Changer d'édition

60 millions d'euros pour prolonger le testing
Luxembourg 4 min. 14.07.2020

60 millions d'euros pour prolonger le testing

Les drive-in pour les tests, comme ici au parking Bouillon, pourraient être remplacés dans les mois à venir.

60 millions d'euros pour prolonger le testing

Les drive-in pour les tests, comme ici au parking Bouillon, pourraient être remplacés dans les mois à venir.
Photo : Anouk Antony
Luxembourg 4 min. 14.07.2020

60 millions d'euros pour prolonger le testing

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
La commission Santé a planché, ce mardi, sur les modalités de prolongation du dépistage covid-19 organisé au profit des Luxembourgeois, des touristes et des frontaliers. Une possibilité qui pourrait rester en place jusqu'à la mise à disposition d'un vaccin.

Fin juillet, il devrait en être fini de la première phase du testing grand format mis en place par le Luxembourg. A l'heure où les résultats de ce dépistage à grande échelle valent au pays d'être "blacklisté' par certains autres Etats (Norvège, Belgique et maintenant l'Allemagne pointant le pays comme "zone à risque"), le gouvernement a pourtant l'intention de poursuivre cette opération. «Mais cette fois, nous ne sommes plus en état de crise, il y a donc des procédures à respecter» , note Mars di Bartolomeo (LSAP), président de la commission Santé de la Chambre.

Autour de lui, mardi, les députés ont donc pris connaissance du projet de loi instaurant cette prolongation du "Large Scale Testing". «Face à un ennemi qui n'attend qu'une occasion pour réattaquer, il ne faut pas compter sur des méthodes habituelles ni des budgets habituels», fait d'ailleurs remarquer celui qui, de 2004 à 2013, était à la place de Paulette Lenert à la tête du ministère de la Santé.» Cette fois, il est effectivement fait état d'«un montant considérable : 60 millions d'euros. «Les laboratoires luxembourgeois, en solo ou regroupés, pourront postuler à l'adjudication publique qui va être lancée, mais comme d'autres sociétés étrangères spécialistes de l'analyse biologique», indique Mars di Bartolomeo.

La somme dédiée au dispositif est importante pour deux raisons. Déjà, parce que cette poursuite du dépistage global pourrait bien durer. La limite en serait la mise à disposition d'un vaccin, on ne sait quand donc. Ensuite parce que le gouvernement a bien l'intention de conserver le même large spectre de testing.


A costumer, wearing a protective mask due to the COVID-19 pandemic, has his temperature checked before entering a supermarket in the Iraqi capital Baghdad, on June 23, 2020. (Photo by AHMAD AL-RUBAYE / AFP)
52 cas de maladie professionnelle liés au covid-19
Au fil des semaines, l'Association d'assurance accident note les effets de la pandémie sur le nombre de dossiers validés. Les personnels soignants payent visiblement un lourd tribut à la contamination.

Population générale, écoliers, seniors, salariés (résidents comme frontaliers) clusters, passagers du Findel, personnels exposés au virus de par leur profession (l'on sait que les soignants payent un lourd tribut en termes de maladie professionnelle) ou citoyens à la santé fragile : pas question de réduire le champ des recherches de propagation du covid-19 dans la société. «Si l'Organisation mondiale de la santé ou l'Institut européen pour les maladies infectieuses avaient une meilleure solution à proposer, nous les écouterions. Mais pour l'instant, la consigne reste de tester, tester, tester.» Et donc aussi payer, payer, payer.

Même en gare

Par ailleurs, après le Findel et le test proposé aux passagers atterrissant à l'aéroport national, il sera question à l'avenir de déployer également des offres de test covid-19 aux usagers du rail. Des bons pourraient ainsi être remis aux voyageurs descendant de trains en provenance de l'étranger, et une station de dépistage installée en gare de Luxembourg. 

Les députés ont aussi tenu à interroger le ministère de la Santé sur ce qu'il adviendra durant la phase transitoire, au terme de la première volée de tests qui devrait s'achever fin août. «En terminant nos travaux sur ce projet de loi avant les vacances, il ne devrait pas y avoir de temps mort, ni de rupture matérielle entre les deux phases.» Par contre, pour l'automne et l'hiver, il faudra sans doute revoir la formule drive-in actuelle. Adaptée pour la belle saison, mais difficile à maintenir par mauvais temps. «Il y a des pistes pour aller au-devant des populations sous d'autres formules», indique Mars Di Bartolomeo. Des modalités à préciser encore.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Le covid-19 a fait une 119ème victime
Ce jeudi, 66 nouveaux cas ont été recensés, selon les chiffres publiés par le ministère de la Santé. Un nouveau décès est par ailleurs à déplorer, portant à 119 le nombre de patients décédés du virus au Luxembourg.
05.08.2020, Rheinland-Pfalz, Bitburg: Eine ehrenamtliche Helferin des Deutschen Roten Kreuzes (DRK) im Schutzanzug nimmt mit einem Wattestäbchen bei einem Urlaubsrückkehrer eine Probe, die auf das Coronavirus getestet wird. Bitburg ist die erste von vier Teststationen in Rheinland-Pfalz, in denen sich rheinland-pfälzische Reiserückkehrer testen lassen können. Drei weitere Teststationen gehen am Donnerstag in Betrieb. Foto: Harald Tittel/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Ce qui se cache derrière la stratégie de tests
Six semaines après le début de la campagne, le dépistage national mené par le LIH se poursuit. Mais ce dernier continue aussi de soulever des interrogations, notamment sur la stratégie mise en place par le ministère de la Santé.
A health worker manipulates blood samples of COVID-19-infected patients at the laboratory of Anhembi emergency makeshift hospital in Sao Paulo, Brazil on July 1, 2020. - The Red Cross decried Wednesday the politicisation of the pandemic in many countries, warning that the "divisive" response by leaders in places like Brazil and the United States was taking a heavy toll. The South-American country counts nearly 60,000 deaths from more than 1.4 million cases. (Photo by Miguel SCHINCARIOL / AFP)
«Tout ne se passe pas comme prévu»
La ministre de la Santé, Paulette Lenert, reconnaît que la brusque reprise des infections ne faisait pas partie du scénario espéré. Le pire serait de voir le nombre d'hospitalisations bondir d'ici quelques jours.
online.fr, Paulette Lenert, lsap, Politik, Gesundheitsministerin,  Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
«Voir le dépistage comme une contribution à la société»
Le testing à large échelle est actuellement le moyen le plus sûr de pouvoir contenir le virus, selon Ulf Nehrbass, directeur de l'Institut luxembourgeois de la santé. Car si une chaîne d'infection devait apparaître, il serait alors possible de la détecter et d'intervenir rapidement.
Lokales, Covid-19 Test, P&R Belval, large scale testing,  Esch Alzette, Foto: Guy Wolff/ Luxemburger Wort