Changer d'édition

65 victimes de violences en attente d'un hébergement
Luxembourg 02.12.2022
Femmes en détresse

65 victimes de violences en attente d'un hébergement

Au lieu de rester quatre mois dans une de ces structures, qui doivent servir de solution transitoire, les femmes restent jusqu'à un an.
Femmes en détresse

65 victimes de violences en attente d'un hébergement

Au lieu de rester quatre mois dans une de ces structures, qui doivent servir de solution transitoire, les femmes restent jusqu'à un an.
Photo: Getty Images
Luxembourg 02.12.2022
Femmes en détresse

65 victimes de violences en attente d'un hébergement

Susy MARTINS
Susy MARTINS
Pour de nombreuses femmes, il est compliqué de trouver un logement sur le marché privé, et les listes d'attente au Fonds du logement sont également longues.

Environ 65 femmes, victimes de violences domestiques, sont actuellement sur une liste d'attente pour intégrer un centre d'accueil pour femmes - certaines d'entre elles devront attendre jusqu'à un an pour obtenir une place. 


Féminicide au Luxembourg - Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort
Le féminicide, une réalité qui reste encore trop tue
Au Luxembourg, s'il existe bien quelques chiffres sur les homicides conjugaux, aucune statistique plus affinée ne permet de quantifier le phénomène de manière plus précise. Ce qui constituerait, pour certains, une véritable entrave à son éradication.

C'est ce qu'a déclaré Sandra Antinori, l'une des responsables du refuge pour femmes «Femmes en détresse», à RTL. Elle souligne qu'il y a toujours eu une liste d'attente, mais qu'avec la crise du logement, la situation est pire. Pour de nombreuses victimes, il est difficile de trouver un logement sur le marché privé, et les listes d'attente au Fonds du logement sont également longues. 

Selon Sandra Antinori, au lieu de rester quatre mois dans une de ces structures, qui doivent servir de solution transitoire, les femmes restent jusqu'à un an. Tant qu'aucune victime ne quitte le refuge, aucune autre femme ne peut être accueillie non plus, ce qui allonge considérablement le temps d'attente. 

Cet article a été publié pour la première fois sur Contacto.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

La violence psychologique, un sujet tabou
La violence psychologique ne laisse pas de cicatrices, mais marque les victimes à vie. Une victime et la directrice de Femmes en détresse se confient.