Changer d'édition

80 manifestants crient leur ras-le-bol
Luxembourg 6 11.10.2019

80 manifestants crient leur ras-le-bol

Après une réunion au mois de septembre, les habitants du quartier de la gare et de la rue de Strasbourg sont descendus dans la rue pour être entendus par les élus.

80 manifestants crient leur ras-le-bol

Après une réunion au mois de septembre, les habitants du quartier de la gare et de la rue de Strasbourg sont descendus dans la rue pour être entendus par les élus.
Photo: Anouk Antony
Luxembourg 6 11.10.2019

80 manifestants crient leur ras-le-bol

Après la réunion du 25 septembre, les riverains et commerçants du quartier de la gare maintiennent la pression sur les élus. Ce vendredi soir, ils se sont mobilisés sous la bannière «Pas de drogue dans la rue de Strasbourg!»

(DH) - Deux semaines après une réunion avec les élus, environ 80 personnes ont pris part à la manifestation organisée ce vendredi soir dans la rue de Strasbourg pour de nouveau dénoncer le trafic de drogue, la prostitution et toutes les nuisances qui les accompagnent.

Pour rappel, le hall omnisports de la rue de Strasbourg avait fait salle comble le 25 septembre pour une réunion entre les élus et les habitants du quartier de la gare. A cette occasion, les riverains avaient une énième fois fait part de leur ras-le-bol en relatant leur quotidien à François Bausch (Déi Gréng). 

Le ministre de la Sécurité intérieure était venu à leur rencontre en compagnie de la ministre de la Justice Sam Tanson (Déi Gréng) et de Lydie Polfer (DP), bourgmestre de la capitale.

Au cours de la réunion, les chiffres de la délinquance dans la commune de Luxembourg, en 2018, avaient été évoqués, graphiques à l'appui. Il en ressortait que le quartier de la gare affichait, et de loin, les chiffres les plus inquiétants. D'après nos informations, 3.960 affaires de délinquance y avaient été traitées, dont 666 relatives à la drogue.

A titre de comparaison, 200 à 400 affaires de délinquance ont occupé les services de la police dans les autres quartiers de la Ville, toujours en 2018.

Placer le trafic sous contrôle

Sous l'effet des aménagements en cours, le quartier de la gare est appelé à changer de visage, mais, pour l'heure, il demeure «une place forte de la drogue», comme l’avait ainsi dénommé François Bausch. 

Le ministre avait aussi indiqué que la multiplication des caméras et qu'un renforcement de la présence policière ne modifieraient pas le contexte du quartier tant que le trafic de drogue ne serait pas sous contrôle.

Las des promesses dispensées depuis des années, les riverains et commerçants attendent des actes désormais.



 


Sur le même sujet

La criminalité liée à la drogue toujours à la hausse
Lors des sept premiers mois de l'année, la délinquance liée au trafic de stupéfiants a augmenté de plus de 62% dans la capitale, surtout dans le quartier de la gare et à Bonnevoie. Face à ce fléau, riverains et commerçants restent mobilisés.
Polizei Razzia Drogenkontrolle Drogen Rue de Strasbourg Bahnhofsviertel Festnahme Verhaftung