Changer d'édition

7% de la population immunisée contre le covid-19
Luxembourg 3 min. 18.01.2021

7% de la population immunisée contre le covid-19

Selon le virologue, le vaccin reste le seul moyen de maîtriser la pandémie.

7% de la population immunisée contre le covid-19

Selon le virologue, le vaccin reste le seul moyen de maîtriser la pandémie.
Photo: AFP
Luxembourg 3 min. 18.01.2021

7% de la population immunisée contre le covid-19

Anne-Sophie DE NANTEUIL
Anne-Sophie DE NANTEUIL
Contrairement aux idées reçues, si une frange de la population a déjà été infectée par le virus, cela n'implique pas pour autant qu'elle est désormais protégée contre le covid-19. Tout comme son entourage. Explications avec le virologue Thomas Dentzer.

Etes-vous protégé contre le covid-19 ? Pour répondre à cette question, le gouvernement luxembourgeois a lancé, depuis début novembre, une vaste enquête visant à tester résidents et frontaliers en ce sens. L'objectif : détecter la présence d'anticorps dans le sang pour connaître le taux d'immunité de la population du pays. 

Chaque semaine, 3.000 invitations à un test d'anticorps sont ainsi envoyées dans cette optique. «Nous essayons de représenter un échantillon représentatif», explique le Dr Thomas Dentzer, virologiste et attaché à la direction au ministère de la Santé à nos confrères du Luxemburger Wort. Au total, environ un tiers accepte l'invitation, permettant au LNS de tirer ses premières conclusions. 

«Environ sept pour cent de la population a des anticorps dans le sang», estime Thomas Dentzer, soit environ 44.000 personnes. Un chiffre relativement proche des quelque 48.800 infections recensées depuis le début de la pandémie. 

Pour autant, toute personne infectée par le covid-19 ne possède pas d'anticorps, prévient le virologue. En effet, les globules blancs qui empêchent le virus de pénétrer dans la cellule hôte ne sont souvent détectables dans le sang que pendant sept à huit mois environ. Après quoi, la concentration des anticorps dans le sang diminue, voire disparaît. En d'autres termes, les personnes infectées par le covid-19 au début de la pandémie peuvent désormais ne plus être immunisées contre le virus. 


Rita Passey is injected with a Covid-19 vaccine at the NHS vaccine centre that has been set up at the Millennium Point centre in Birmingham, central England on January 11, 2021. - Seven mass coronavirus vaccination sites opened across England on Monday as the government races to dose millions of people while a new strain of the disease runs rampant across the country. (Photo by Jacob King / POOL / AFP)
L'OMS n'envisage pas l'immunité collective en 2021
Bien que les campagnes de vaccination au covid-19 se multiplient à travers le globe, l'OMS a averti que l'épidémie se prolongerait au moins jusqu'à la fin de l'année. Cela en raison des milliards de doses nécessaires pour endiguer la diffusion du virus.

Par ailleurs, des doutes perdurent quant à la concentration nécessaire dans le sang pour garantir une protection. Mais la bonne nouvelle, souligne le virologue, c'est que les anticorps ne sont pas les seuls à protéger contre une nouvelle infection et donc contre une éventuelle maladie. Les cellules dites T, aussi appelées les lymphocytes T, offrent une protection supplémentaire et constituent une forme différente de globules blancs. Cependant, il est beaucoup plus difficile de les mesurer, précise le docteur.

Immunisé, mais pas non contagieux

Toutefois, même s'il n'y a plus d'anticorps dans le sang, les cellules mémoires reconnaissent l'agent pathogène en cas de nouvelle infection. Autrement dit, lorsqu'une personne anciennement infectée est à nouveau confrontée au virus, ces cellules déclenchent une réponse immunitaire dans l'organisme et évitent l'apparition d'une forme grave de la maladie. Mais si cela permet de protéger la personne, cela n'est pas le cas de l'entourage. 


This picture taken on January 5, 2021, in Paris, shows figurines and a syringe to illustrate people receiving Covid-19 (novel coronavirus) vaccinations. - EU nations started their Covid-19 vaccination campaigns with their most vulnerable groups on December 27, 2020, as a new coronavirus variant spread internationally and the WHO warned the current pandemic will not be the last. (Photo by JOEL SAGET / AFP)
«Le vaccin entraîne le corps à combattre le virus»
Infectiologue aux hôpitaux Robert Schuman, le Dr Gerard Schockmel a répondu mardi soir aux interrogations du public au sujet du précieux sérum développé contre le covid-19. La rédaction vous propose un résumé des réponses aux huit questions les plus fréquemment posées.

Selon de récentes études, même protégé, il serait en effet toujours possible de transmettre le virus. Raison pour laquelle il est «extrêmement important» que les personnes considérées comme étant à risque face au covid-19 soient «vaccinées le plus tôt possible», souligne Thomas Dentzer. Selon cet expert, il s'agit en effet du seul moyen de maîtriser la pandémie.  

Reste néanmoins encore à voir combien de temps la vaccination offrira réellement une protection suffisante contre la maladie. Il est en effet possible qu'une nouvelle vaccination soit nécessaire après huit à douze mois, tout comme c'est le cas pour d'autres, tels que le vaccin contre la grippe.


Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

L'OMS n'envisage pas l'immunité collective en 2021
Bien que les campagnes de vaccination au covid-19 se multiplient à travers le globe, l'OMS a averti que l'épidémie se prolongerait au moins jusqu'à la fin de l'année. Cela en raison des milliards de doses nécessaires pour endiguer la diffusion du virus.
Rita Passey is injected with a Covid-19 vaccine at the NHS vaccine centre that has been set up at the Millennium Point centre in Birmingham, central England on January 11, 2021. - Seven mass coronavirus vaccination sites opened across England on Monday as the government races to dose millions of people while a new strain of the disease runs rampant across the country. (Photo by Jacob King / POOL / AFP)
«Le vaccin entraîne le corps à combattre le virus»
Infectiologue aux hôpitaux Robert Schuman, le Dr Gerard Schockmel a répondu mardi soir aux interrogations du public au sujet du précieux sérum développé contre le covid-19. La rédaction vous propose un résumé des réponses aux huit questions les plus fréquemment posées.
This picture taken on January 5, 2021, in Paris, shows figurines and a syringe to illustrate people receiving Covid-19 (novel coronavirus) vaccinations. - EU nations started their Covid-19 vaccination campaigns with their most vulnerable groups on December 27, 2020, as a new coronavirus variant spread internationally and the WHO warned the current pandemic will not be the last. (Photo by JOEL SAGET / AFP)
La stratégie de dépistage du gouvernement à la loupe
Le Luxembourg a débloqué un budget de 4,7 millions d'euros pour tester l'ensemble de sa population. Avec l'objectif d'éviter une seconde vague. Mais comment s'y prennent concrètement les autorités sanitaires ? Explications.
Lok , Coronavirus , Sars-CoV-2 , Covid-19, Xavier Bettel und Paulette Lenert besuchen Hopital Kirchberg , Hopitaux Robert Schuman , Scanner , Mundschutz , Foto:Guy Jallay/Luxemburger Wort
«Pouvoir tester la population à grande échelle»
Impliqué dans la recherche d'un protocole de lutte contre la pandémie, l'institut luxembourgeois de la santé milite pour augmenter le nombre de personnes testées au covid-19. Explications avec le professeur Markus Ollert, responsable du service recherche.
Der Forscher unterstützt, dass die Immuntests und Therapien möglichst made in Luxembourg sind - und jeder einen Covid-19-Pass erhält.