Changer d'édition

80% de contacts sociaux en moins avec le confinement
Luxembourg 4 min. 28.08.2020 Cet article est archivé

80% de contacts sociaux en moins avec le confinement

Pour compenser le manque de relations imposé, certains avaient pris l'habitude des apéros entre voisins. Mais de balcon en balcon dans le respect des consignes de confinement.

80% de contacts sociaux en moins avec le confinement

Pour compenser le manque de relations imposé, certains avaient pris l'habitude des apéros entre voisins. Mais de balcon en balcon dans le respect des consignes de confinement.
Photo : Pierre Matgé
Luxembourg 4 min. 28.08.2020 Cet article est archivé

80% de contacts sociaux en moins avec le confinement

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Une étude menée par le Laboratoire national de Santé montre combien les restrictions de sorties et rencontres ont été suivies. Avec leur traduction directe sur le ralentissement de la diffusion du covid-19 au Luxembourg.

«Chaque citoyen est une partie de la réponse à l'épidémie de covid-19». Cette phrase, le Premier ministre luxembourgeois et la ministre de la Santé n'ont cessé de la répéter à chacune de leurs interventions depuis six mois. Et il faut croire que le message a fait mouche dans les esprits. En effet, la population luxembourgeoise semble avoir bien obéi aux recommandations de confinement. Et c'est chiffres à l'appui que le Laboratoire national de santé (LNS), en collaboration avec le Fonds national de la recherche (FNR), vient de l'affirmer.

Ainsi, du 25 mars jusqu'à ces derniers jours d'août, des chercheurs ont multiplié une série d'études sur les comportements adoptés par les uns et les autres. Et, selon les conclusions dévoilées jeudi, les contacts sociaux ont diminué de plus de 80% pendant le confinement. Un chiffre établi auprès de 5.644 participants ayant accepté de témoigner de leurs nouveaux modes de vie. Ainsi, quand avant l'instauration du lockdown, un résident luxembourgeois affirmait avoir en moyenne 17,5 contacts avec d'autres personnes par jour, ensuite le nombre est tombé à 3,2. Indéniablement, chacun est bien resté chez soi, comme demandé par les autorités sanitaires durant cette période.

Pour mesurer ces attitudes, quatre enquêtes ont été étalées sur la période même du confinement, et deux autres ont eu lieu en juin. D'après l'étude, en moyenne, les jeunes ont eu plus de contacts que les personnes plus âgées. «Nous avons aussi observé une variation significative du nombre moyen de contacts selon le lieu où ils ont eu lieu. Le nombre de contacts le plus élevé a été signalé au travail, tandis que le nombre de contacts le plus faible a été signalé pendant les loisirs et au supermarché», analyse Ardashel Latsuzbaia du LNS.


Wirtschaft, Lokales, Illustrationen, Masken, Covid 19, verschiedene Masken, Mode der Masken, Muster, Farbe,  Corona-Zeiten Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
Le confinement, générateur de stress
Selon les chercheurs de l'Uni, les habitants du Grand-Duché seraient davantage préoccupés par la santé de leurs proches que par une éventuelle contamination au covid-19. Mais l'étude publiée lundi souligne aussi que les mesures restrictives prises par le gouvernement ont affecté leur moral.

Dans ses conclusions, la chercheuse suggère donc que les mesures strictes d'éloignement physique et leur «impact sur les schémas d’interaction sociale» expliqueraient pourquoi le nombre de nouvelles infections au début de la crise a augmenté si rapidement et a ensuite chuté à nouveau.

Seulement l'étude s'est poursuivie sur de longues semaines, et a pu mesurer combien au fil du temps un relâchement avait pu naître. Ainsi, le nombre moyen de contacts quotidiens a déjà commencé à augmenter pendant le confinement. Après le début de la phase 1 de l'assouplissement du confinement, le 20 avril, témoigne l'analyse des sondages effectués. Avec la reprise des chantiers de construction et la réouverture des centres de recyclage, difficile de pas aller vers les autres. 

Et le phénomène s'est logiquement amplifié en juin, au cours de la période post-confinement, où «le nombre de contacts a plus que doublé, tout en restant 60% inférieur à celui de la période pré-pandémique», relate la scientifique. L'effet sanitaire n'a pas tardé, et s'est vite traduit par la reprise des infections dans le pays dès la fin du mois de juin. Un départ de ''deuxième vague'' d'autant plus impressionnant que, selon les aveux même des sondés «les contacts dans la période post-pandémique se sont produits sans port de masque»...

La frayeur de ces quelques jours de flambée virale, et les mesures de fermeté prises, ont toutefois eu raison des comportements insouciants. Ainsi, la dernière enquête menée en août, a montré que le nombre moyen de contacts «a légèrement diminué après la deuxième vague».

Même si LNS et FNR reconnaissent qu'il ne s'agit là que d'une «étude approfondie, mais non représentative», parmi les conclusions à retenir ses responsables indiquent que les personnes plus âgées respectent davantage les mesures de restriction que les jeunes. A cela une cause principale selon les chercheurs, le risque d'hospitalisation et de décès lié à la COVID-19 augmentant avec l'âge, la motivation à suivre à la lettre les recommandations gouvernementales suit l'évolution en âge.


Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

La crise sanitaire et la fermeture subséquente des lycées durant près de deux mois n'ont pas affecté les résultats de fin d'année en terminale. Une progression de 5% du taux de d'élèves diplômés s'observe même par rapport à l'année dernière.
29.5.2018 Luxembourg, Limpertsberg, Lycée Athenée, Premières Examen 2018, examens 1ière  photo Anouk Antony
La Commission consultative des droits de l'homme se montre très critique à propos de la nouvelle loi covid, qui sera votée jeudi à la Chambre. Le groupe de pression exige des messages plus clairs de la part du gouvernement et la publication systématique des données scientifiques.
Covid-19, Abstand, 2 meter, Schutz vor dem Coronavirus im Alltag und im Miteinander, Abstand halten, Beschränkung sozialer Kontakte
Abandonnée dans les rues ou dans la nature, la protection buccale constitue une pollution bien délicate à éliminer. Face au nombre croissant de masques chirurgicaux trainant au sol, le ministère de l'Environnement envisage de sanctionner les fautifs.