Changer d'édition

850 Vél'Oh électriques en libre-service en septembre
Les nouveaux vélos auront un design plus moderne que les modèles précédents.

850 Vél'Oh électriques en libre-service en septembre

Illustration: VDL
Les nouveaux vélos auront un design plus moderne que les modèles précédents.
Luxembourg 5 min. 23.08.2018

850 Vél'Oh électriques en libre-service en septembre

Anne FOURNEY
Anne FOURNEY
Ils étaient prévus pour juillet, ils seront mis en service le 20 septembre: les vélos à assistance électrique vont succéder aux Vél'Oh bleus, arrivés à Luxembourg il y a 10 ans.

Les Vél'Oh ont été mis en service à Luxembourg-ville en mars 2008. Ce sont ces vélos bleus proposés en location en divers endroits de la ville, en libre-service, pour une somme modique: l'abonnement à l'année coûte 15 euros et n'a pas été augmenté en 10 ans. 

Le contrat conclu entre l'entreprise JCDecaux et la Ville de Luxembourg était d'une durée de 10 ans. Les deux parties ont décidé de poursuivre leur collaboration. Tout le parc des Vél'Oh va maintenant passer à l'électrique. Cette modernité sera célébrée avec une inauguration officielle le 20 septembre, pendant la semaine de la mobilité.  

De Strassen à Niederanven

Les stations de Vél'Oh font désormais partie du paysage. Elles étaient 25 lors du lancement en mars 2008. Elles vont être 85 stations «nouvelle génération» en septembre à proposer des vélos dits «électriques». La formule avait séduit quelques communes limitrophes et s'étendra encore davantage: Strassen et Hespérange avaient déjà adhéré au système et accueilleront des stations supplémentaires; s'ajoutent désormais la plupart des communes limitrophes à la capitale: Bertrange, Leudelange, Walferdange et même, probablement, Niederanven. 

Ce qui permet d'emprunter un Vél'Oh à la gare de Luxembourg, par exemple, pour se rendre à Hesperange où l'on peut trouver une station adaptée pour laisser son engin qui se rechargera. Ou de rallier le Kirchberg à Niederanven, qui sera également pourvue de nouvelles stations de Vél'Oh. 

Le nombre d'abonnés multiplié par trois en dix ans

Leur succès n'a cessé de croître d'année en année. Un abonnement à 15 euros pour un an ou un euro pour une semaine: la formule a d'abord séduit 2.835 personnes en 2008 et aujourd'hui, Vél'Oh compte 7.819 abonnés à l'année. C'est sans compter les abonnements ponctuels ou à la semaine. 

«Avec les vélos à assistance électrique, nous sommes certains que le nombre d'abonnés va encore augmenter», affirme Patrick Goldschmidt, échevin en charge de la mobilité en ville (mais aussi de l'environnement, du service des fêtes et marchés et de l'intégration pour personnes à besoins spécifiques). «L'idée est de remettre le vélo sur l'agenda des personnes qui travaillent et se déplacent en ville.» Le vélo rencontre un succès croissant pour tromper les rues et routes saturées de trafic. «Aujourd'hui, 5 à 6% des gens se déplacent à vélo en ville», poursuit l'échevin. 

Adapter les pistes cyclables

Concernant les pistes cyclables, les adapter prend du temps. «La population active augmente à Luxembourg, ainsi que la population résidente. Même si beaucoup de gens circulent à vélo il y a quand même toujours plus de voitures. Il faut quelques années pour changer les habitudes!» 

Or les pistes cyclables ne sont pas toujours faciles à mettre en place: «Dans les nouveaux quartiers, notre service urbanisme peut veiller sur ce point. Elles sont plus faciles à réaliser que dans les rues existantes. Sur le nouveau trajet du tram il y aura une nouvelle piste cyclable depuis le Kirchberg jusqu'au Glacis, puis avenue de la Liberté et une autre est prévue aussi pour l'avenue de la Gare. Cependant, les vélos sont difficiles à placer dans les sections où la circulation est dense.»

