Changer d'édition

37 salariés de Mercedes Pay touchés par un plan social
Luxembourg 11.03.2020 Cet article est archivé

37 salariés de Mercedes Pay touchés par un plan social

La délégation de la fintech et l'ALEBA ont trouvé un accord avec la direction de Mercedes Pay et ont signé le plan social vendredi dernier.

37 salariés de Mercedes Pay touchés par un plan social

La délégation de la fintech et l'ALEBA ont trouvé un accord avec la direction de Mercedes Pay et ont signé le plan social vendredi dernier.
Photo: Daimler
Luxembourg 11.03.2020 Cet article est archivé

37 salariés de Mercedes Pay touchés par un plan social

Le groupe Daimler, qui a décidé de mettre fin à ses activités au Luxembourg, et l'ALEBA, qui a accompagné la délégation du personnel de la fintech, ont trouvé un accord. Les personnes impactées bénéficieront de mesures d'accompagnement et d'indemnités.

(DH) - Désireux de rapatrier ses activités en Allemagne, le groupe Daimler ferme Mercedes Pay à Luxembourg. La délégation de la fintech et l'ALEBA ont trouvé un accord avec la direction et ont signé le plan social vendredi dernier. Les 37 salariés qui se retrouvent sur le carreau vont bénéficier de mesures d'accompagnement et d'indemnisations financières selon leur âge et leur situation familiale.

Le personnel de la société spécialisée dans les solutions de paiement, de financement et d'exploitation numériques avait été informé de la décision du groupe à la mi-février. Il y a trois ans, Daimler avait annoncé le rachat de la start-up PayCash Europe et l'avait rebaptisée Mercedes Pay. 


Sur le même sujet

Le géant bancaire HSBC a dévoilé mardi des projets de réorganisation radicaux impliquant une réduction de ses activités aux Etats-Unis et en Europe. Il est à l'heure actuelle difficile de mesurer l'impact de cette décision sur l'implantation luxembourgeoise du groupe bancaire.
HSBC a dévoilé mardi ses projets de réorganisation radicaux impliquant une réduction de ses activités aux Etats-Unis et en Europe.
Les récentes expériences des négociations poussent les syndicats à militer pour une refonte de la loi sur la réorganisation des entreprises. Tant l'OGBL, Aleba que le LCGB pointent des «faiblesses», notamment sur la question des licenciements abusifs.
L'OGBL et le LCGB estiment que la durée des négociations d'un plan social doit être légalement allongée et plaident pour une extension de la notion de licenciement économique abusif.
Après plusieurs mois de négociations compliquées, un plan social a été signé ce mercredi chez l'équipementier automobile basé à Bascharage. Ce nouveau coup dur pour l'industrie luxembourgeoise est la conséquence directe d'une réorganisation de l'entreprise au niveau mondial.
Le plan social prévoit le licenciement de 243 salariés sur un total de 514 employés à Bascharage
Alors que le secteur financier reste le principal pilier de l'économie, la question de son attractivité reste au centre des discussions. Pour l'Aleba, principal syndicat de la Place, la nouvelle convention collective doit garantir cette situation, même si «certaines ambiguïtés» demeurent.
Wort.fr, interview de  Roberto Mendolia, Aleba Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort