Changer d'édition

34 jours de tolérance fiscale pour les télétravailleurs belges
Luxembourg 2 min. 31.08.2021
Gäichel 2021

34 jours de tolérance fiscale pour les télétravailleurs belges

Ironie de l'histoire, Pierre Gramegna avait déjà eu l'occasion de discuter de la révision de cette "tolérance fiscale" avec Alexander De Croo. Ce dernier était alors ministre des Finances et pas encore Premier ministre de Belgique.
Gäichel 2021

34 jours de tolérance fiscale pour les télétravailleurs belges

Ironie de l'histoire, Pierre Gramegna avait déjà eu l'occasion de discuter de la révision de cette "tolérance fiscale" avec Alexander De Croo. Ce dernier était alors ministre des Finances et pas encore Premier ministre de Belgique.
Photo : Chris Karaba
Luxembourg 2 min. 31.08.2021
Gäichel 2021

34 jours de tolérance fiscale pour les télétravailleurs belges

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
10 jours de plus sans changement de régime d'imposition: voilà le délai supplémentaire sur lequel les gouvernements luxembourgeois et belge viennent de s'entendre. Une bonne nouvelle pour les quelque 49.000 frontaliers du royaume.

«C'est une grande avancée» si l'on en croit le Premier ministre belge, Alexander De Croo. «C'est un saut qualitatif» à entendre le ministre des Finances luxembourgeois, Pierre Gramegna. Bref, en ce 31 août, de part et d'autre de la frontière, chacun applaudit à l'accord trouvé sur la non-double imposition des journées télétravaillées par les salariés belges du Grand-Duché. La «tolérance» fixée jusqu'alors à 24 jours passera ainsi à 34 jours dès le début de l'année 2022.


Politik, Xavier Bettel und Elio Di Rupo, Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
«Le télétravail à 100% ne sera pas possible»
En visite officielle ce mercredi au Luxembourg, le ministre-président de la Région wallonne s'est dit favorable au passage de 24 à 48 jours de la limite imposée aux frontaliers belges, mais rappelle que «des déplacements devront avoir lieu». Et plaide pour une mobilité «harmonieuse».

C'est là un des accords majeurs signés, mardi, à l'occasion de la 11ème Gäichel. Et même si certains au royaume avaient pu espérer un seuil réévalué à 48 jours, cette nouvelle limite constitue un changement significatif. «Plus 40%!», se devait ainsi de souligner Pierre Gramegna en commentant le palier sur lequel lui et son homologue Vincent Van Peteghem se sont mis d'accord. 

Maintenant, Belgique et Luxembourg vont certainement prolonger la tolérance que la crise covid avait imposée aux deux Etats et à leur administration fiscale respective. Mais avec ces 34 jours accordés et une application à compter du 1er janvier prochain, du côté du gouvernement de Xavier Bettel on estime avoir acté un compromis susceptible de permettre aux quelque 49.000 frontaliers belges «une plus grande flexibilité pour s'organiser». Idem pour les employeurs luxembourgeois d'ailleurs.

La mesure, n'a pas manqué de rappeler Pierre Gramegna, aura également un effet positif sur les transports. Soulageant indirectement les axes ou les liaisons ferrées parfois surchargées par le flux de salariés venus de Wallonie ou des régions frontalières vers le Grand-Duché. 

Et le ministre des Finances de rappeler aussi que tout salarié belge souhaitant avoir recours à plus de jours en télétravail le pouvait, même au-delà de ces 24 + 10 jours. «Seulement au-delà, c'est la fiscalité belge qui s'appliquera pour les journées supplémentaires passées en home-office». Les calculatrices vont chauffer...

Il n'a pas été précisé si l'actuelle ''pause'' sur le décompte des jours télétravaillés des frontaliers belges allait être prolongée. En l'état, elle s'achève au 30 septembre. Mais, confidence de l'ambassadeur Thomas Lambert, il y a de grandes chances pour qu'un délai supplémentaire soit validé jusqu'à la fin de l'année.

Sept femmes ministres présentes pour onze messieurs : la Gaïchel n'était pas un exemple de parité.
Sept femmes ministres présentes pour onze messieurs : la Gaïchel n'était pas un exemple de parité.
Photo : SIP


Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

A défaut de recevoir la Première ministre belge mercredi (visite annulée), le Luxembourg a reçu confirmation de Bruxelles que le gouvernement belge renouvelait l'accord sur le home-working jusqu'au 31 décembre. A la France de suivre maintenant, l'Allemagne poursuivant elle aussi le dispositif.
Le ministre des Finances luxembourgeois a confirmé, mercredi, que les frontaliers de l'Hexagone pourraient poursuivre leur mission en télétravail jusqu'au 31 août, sans risque de pénalité fiscale. Deux jours plus tôt, Bruxelles avait adopté le même calendrier.
Alors qu'un accord de principe prévoyant notamment un doublement du seuil légal du travail à domicile entre la Belgique et le Luxembourg avait été conclu en mai dernier, le ministre des Finances indique jeudi que le texte «n'avait pas pour objet de couvrir le télétravail».
Mercredi, en commission des finances et du budget de la Chambre des Représentants, à Bruxelles, la députée fédérale belge, Anne-Catherine Goffinet, est revenue sur la question du nombre de jours de télétravail autorisés en dehors du Grand-Duché pour les travailleurs frontaliers belges. Le nouveau ministre des finances Alexander De Croo a annoncé qu’il a prévu de reprendre les travaux relatifs à ce dossier avec son homologue luxembourgeois.
Foto young-man-home-using-computer-450w-85837603