«Par ailleurs, il existe maintenant beaucoup de zones 30 dans les quartiers. Donc les voitures doivent rouler lentement. En théorie la piste cyclable n'est pas nécessaire dans ce contexte.» Les Vél'Oh électriques auront une vitesse maximum de 25 km/h. Quant aux vélos standards, pour atteindre 30 km/h, il faut avoir un bon coup de pédale et un peu d'entraînement. Le plus souvent, la vitesse moyenne d'un vélo avoisine les 15 km/h.

Limiter les parkings

Afin d'inciter davantage la population urbaine à se déplacer à vélo, la ville de Luxembourg travaille avec des entreprises: «Elles ont trop de places de parking, nous travaillons ensemble pour réduire cet espace et inciter les gens à laisser leur voiture. L'idée n'est pas de faire des reproches aux gens, car il est difficile parfois de trouver une alternative efficace.»

Au début, les panneaux publicitaires...

Lors du lancement des Vél'Oh en 2008 et pendant dix ans, le service avait été financé en partie par les panneaux publicitaires de JCDecaux, en sus des revenus des abonnements et de la subvention de la Ville. «La ville de Luxembourg veut rester maître et ne pas polluer l'espace public avec plus de panneaux publicitaires», résume Patrick Goldschmidt. 


Veränderungen bei JCDecaux, MUPI, le 06 Fevrier 2018. Photo: Chris Karaba
La capitale se débarrasse de 50 panneaux JCDecaux
Installés au lancement des Vel'Oh! qu'ils étaient destinés à financer en partie, ces panneaux publicitaires vont disparaître puisque la Ville est désormais seule en charge du réseau.

Cinquante panneaux publicitaires, autrement nommés «sucettes» en raison de leur forme, ou MUPI pour «mobilier urbain pour l'information», permettaient de financer environ un tiers des coûts du projet Vél'Oh: maintenance des vélos eux-mêmes, des stations de location en libre-service principalement (donc coûts en personnel et en transport). 

Pas directement rentable sur le plan financier

Aujourd'hui, la ville de Luxembourg veut procéder autrement. «Nous ne ferons pas de bénéfices sur ce point! Les pertes sont environ de 90%», estime Patrick Goldschmidt. «Soyons fous: imaginons que nous parvenions à 15.000 abonnés, ce qui représenterait 216.000 euros par an, ce qui représente 2 millions d'euros sur 10 ans! Or le système va coûter 15,5 millions pour les dix prochaines années. Financièrement, cela n'est pas rentable. Mais les Vél'Oh visent à être bénéfiques à la qualité de vie dans la ville de Luxembourg.»

La pollution elle aussi a un coût, entre le simple nettoyage et ses multiples répercussions sur les infrastructures, l'environnement, la santé… Les Vél'Oh ne sont pas rentables directement, mais sont un investissement sur l'avenir. 

Changement de système étalé sur un mois

Les abonnés vont recevoir un courrier pour leur signaler le changement. En attendant, l'abonnement Vél'Oh reste à 15 euros par an jusqu'à la mise en service des vélos à assistance électrique, le 20 septembre, où il passera à 18 euros. Ce qui reste plus que raisonnable. Les bons vieux Vél'Oh bleus seront remplacés petit à petit dans l'intervalle de 4 semaines, à partir de la semaine du 3 septembre, donc. Les stations de location automatique vont être changées pour de plus modernes (et plus rapides!). De nouvelles vont être installées à Hamm, entre autres nouveaux secteurs.


Sur le même sujet

Les Vel'oh! électriques auront du retard
La conversion du système de location de bicyclettes de la capitale - Vel'oh! en vélos électriques est retardée. L'opérateur n'a pas reçu les batteries nécessaires dans les délais requis.