Changer d'édition

8.600 salariés de plus en un an
Luxembourg 4 min. 24.10.2014 Cet article est archivé
Marché de l’emploi

8.600 salariés de plus en un an

Nicolas Schmit
Marché de l’emploi

8.600 salariés de plus en un an

Nicolas Schmit
Photo: Serge Waldbillig
Luxembourg 4 min. 24.10.2014 Cet article est archivé
Marché de l’emploi

8.600 salariés de plus en un an

Le Luxembourg compte 377.400 salariés, contre 368.800 fin juin 2013. Au cours de ces douze mois, le nombre de salariés a donc augmenté de près de 8.600 unités (+2,3%).

Au 30 juin 2014, on comptait 377.400 salariés au Luxembourg, contre 368.800 fin juin 2013. Au cours de ces douze mois, le nombre de salariés a donc augmenté de près de 8 600 unités (+2,3%).

Le ministre du Travail et de l’Emploi, Nicolas Schmit, a présenté vendredi les orientations futures de la politique de l’emploi et le premier tableau de bord du marché de l’emploi réalisé par l’Observatoire de l’emploi (RETEL).

Nicolas Schmit : « Nous devons renforcer nos efforts à investir dans les personnes pour les accompagner dans l’acquisition de compétences et de qualifications qui leur ouvriront de nouvelles perspectives sur le marché du travail. »

Derrière cette croissance annuelle du nombre total de salariés se cachent de nombreuses entrées et sorties du marché du travail. Ainsi, sur cette même période 118.500 recrutements de salariés ont été réalisés, alors qu’on compte par ailleurs 109.900 fins de contrat, dont 5.100 (4,6%) correspondent à des départs à la retraite.

Si l’on exclut le travail intérimaire, qui représente environ 1/5e des flux de main-d’œuvre, ce sont 95.800 recrutements et 86.900 fins de contrats qui ont été réalisés sur le marché du travail luxembourgeois.

Ces recrutements (qui peuvent être effectués soit pour remplacer une personne qui a quitté l’entreprise soit pour occuper un nouveau poste créé par l'entreprise) représentent en moyenne 26% du stock total d’emplois salariés. Leur nombre oscille entre 5.200 et 11.600 selon les mois. Les fins de contrat représentent, quant à elles, 23% du stock d’emplois et varient entre  6.000 et 9.100.

Il s’agit ici de chiffres inédits pour le Luxembourg, qui montrent que les mouvements sur le marché du travail luxembourgeois sont bien plus importants que ne le ferait penser la seule variation du stock d'emplois (création nette d'emplois).

De nombreux recrutements dans le commerce, la construction et l’HORECA

Le commerce est le secteur qui a recruté le plus de personnes entre juin 2013 et juin 2014 (12.400 recrutements). Il est suivi de la construction, de l’HORECA, des activités spécialisées, de la finance  et du secteur de la santé humaine et de l'action sociale. C’est donc dans ces secteurs qu’il y a eu le plus d’opportunités d’embauches. Ces mêmes secteurs sont également ceux qui ont connu le plus de fins de contrats.

La part que représente chaque secteur d'activité dans les flux de main-d'œuvre ne correspond pas toujours à la part qu'il représente dans l'emploi. Par exemple, alors que le secteur de l'HORECA ne représente que 5% de l'emploi salarié (hors intérimaires), il réalise 10% des recrutements observés entre juin 2013 et juin 2014, ce qui témoigne de mouvements de main-d'œuvre importants relativement à la taille du secteur.

À contrario, d'autres secteurs (la finance, l'administration publique et l'industrie) représentent une part, dans les recrutements, plus faible que celle qu'ils représentent dans l'emploi. La finance, par exemple, qui occupe 12% des salariés (hors intérimaires), ne représente que 9% des recrutements. D'autres secteurs, enfin (comme le commerce, la construction ou la santé humaine et l'action sociale), occupent une part de salariés identique à celle qu'ils représentent dans les recrutements.

Le Réseau d’étude sur le marché du travail et de l’emploi (RETEL)

Le RETEL est l’Observatoire de l’emploi au Grand-Duché de Luxembourg et a été lancé en 2011 afin d’approfondir les connaissances du marché de l’emploi luxembourgeois. Il organise et anime un travail en réseau des producteurs, analystes et utilisateurs des études sur le marché de l’emploi au Grand-Duché et plus largement dans le bassin d’emploi du Luxembourg (zones frontalières allemandes, belges et françaises).

Le RETEL permet le lancement d’enquêtes et d’études, le traitement de données administratives ou issues d’enquêtes sur l’emploi pour réaliser des études sur les déterminants et caractéristiques du marché de l’emploi actuel, mais aussi de façon prospective.


Sur le même sujet

Démotivation, fatigue, envie de changements professionnels : la crise covid se traduit chez les salariés par de nombreuses remises en question. Après la houle virale, l'économie luxembourgeoise doit-elle craindre une vague de départs?
ILLUSTRATION - Zum Themendienst-Bericht vom 12. November 2020: Alles gleichgültig: Haben Mitarbeiter innerlich gekündigt, braucht es oft ein klärendes Gespräch mit der Führungskraft, um den Ursachen auf die Spur zu kommen. Foto: Klaus-Dietmar Gabbert/dpa-tmn - Honorarfrei nur für Bezieher des dpa-Themendienstes +++ dpa-Themendienst +++
Le Luxembourg connaît une hausse de 3,6% du nombre de salariés. Au 30 juin 2017, le pays comptait 412.830 employés soit une augmentation de 14.280 personnes, a annoncé le gouvernement ce lundi.
Les moins de 25 ans concentrent 21% des recrutements (soit 24.890) alors qu’ils ne représentent que 6,3% des salariés hors intérimaires actifs en juin 2017.
19.468 personnes se trouvaient au chômage au mois de janvier. Sur un an, cela fait 97 personnes en moins à être à la recherche d’un emploi au Luxembourg.