comme un projet familial, le livre est désormais disponible sur Amazon en six langues suite à l'enthousiasme provoqué chez les amis et la famille de Maité. Peut-être le départ d'une grande carrière d'auteure. 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Les détecteurs de CO2 font aussi leur rentrée
Alors que les scolaires retrouvent leur école ou lycée en présentiel, le ministère de l'Education débute la distribution des appareils mesurant la qualité de l'air dans les classes. Et la vigilance au covid n'est pas étrangère à ce geste.
01.12.2020, Niedersachsen, Oldenburg: Ein Lehrer hält eine gelb leuchtende CO2-Ampel vor einem Luftfiltergerät in einem Fachraum des Alten Gymnasiums. Die Schule hat mehrere mobile Luftfiltergeräte angeschafft, um die Konzentration von Aerosolen auch in Klassenräumen, die nicht gut belüftet werden können, senken zu können. Foto: Hauke-Christian Dittrich/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Un retour à l'école très encadré
Le 11 janvier, écoliers et lycéens reprendront le chemin de l'école. Mais cette rentrée se fera cette fois encore dans la crainte des infections covid. Le ministre Claude Meisch a détaillé les nouvelles mesures mises en place pour ce début 2021.
A compter de la semaine prochaine, certaines classes seront à nouveau divisées.