Changer d'édition

60% des salariés souhaitent savoir ce que gagnent leurs collègues
Luxembourg 2 min. 17.05.2022
Emploi au Luxembourg

60% des salariés souhaitent savoir ce que gagnent leurs collègues

L’étude révèle qu’un salarié sur cinq (18%), seulement, déclare que ses collègues savent ce qu’il gagne.
Emploi au Luxembourg

60% des salariés souhaitent savoir ce que gagnent leurs collègues

L’étude révèle qu’un salarié sur cinq (18%), seulement, déclare que ses collègues savent ce qu’il gagne.
Crédit: Shutterstock
Luxembourg 2 min. 17.05.2022
Emploi au Luxembourg

60% des salariés souhaitent savoir ce que gagnent leurs collègues

Simon MARTIN
Simon MARTIN
Si les discussions autour du salaire en entreprise restent délicates, les salariés ne s’opposent pas à davantage de transparence en la matière.

Les salaires, un sujet ô combien tabou dans de nombreuses entreprises. Après avoir expliqué que plus d'un salarié sur deux craint de demander une augmentation, jobs.lu vient de dévoiler les résultats d'une étude concernant les enjeux salariaux. 


Une mauvaise relation avec son N+1 est source de cauchemars
C'est le résultat d'une étude menée par jobs.lu qui affirme que près d’un salarié sur cinq a déjà cherché de l’aide par crainte pour sa santé mentale, en raison d’une mauvaise relation avec un supérieur.

Dans celle-ci, on apprend notamment que 60% des salariés souhaitent savoir ce que gagnent leurs collègues. D’autre part, près de trois salariés sur quatre (72,14%) accepteraient que leur niveau de rémunération soit connu de leurs collègues. En réalité, un travailleur sur cinq, seulement, affirme que ses collègues connaissent ce qu’il gagne effectivement.

«Les salariés évoluant dans une même fonction souhaitent pouvoir comparer leur niveau de rémunération. C’est ce qu’affirment 69% des répondants à cette enquête», explique Arthur Meulman, directeur général de jobs.lu. «Alors que, pendant longtemps, le niveau de salaire a été considéré comme un sujet sensible et confidentiel, la sensibilité autour de ces questions évolue. Les collaborateurs, en la matière, souhaitent être informés de manière plus transparente autour de ces questions, pouvoir se positionner vis-à-vis de l’entreprise ainsi qu’à l’échelle du marché.»  

Un cercle restreint

Cependant, on constate que le niveau de rémunération d’une personne n’est actuellement partagé qu’avec un cercle restreint de personnes proches. En effet, un salarié sur deux déclare que son époux/épouse connaît son salaire tandis que les parents d’un salarié sur trois savent ce que leur enfant gagne. En effet, un salarié sur quatre partage son niveau de rémunération avec ses amis.


Young brunette curly female reading her bill papers, looking stressed
Six salariés sur dix insatisfaits de leur salaire
La majorité des travailleurs luxembourgeois estiment ne pas être payés à leur juste valeur. Un constat risqué pour les entreprises, dans un marché du travail qui se montre de plus en plus tendu.

« L’étude révèle en outre qu’un salarié sur cinq (18%), seulement, déclare que ses collègues savent ce qu’il gagne», poursuit Arthur Meulman. «On voit en effet, à l’échelle de l’entreprise, que d’importants efforts doivent encore être menés en matière de transparence salariale. La question de la rémunération constitue un sujet délicat. Or, dans un marché de l’emploi tendu, et pour garantir la satisfaction des collaborateurs, il apparaît plus essentiel que jamais de pouvoir discuter plus ouvertement du salaire. »

Ne pas être jugé sur son salaire

L’enquête s’est ensuite intéressée aux motivations des salariés qui ne souhaitent pas que leur niveau de revenus soit connu de leurs collègues. Plus d'un répondant sur deux considère que cela relève de l’information à caractère privé. Ces derniers considèrent que cette transparence conduit à des conflits ou à un sentiment de jalousie. Enfin, un salarié sur trois ne souhaite pas être jugé sur base de son salaire.

« Si l’on constate, au regard des résultats de cette étude, qu’il y a une réelle demande pour davantage de transparence, la question salariale demeure sensible pour une part significative des travailleurs», explique Arthur Meulman. «Dans ce contexte, une bonne politique salariale, bien construite, que l’entreprise peut partager avec l’ensemble des collaborateurs, est un outil essentiel pour faciliter la communication autour des questions de rémunération et garantir la satisfaction des collaborateurs. »              

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Du fait de l'inflation, le Smic sera revalorisé le 1er mai pour la troisième fois en sept mois en France et franchira la barre mensuelle des 1.300 euros net mais ni Emmanuel Macron, ni Marine Le Pen ne souhaitent aller au-delà de cette augmentation automatique.
La majorité des travailleurs luxembourgeois estiment ne pas être payés à leur juste valeur. Un constat risqué pour les entreprises, dans un marché du travail qui se montre de plus en plus tendu.
Young brunette curly female reading her bill papers, looking stressed