Changer d'édition

39% des congés pour raisons familiales pour les papas
Luxembourg 2 min. 10.09.2019

39% des congés pour raisons familiales pour les papas

L'an passé, la Caisse nationale de santé aura accordé plus de 110.000 jours de congé pour raisons familiales. Une première.

39% des congés pour raisons familiales pour les papas

L'an passé, la Caisse nationale de santé aura accordé plus de 110.000 jours de congé pour raisons familiales. Une première.
Photo: Shutterstock
Luxembourg 2 min. 10.09.2019

39% des congés pour raisons familiales pour les papas

Si les femmes salariées restent les premières à utiliser ce droit permettant de rester auprès de son enfant malade sans perte de rémunération, la formule séduit de plus en plus de pères.

Maladie grave, accident, raisons de santé impérieuses: dans ces situations, plus que jamais, un enfant a besoin du réconfort de ses parents. C'est là toute l'utilité du congé pour raisons familiales assoupli le 1er janvier 2018. La répartition par sexe des bénéficiaires de la mesure reste largement au bénéfice des mères de famille. Ainsi, pour l'exercice 2018, la Caisse nationale de santé (CNS) a validé 41 certificats émanant de femmes (62,50%) contre 24.731 certificats pour les hommes (37,50%). 

L'année précédente si la balance penchait déjà du côté des mamans, le nombre de pères impactés avait été nettement moindre avec 17.693 certificats délivrés. En douze mois, près de 7.000 nouvelles demandes auront donc été introduites par des salariés masculins.

Pour 2019 et pour la première fois, le seuil symbolique des 110.000 jours de congé pour raisons familiales a été dépassé. La mesure s'est en effet traduite par 111.218 jours de présence accordés à un parent auprès de son enfant malade dont 69.522 jours imputables aux femmes et 41.696 imputables aux hommes.

La dernière révision avait introduit le droit pour chaque salarié ayant un enfant à charge de pouvoir disposer d'un congé pour raisons familiales de 35 jours réparti sur trois tranches d’âge. À partir de 13 ans accomplis jusqu'à 18 ans, ce congé a été porté à 5 jours à condition que l'enfant soit hospitalisé.

Deux dispositions revues

La loi prévoyait alors que ce congé puisse être fractionnable mais aussi que les deux parents ne pouvaient pas le prendre en même temps. Le 29 juillet dernier, le conseil de gouvernement a tenu à revenir sur ce dispositif qui pouvait être «susceptible de créer, pour les parents d'enfants atteints d'une maladie grave ou ayant une déficience d'une gravité exceptionnelle, des situations injustes et extrêmement difficiles à gérer».

Aussi, un projet de loi a-t-il été avalisé pour modifier les articles portant sur ces deux points. 


Sur le même sujet

Les congés maladie en forte hausse
La Caisse nationale de santé se porte bien financièrement mais le nombre de certificats d'incapacité de travail a augmenté tout comme les frais d’hospitalisation. Quant au tiers payant, il rencontre de plus en plus de succès. Revue de détails du rapport 2018.