Changer d'édition

5.018 hectares de terrains potentiellement urbanisables
Luxembourg 2 min. 11.01.2022
Urbanisme au Luxembourg

5.018 hectares de terrains potentiellement urbanisables

Ces terrains urbanisables permettraient de créer 142.000 nouvelles unités de logement, pour environ 300.000 habitants.
Urbanisme au Luxembourg

5.018 hectares de terrains potentiellement urbanisables

Ces terrains urbanisables permettraient de créer 142.000 nouvelles unités de logement, pour environ 300.000 habitants.
Photo: Pierre Matgé
Luxembourg 2 min. 11.01.2022
Urbanisme au Luxembourg

5.018 hectares de terrains potentiellement urbanisables

Simon Laurent MARTIN
Simon Laurent MARTIN
Quel avenir pour les terrains urbanisables au Grand-Duché ? Le débat s'est invité dans une question parlementaire. L'idée étant de savoir si une partie des 5.018 hectares potentiellement urbanisables pourrait être mobilisée à court terme.

C'est un euphémisme de dire qu'une crise du logement existe depuis de nombreuses années au Luxembourg. Et cette bulle de l'immobilier semble encore loin d'une explosion. Dès lors, les projets d'habitation continuent de se multiplier un peu partout dans le pays. Seulement voilà, la superficie du Grand-Duché n'est pas illimitée. Concrètement, et selon les députés Mars Di Bartolomeo et Yves Cruchten (LSAP), une étude rapporte que le Luxembourg dispose actuellement de 5.018 ha de terrains potentiellement urbanisables, dont 3.750 ha en zones d'habitation. 


ILLUSTRATION - Zum Themendienst-Bericht von Katja Fischer vom 14. Oktober 2021: Ein Haus braucht ein Grundstück, auf dem es gebaut werden kann. Nicht jedes Grundstück ist aber automatisch Bauland. Foto: Christin Klose/dpa-tmn - Honorarfrei nur für Bezieher des dpa-Themendienstes +++ dpa-Themendienst +++
Ce n'est pas la place qui manque pour bâtir
Le Luxembourg disposerait de 3.750 hectares de réserve foncière disponible pour des opérations d'habitat. De quoi possiblement assurer un toit pour 300.000 habitants. Sauf que libérer ces terrains s'avère bien compliqué.

Ces terrains permettraient de créer 142.000 nouvelles unités de logement, pour environ 300.000 habitants. Dès lors, les députés ont cherché à savoir combien de ces hectares pourraient être mobilisés dans l'immédiat et pour quel pourcentage de ces terrains une autorisation de construire pourrait être délivrée tout de suite, sans autre procédure à entamer. «Vu la crise actuelle du logement, quelles sont les raisons pour lesquelles ce potentiel n'est pas mobilisé ?», se sont interrogés les deux députés socialistes. 

Pour le ministre du Logement Henri Kox (Déi Gréng), 419 hectares des 5.018ha de l'ensemble des terrains disponibles, toutes zones confondues, peuvent être mobilisés immédiatement. «En prenant en compte uniquement les zones destinées à l'habitat (3.732 ha), à savoir les zones d'habitation et les zones mixtes et d'après les estimations des communes, 265 ha seront développés immédiatement», précise-t-il dans sa réponse parlementaire. «Les terrains pour lesquels une autorisation de construction pourrait être délivrée tout de suite sans autre procédure à entamer correspondent aux Baulücken (un espace non construit entouré de parcelles bâties, NDLR). Au sein des zones destinées à l'habitat (donc les zones d'habitation et les zones mixtes), 618 ha de Baulücken ont été identifiés. Elles correspondent à 16,6 % de l'ensemble de la surface destinée à des fins d'habitation.»

D'après les estimations de l'intérêt des propriétaires réalisées par les communes, 160 ha des Baulücken pourront être bâtis directement. Bref, il semblerait donc que le Luxembourg soit amené à multiplier encore davantage les projets immobiliers dans les mois à venir. Mais pour les deux députés, il est important que cette mobilisation s'accélère. Toutefois pour le ministre, encourager de manière ciblée le développement urbain au centre même des zones les plus urbanisées n'est possible que s'il existe suffisamment d'alternatives au «grignotage» des espaces verts au bord des localités. 

La méthode «Raum+», qui relève les réserves urbanisables en zone à bâtir d'au moins 200 m2, fait partie, selon Henri Kox, des clés permettant d'accélérer ce processus. «Cette méthode a d'une part été initiée pour avoir une vue d'ensemble cohérente et digitalisée des potentiels existants mais également pour sensibiliser les acteurs communaux et les soutenir dans leur effort de dorénavant mobiliser plus activement ces terrains. En effet, mieux connaître les obstacles permet de mieux identifier ensemble les solutions à apporter dans le futur», conclut-il.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

En réformant sa loi, le Grand-Duché espère répondre à la crise du logement à laquelle il fait face depuis des années. Deux textes doivent ainsi accélérer la création d'habitations abordables.
IPO,Wohnungsbau-Pacte Logement.SNHBM.Sozialer Wohnungsbau.hier:Kirchberg,Réimerwee.Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
Le Luxembourg disposerait de 3.750 hectares de réserve foncière disponible pour des opérations d'habitat. De quoi possiblement assurer un toit pour 300.000 habitants. Sauf que libérer ces terrains s'avère bien compliqué.
ILLUSTRATION - Zum Themendienst-Bericht von Katja Fischer vom 14. Oktober 2021: Ein Haus braucht ein Grundstück, auf dem es gebaut werden kann. Nicht jedes Grundstück ist aber automatisch Bauland. Foto: Christin Klose/dpa-tmn - Honorarfrei nur für Bezieher des dpa-Themendienstes +++ dpa-Themendienst +++