Changer d'édition

87% des enseignants totalement vaccinés, ah bon?
Luxembourg 5 min. 27.08.2021
Rentrée

87% des enseignants totalement vaccinés, ah bon?

Le ministre de l'Education assure qu'«un jeune sur 2 à partir de 12 ans» disposerait d'un schéma vaccinal complet.
Rentrée

87% des enseignants totalement vaccinés, ah bon?

Le ministre de l'Education assure qu'«un jeune sur 2 à partir de 12 ans» disposerait d'un schéma vaccinal complet.
Photo : AFP
Luxembourg 5 min. 27.08.2021
Rentrée

87% des enseignants totalement vaccinés, ah bon?

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Comment le ministre de l'Education nationale peut-il tweeter le taux de vaccination d'une catégorie professionnelle précise?

Comment appeler ça : une information ou une erreur de communication? Toujours est-il qu'à deux semaines de la rentrée des classes, le ministre de l'Education a surpris son monde vendredi. En début d'après-midi, Claude Meisch (DP) a dévoilé la part des enseignants disposant d'un ''schéma vaccinal complet'': 87%. Un tweet rédigé par un ministre certainement ravi de pouvoir compter sur des professeurs protégés contre les formes graves de l'infection covid.


18.08.2021, Nordrhein-Westfalen, Münster: Zwei Schülerinnen der Klasse 5c an der Gesamtschule in Münster, malen mit ihrer Schutzmaske ein Schwein, Kleeblatt, Hufeisen und einen Luftballon an die Tafel. Nach rund sechs Wochen Sommerferien starteten in Nordrhein-Westfalen Schülerinnen und Schüler am Mittwoch, 18.08.2021, ins neue Schuljahr - bereits zum zweiten Mal unter Corona-Bedingungen. Foto: Guido Kirchner/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Les modalités de rentrée restent dans le flou
A deux semaines de la reprise des cours, le ministre de l'Education n'a toujours rien de concret à sortir de son sac. Logique, Claude Meisch va seulement en discuter avec les partenaires du système scolaire les 30 et 31 août prochains.

Sauf que c'est là une première. Jamais aucune donnée liée à la vaccination de tel ou tel corps de métier n'avait été divulguée. «Alors, même si ce chiffre correspond certainement à une réalité, je ne sais comment le ministre peut être aussi précis», s'étonne Patrick Arendt. Un président du SEW/OGBL rejoint sur ce «mystère» par son homologue du Syndicat national des enseignants

Jusqu'à présent, il ne semblait pas envisageable qu'un employeur -public ou privé- puisse obtenir cette information. Patrick Remakel (SNE/CGFP) s'interroge donc sur la source de cette donnée. «Que je sache, il n'y a pas eu d'enquête du ministère de l'Education pour demander à chaque enseignant du pays s'il était ou non vacciné. Pas plus que les collègues n'ont par eux-mêmes averti l'administration pour informer s'ils avaient été piqués...» Les deux syndicats (qui ont rendez-vous avec le ministre ce 30 août) ne manqueront pas de l'interroger à ce sujet.

Du côté du ministère de l'Education, la balle est vite renvoyée du côté de la direction de la Santé. Et celle-ci de botter vers l'Inspection générale de la Sécurité sociale. En effet, l'IGSS identifie les personnes invitées à se faire vacciner mais l'organisme n'a pas que ce rôle.

L'article 6 de l'actuelle loi covid lui permet de «traiter à des fins de recherche scientifique, historique ou statistique» les chiffres sur l'avancée vaccinale. C'est donc par ce biais que le ministre Meisch a pu être informé de l'état de ses troupes en matière d'injections anti-covid.


«La vaccination ne relève pas de la vie privée»
Pour le Dr Oliver Kohns, chercheur à l'Uni, le choix du vaccin va au-delà d'une protection personnelle contre le virus, ce qui explique les divergences. Pour autant, il estime que ces tensions ne s'apparentent pas non plus à des fractures.

L'information a été transmise à l'Education nationale «mais de façon pseudonymisée», assure le ministère de la Santé. Pas de liste de noms donc sur qui a reçu son AstraZeneca deux fois ou qui n'a jamais répondu à l'invitation expédiée par le CTIE ou n'a grimpé dans le Impf-bus. La protection des données personnelles serait donc respectée dans le cas présent.

«Les enseignants étant une catégorie simplement identifiable, cette donnée sur leur taux de vaccination s’avérait facilement extractable», note l'administration de Paulette Lenert. Ce qui, par contre, semble bien plus délicat pour les  ''personnels de santé'' bien plus divers dans leurs fonctions et nationalités. Entre infirmiers, médecins, anesthésistes, radiologues, sages-femmes, etc, nationaux ou frontaliers, impossible de rassembler les données en un clic.

Si besoin, les deux syndicats enseignants pourront réclamer plus d'explications ce 30 août. SEW et SNE ont rendez-vous, lundi, avec leur ministre de tutelle. Mais la discussion s'orientera vite sur les réalités du métier d'enseignant en période covid. «Les professeurs du fondamental sont l'une des rares professions à évoluer dans un environnement comptant 100% de garçons et de filles non protégés contre le virus», pointe ainsi Patrick Remakel. En effet, la vaccination n'a été rendue accessible qu'aux jeunes de 12 ans et plus. Un adolescent sur deux disposerait d'un schéma vaccinal complet, toujours selon le tweet de Claude Meisch.

A 15 jours de la rentrée, SNE et SEW se retrouvent sur deux points. D'abord : l'utilité d'installer des purificateurs d'air dans les classes. La demande ne date pas d'aujourd'hui, et elle avait déjà été repoussée. «Si les détecteurs CO2 ont bien été installés, il n'est pas possible d'aérer les locaux à chaque fois qu'ils bippent», relèvent les syndicats. 

Les jours de pluie, de vent, de froid, l'opération s'avère vite plus problématique que bénéfique. Purifier l'air directement pourrait donc faciliter le quotidien des enseignants et des jeunes.

Par ailleurs, d'une même voix, Patrick Arendt et Patrick Remakel insistent sur la nécessité d'assurer un enseignement en présentiel le plus possible. Au-delà des tests de dépistage proposés pour le redémarrage des cours, cela demande d'autres mesures que les syndicats ont hâte d'entendre dans la bouche du ministre Meisch. «Et pas par un tweet cette fois!»

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

La ministre de la Santé a détaillé l'avancée de la campagne de vaccination par catégorie d'âge au terme de 11 mois d'injections anti-covid. Une des leçons étant qu'un 20-29 ans sur trois ne dispose pas d'un schéma vaccinal complet.
26.11.2021, Schleswig-Holstein, Eutin: Krankenschwester Swenja Grandke impft in der Impfstelle Eutin gegen das Corona Virus. Heute starten in ganz Schleswig-Holstein zunächst 24 Impfstellen, um die Geschwindigkeit bei den COVID-19-Auffrischimpfungen zu erhöhen und die Praxen der niedergelassenen Ärztinnen und Ärzte bei den Corona-Impfungen zu unterstützen und zu entlasten. Foto: Markus Scholz/dpa +++ dpa-Bildfunk +++