Changer d'édition

50% des participants Con-Vince ont bien développé des anticorps
Luxembourg 4 min. 16.09.2021
Recherche covid au Luxembourg

50% des participants Con-Vince ont bien développé des anticorps

Pour le Pr Rejko Krüger, "ce virus nous apprend toujours quelque chose de jour en jour". De là à souhaiter que l'épidémie dure encore...
Recherche covid au Luxembourg

50% des participants Con-Vince ont bien développé des anticorps

Pour le Pr Rejko Krüger, "ce virus nous apprend toujours quelque chose de jour en jour". De là à souhaiter que l'épidémie dure encore...
Photo archives : Pierre Matgé
Luxembourg 4 min. 16.09.2021
Recherche covid au Luxembourg

50% des participants Con-Vince ont bien développé des anticorps

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
L'étude Con-Vince vient de terminer une batterie d'analyses auprès de sujets luxembourgeois volontaires pour ses travaux de recherche. Aux scientifiques d'analyser maintenant l'efficacité et la durée des défenses immunitaires développées dans la population.

Toutes les recherches scientifiques ne peuvent pas en dire autant. Un an et demi après son lancement, l'étude CON-VINCE peut toujours compter sur 80% des volontaires qui s'y étaient inscrits au printemps 2020. Ainsi, d'avril à juin, ils ont été près de 1.500 (sur les 1.870 volontaires initiaux de 18 à 79 ans) à répondre à l'invitation des équipes du LIH pour une nouvelle session de tests sanguins. De ceux qui permettent de suivre le niveau de réaction immunitaire développée face à l'épidémie. «Aujourd'hui, on peut dire que plus de la moitié de notre panel a développé une réaction immunitaire contre le SARS-CoV2», annonce le Pr Rejko Krüger du Luxembourg Institute of Health (LIH). 


Prof. Rejko Krüger - Parkinson-Erkrankung - Photo : Pierre Matgé
L'étude CON-VINCE a débuté au Grand-Duché
Le pays va se lancer dans une série de tests pour mieux comprendre comment le covid-19 se propage. Le chef du projet, le Pr Krüger, explique en quoi consistera cette enquête menée d'abord sur 1.500 personnes.

50%, un ratio en brusque augmentation depuis les dernières communications de l'équipe du LIH sur le suivi. En mai 2020, deux mois après les premiers cas signalés au Grand-Duché, les chercheurs estimaient à 2% le nombre d'habitants ayant eu affaire au virus. Un mois plus tard, le taux passait à 3%, etc. Et si aujourd'hui, le pourcentage a bondi, le spécialiste l'explique simplement : «Deux vagues de contamination fortes sont passées par là depuis, et surtout la vaccination a fait son entrée en jeu».

Chaque injection administrée depuis décembre (plus de 776.000 à ce jour) a ainsi fait «entrer en contact les résidents et le virus, sans que cela déclenche d'infections sérieuses ou des symptômes bénins dans la plupart des cas.» Sur la dernière volée de tests, CON-VINCE disposait ainsi de sujets qui, pour près de la moitié d'entre eux étaient déjà primo-vaccinés et 17% avaient déjà reçu leur deuxième dose. De quoi booster les compteurs sérologiques et les résultats.

«C'est d'ailleurs intéressant de noter que chez nos participants, intéressés par l'infection et régulièrement informés de l'avancée de la recherche, la participation à la vaccination était importante. Je suis intimement persuadé que quand la science s'explique, elle obtient la confiance. C'est pourquoi nous avions mis en place un système de newsletter et de foire aux questions qui ont bien fonctionné», note le responsable de l'étude. 

D'ici quelques semaines, les résultats Con-Vince de séroprévalence liée à l'exposition au virus Sars-CoV-2 seront officiellement publiés. Mais déjà l'équipe de recherche a fait part de certaines données aux participants eux-mêmes. Souvent pour que ces derniers découvrent qu'ils avaient été en infection active sans le savoir... Et le LIH est en mesure de déterminer la source même du virus, la voie naturelle ou la vaccination.

