Changer d'édition

70% des expatriés comptent rester au Luxembourg
Luxembourg 2 min. 02.07.2020

70% des expatriés comptent rester au Luxembourg

70% des expatriés comptent rester au Luxembourg

Photo: Shutterstock
Luxembourg 2 min. 02.07.2020

70% des expatriés comptent rester au Luxembourg

S'ils sont nombreux à admettre avoir sous-estimé le coût de la vie, 87% des expatriés affirment toutefois avoir pris la bonne décision en s'installant au Grand-Duché, selon une enquête menée par ING Luxembourg sur les perceptions avant et après le déménagement.

(ASdN avec Zuzanna Reda-Jakima) - Les rêves face à la réalité. Si les étrangers sont attirés au Luxembourg pour sa qualité de vie et les salaires correspondants, ils sont toutefois nombreux à déchanter une fois installés. Selon une enquête d'ING Luxembourg, la moitié des personnes interrogées se disent désagréablement surprises par le montant qu'elles doivent dépenser pour les produits de première nécessité. 

Pour Italiens, Français et Portugais, la note salée au restaurant comme au supermarché laisse un goût amer. Mais le point d'orgue de leurs désillusions concerne l'immobilier. Avec un prix au mètre carré qui ne cesse de grimper, ils sont huit étrangers sur dix à admettre avoir mal évalué la part de leur budget allouée au logement. 

Pourtant, selon l'étude, un étranger sur cinq a réussi à acheter son propre logement dans les 24 mois suivant son arrivée au Grand-Duché et un autre cinquième des personnes interrogées a investi dans les cinq ans. Un élément qui ne manque pas d'étonner Ingrid Ballesca, analyste chez ING, qui a supervisé l'enquête. «Il est surprenant de constater qu'un grand nombre d'entre eux ont réussi à mettre de côté l'acompte nécessaire pour leur hypothèque et l'achat d'un logement.», souligne-t-elle. 


Henri Kox will den Ausbau des erschwinglichen Wohnraums mit mehreren Maßnahmen forcieren.
Le marché du logement figé par le coronavirus
Quel est l'impact de la crise sur le marché de l'immobilier ? Les pouvoirs publics devront-ils construire davantage de logements à prix abordables ? Le ministre du Logement (Déi Gréng), Henri Kox répond alors que tout le secteur est en proie à l'immobilisme.

Si l'achat d'un bien représente un coût important, peu d'étrangers semblent néanmoins le regretter. En effet, une grande majorité d'entre eux recommandent même aux autres nouveaux arrivants de faire de même. Et pour cause. «Ils sont encore plus nombreux à penser qu'acheter un bien immobilier au Luxembourg est un bon investissement», explique Ingrid Ballesca. Selon le Liser, les prix d'achat des logements ont ainsi enregistré une hausse de 11% au dernier trimestre 2019. Une bonne nouvelle pour les propriétaires ou promoteurs qui souhaitent vendre...

Pesant les avantages et les inconvénients, 87% des expatriés déclarent toutefois avoir pris la bonne décision en s'installant au Luxembourg. 70% d'entre eux prévoient de s'y installer durablement. Bien qu'un quart d'entre eux admettent souhaiter quitter le pays une fois à la retraite.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Les prix de l'immobilier n'en finissent plus de grimper
Jusqu'à ce que la crise sanitaire ne vienne s'inviter, le Luxembourg continuait à enregistrer une hausse des tarifs de ses maisons et appartements, selon les données publiées lundi par AtHome. Des chiffres basés sur les annonces immobilières passées entre mars 2019 et mars 2020.
Luxtimes,Speculations prix immobilières,Illiustrationen Immobilienagenturen. Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
Diane Adehm: «L'intégration passe quelque part par le luxembourgeois»
Elle dit avoir appris à parler le français à Namur. Mariée à un Français qui a acquis la double nationalité, la députée Diane Adehm, estime que «la langue luxembourgeoise, c'est vraiment le moyen d'intégration des étrangers». Alors qu'elle n'avait jamais eu l'intention d'entrer en politique, cette battante affiche un parcours sans faute qui pourrait jouer en sa faveur en octobre. Mais que veut Diane?
22.1.WO fr / Hesperange /  ITV Diane Adehm , CSV / Frankophonie /  Foto:Guy Jallay