Changer d'édition

80% de l'énergie consommée dépend de l'étranger
Luxembourg 3 min. 29.10.2021 Cet article est archivé
Energies renouvelables

80% de l'énergie consommée dépend de l'étranger

Près de 70% de l'électricité importée au Grand-Duché provient d'Allemagne.
Energies renouvelables

80% de l'énergie consommée dépend de l'étranger

Près de 70% de l'électricité importée au Grand-Duché provient d'Allemagne.
Photo : AFP
Luxembourg 3 min. 29.10.2021 Cet article est archivé
Energies renouvelables

80% de l'énergie consommée dépend de l'étranger

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Même si la part d'énergies produites sur le sol national grimpe, elle ne couvre encore que 19% des besoins. Le Luxembourg continue donc d'importer la plupart du gaz et de l'électricité qu'il consomme.

C'est l'un des points faibles du pays. Le Grand-Duché reste encore bien trop dépendant de fournisseurs extérieurs pour l'alimenter en énergie. Et à l'heure où les prix du marché international grimpent en flèche, plus d'autonomie allégerait sans doute la facture pour les consommateurs. C'est d'ailleurs un des arguments qu'avance régulièrement le ministre de l'Energie luxembourgeois pour inciter les ménages ou les coopératives à s'équiper en panneaux solaires, les fermes à exploiter la méthanisation ou les collectivités à miser sur l'éolien.


(FILES) This file photo taken on April 22, 2015 shows an employee turning a valve of a gas installation during a training exercise for handling emergencies at a gas-pumping station on the gas pipeline in the small town Boyarka in the Kiev region. - Ukrainian President Volodymyr Zelensky on October 22, 2021 accused Russia of orchestrating the gas crisis in Europe, calling on the EU to coordinate its response with Ukraine, according to written comments to AFP. (Photo by Genya SAVILOV / AFP)
Le Grand-Duché n'a pas à craindre de panne de gaz
Si la facture de gaz de ces prochains mois risque de coûter cher aux usagers, le risque de pénurie cet hiver est totalement écarté. Et le ministre de l'Energie, Claude Turmes, a les arguments pour défendre ce point de vue.

«D'abord ce que vous auto-consommez ne vous coûte rien, ensuite vous pouvez revendre le surplus de kilowatts sur le réseau national», explique  Claude Turmes (Déi Gréng). Avec en plus une assurance des tarifs d'injection ''avantageux'' et dont l'Etat garantit la valeur sur 15 ans. Une prévisibilité qui permet de mieux appréhender l'amortissement de l'investissement à réaliser pour produire par soi-même son électricité.

Et de plus en plus de particuliers, de communes ou de sociétés franchissent le pas. D'où l'année record qu'a connue le Luxembourg en 2020 en matière de production d'énergie à partir de sources renouvelables : 979 GWh sur douze mois. Mais si cette puissance a crû de 22% en un an, elle ne représente encore que 19% de l'énergie nécessaire au pays. Une petite part donc dans le mix énergétique national. Pour le reste, tout vient donc des lignes électriques ou des pipe-lines reliés aux Etats voisins.

L'Institut de régulation luxembourgeois (ILR) qui surveille les marchés de l'électricité et du gaz pointe ainsi, dans son rapport 2020, le lien fort qui relie le Luxembourg à l'étranger en matière de gaz (plus de 8.000 GWh importés) autant que pour son alimentation électrique (5.129 GWh). Des liens qui, selon la matière, s'oriente plus vers tel partenaire que tel autre. Ainsi, l'Allemagne est-elle la principale source d'approvisionnement en électricité quand c'est la Belgique qui tient ce rôle pour l'arrivée de gaz naturel.

Reste que le gouvernement entend bien desserrer petit à petit ce manque d'autonomie énergétique. Si la consommation globale ne devrait pas baisser d'ici 2030, le Luxembourg s'est engagé à produire plus «d'énergie verte». Le double même de la capacité actuelle, selon le PNEC adopté en 2019. 

En effet, le Plan national intégré en matière d'énergie et climat table sur un «scénario référence» de 1.731 GWh produits nationalement. Que ce soit via les éoliennes (installées sur le territoire ou cofinancées sur des îles énergétiques en mer du Nord), le solaire, les barrages hydroélectriques, la biomasse, etc.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Pour stimuler le réemploi d'objets, Romain Poulles (président du Conseil supérieur pour un développement durable) plaide pour un cadre fiscal et légal, alors que débute ce dimanche la COP26 à Glasgow.
Pour accélérer le déploiement de panneaux photovoltaïques sur les toits du Luxembourg, le ministère de l'Energie annonce lundi modifier les critères d'éligibilité aux subsides étatiques. Avec l'espoir de convaincre que ces installations constituent «un investissement rentable et lucratif».
Man installing alternative energy photovoltaic solar panels on roof
En parallèle des efforts réalisés pour électrifier les secteurs de l'industrie ou du transport, le gouvernement entend multiplier les approches pour tenter d'atteindre la neutralité carbone en 2050. D'où la présentation, ce lundi, d'une stratégie dédiée à l'essor du H2.
D'ici 2030, le Luxembourg doit réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 55%. Un effort collectif dont la ministre de l'Environnement vient de détailler les objectifs fixés secteur par secteur.
Validé mercredi en Conseil de gouvernement, le dispositif de primes pour l'acquisition de véhicules «propres» s'étendra jusqu'au 31 mars 2022. A l'exception des aides pour les véhicules hybrides qui prendront fin «au 31 décembre prochain», indique la ministre de l'Environnement.
Le Luxembourg sera en mesure d'atteindre les 11% d'énergies renouvelables dans sa consommation en 2020. Le ministre Claude Turmes l'affirme au vu du développement de l'éolien et du photovoltaïque sur le pays.