«Maintenant, avec les échantillons en notre possession, on a une mémoire de l'épidémie et des réactions à disposition. Nous allons donc pouvoir noter la stabilité des anticorps dans le temps. Pas seulement leur nombre mais leur rôle réel de défense face à l'agression du coronavirus.» Des données précieuses pour évaluer l'utilité d'une «vaccination rafraîchie» (ou troisième dose) en population générale, au-delà donc des cas admis pour l'heure pour cette injection supplémentaire. 

Des renseignements également utiles pour connaitre les forces et faiblesses de l'immunité acquise soit au fil du temps, soit face aux variants qui se sont succédé au pays. Et voir ce que telle ou telle souche a pu provoquer comme réaction des anticorps naturels. 

 «Les analyses permettront aussi de déterminer quel type d'homme ou de femme est plus sensible à l'infection et quelle forme de maladie ils ou elles développent ou non», poursuit le Pr Krüger. Autant de recherches plus poussées finalement ''grâce'' à la durée de l'épidémie covid... 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Le laboratoire estime que l'administration de Paulette Lenert n'a pas agi dans les règles de la concurrence dans l'attribution des différents marchés du Large Scale Testing. Plainte a été déposée auprès de la justice luxembourgeoise et des instances européennes.
Alors que l'arrivée d'une quatrième vague d'infections au covid-19 reste d'actualité, le directeur de la Santé réaffirme le besoin d'atteindre l'immunité collective. Ce qui passera notamment par l'injection de doses aux 6-12 ans, pour l'heure exclus de la campagne vaccinale.
Si la ventilation des salles de classe est toujours recommandée contre la propagation du covid à l'école, le ministère de l'Education renouvelle son refus d'installer des équipements censés chasser le virus de l'atmosphère.
ARCHIV - 07.01.2021, Berlin: In einem Klassenraum im Schadow-Gymnasium steht ein Luftreiniger, der die Corona-Infektionsgefahr während des Unterrichts senken soll. Aus Sicht der Gewerkschaft für Erziehung und Wissenschaft gibt es noch viel zu wenige davon in den Berliner Schulen.
(zu dpa: «GEW fordert deutlich mehr Belüftungsgeräte für Berlins Schulen») Foto: Christophe Gateau/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
La ministre de la Santé reconnaît que quelques centaines de personnes ont été infectées par le covid-19 après avoir reçu la première ou la seconde injection. Des cas étudiés mais pas si étonnants.
A medical worker administer the Jansen (Johnson and Johnson) Covid-19 vaccine to the public at a FEMA run mobile Covid-19 Vaccination clinic at Biddeford High School in Bidderford, Maine on April 26, 2021. - The clinic is jointly run by FEMA and the state of Maine with the help of other federal agencies and the Maine National Guard. The United States has resumed vaccinations with the Johnson & Johnson shot, the third authorised injection, after a brief pause over links to a rare form of clotting. (Photo by Joseph Prezioso / AFP)
C'est là un des premiers résultats de l'étude CON-VINCE lancée à l'échelle nationale. Sur les 1.800 personnes participant à ces mesures, seules 5 ont été détectées positives au covid-19. Soit «un faible taux d'infection», selon les scientifiques.
A man jogs past a giant mask and eye display stuck to a tree in Melbourne on May 8, 2020, as Australia's government unveiled a three-stage plan to get the economy back to a new "COVID-safe" normal by the end of July. - The first stage of the plan will allow groups of up to 10 people to gather in cafes and restaurants, for weddings and to take part in outdoor sports. (Photo by William WEST / AFP)
Le pays va se lancer dans une série de tests pour mieux comprendre comment le covid-19 se propage. Le chef du projet, le Pr Krüger, explique en quoi consistera cette enquête menée d'abord sur 1.500 personnes.
Prof. Rejko Krüger - Parkinson-Erkrankung - Photo : Pierre Matgé