Changer d'édition

3,5 millions de masques à distribuer dans tout le pays
Luxembourg 4 min. 16.04.2020 Cet article est archivé

3,5 millions de masques à distribuer dans tout le pays

Le stock de masques destinés aux 626.000 habitants est arrivé au Findel.

3,5 millions de masques à distribuer dans tout le pays

Le stock de masques destinés aux 626.000 habitants est arrivé au Findel.
Photo: AFP
Luxembourg 4 min. 16.04.2020 Cet article est archivé

3,5 millions de masques à distribuer dans tout le pays

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
A compter de la semaine prochaine, les 102 communes du Luxembourg disposeront toutes d'un kit à allouer à leurs employés et chacun de leurs habitants. A charge pour le CGDIS de ravitailler l'ensemble du territoire.

C'est parti. Après les initiatives individuelles de certaines collectivités, l'Etat luxembourgeois a choisi de prendre la main pour distribuer des masques à l'ensemble de la population. Plus de 626.000 habitants qui seront tous destinataires d'un kit comprenant masques chirurgicaux et un flyer explicatif. Le ministère de l'Intérieur et le Syndicat des communes Syvicol en ont validé le principe, mercredi. Juste quelques minutes avant que le Premier ministre Xavier Bettel n'annonce la levée partielle du confinement et une batterie de mesures accompagnant cette étape.

Pourquoi l'initiative n'a-t-elle pas été prise plus tôt? Réponse claire de Nathalie Schmit, conseillère de gouvernement adjointe au ministère de l'Intérieur: «Le gouvernement, en fonction de l'état du stock national de protections individuelles à disposition, a toujours dit que la priorité revenait aux personnels du secteur de la santé. Depuis le début de l'épidémie de covid-19, le challenge a été tenu. Et maintenant que nous avons les pièces à disposition, nous pouvons envisager cette large répartition.»

 La ministre de la Santé, Paulette Lenert l'a fait savoir : aujourd'hui, le Grand-Duché peut s'appuyer sur un stock de 7 millions de masques. La moitié donc va maintenant être mise à disposition des 102 communes. «Le Corps grand-ducal d'incendie et de secours (CGDIS) va jouer un grand rôle dans cette opération», annonce d'ores et déjà le ministère de l'Intérieur. Ainsi, les équipes du CGDIS devront-elles non seulement acheminer les colis du lieu (tenu secret) où sont emmagasinés tous ces masques, mais préalablement constituer le contenu de chaque kit.

En effet, petite ou grande commune, chacune sera destinataire de la même proportion de masques, non seulement pour ses habitants mais également ses personnels. «Disons que le calcul a été fait à raison de cinq masques par individu», note Nathalie Schmit. Sachant que chaque habitant disposera également d'un flyer explicatif individuel «rappelant comment bien porter un masque, mais aussi les limites de protection qu'offre ce type d'accessoire». Histoire de rappeler, par exemple, qu'un masque chirurgical ne se met pas sur les voies respiratoires à longueur de journée.

Quand exactement débutera cette première distribution massive? La réponse appartient à chaque bourgmestre. Une fois reçu son contingent, à lui ou elle de veiller à la juste et rapide répartition «en fonction des moyens disponibles». La seule exigence gouvernementale étant que l'opération puisse débuter ici ou là dès le début de la semaine prochaine.

A Differdange, par exemple, l'administration communale a fait savoir qu'elle commencerait la distribution dès lundi. Et cela grâce à une centaine de volontaires. Ils viendront déposer les lots reçus de l'Etat dans les boites à lettres de tous les habitants.

Et n'en déplaise à ceux qui voudraient que tout aille plus vite, plus fort, mais «la période exige de la prudence», insiste Nathalie Schmit. Plus d'une autorité nationale ayant passé commande de masques a connu des mauvaises surprises. 


Lokales, Corona-Virus, Stéphanie Damm-Krauss näht Stoffmasken mit ihrer Tochter Charlie, Foto: Guy Wolff/Luxemburger Wort
Tout savoir sur les masques «faits maison»
Le port du masque est un «geste de barrière additionnel» pour combattre la propagation du coronavirus. Y compris pour les gens en bonne santé. Comment en fabriquer un soi-même ? Quand le porter ? Faut-il le laver ? Réponses.

Ainsi, l'Allemagne dernièrement a-t-elle réceptionné tout un envoi de masques qu'elle a dû détruire car non conformes aux exigences sanitaires. «Le cargo qui nous a livré ces pièces est arrivé mardi au Findel, rappelle le ministère. Il a fallu vérifier les quantités et la qualité du matériel avant de décider de sa mise en circulation. On ne perd vraiment pas de temps.»

Les équipes de la ministre de l'Intérieur, Taina Bofferding (LSAP), ont toutefois bien conscience que cinq pièces ne suffiront pas à tenir jusqu'à l'extinction complète du virus au Luxembourg. «Mais une autre vague de distribution n'est pas à exclure», se murmure-t-il. Toujours dans le respect de la doctrine : les professionnels de la santé d'abord.  

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Fin annoncée de «la pénurie» de masques
Sujet de polémique en début de crise devenu outil indispensable du déconfinement, les protections buccales ne constituent plus une denrée rare, assure mercredi Paulette Lenert, ministre de la Santé. Qui précise que ces accessoires n'ont jamais été absents dans le secteur des soins.
Lokales, Politik, Illustration, Wirtschaft, Virus, Coronavirus, Maske gegen Ansteckung, Mundschutz,  Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
Première phase du déconfinement dès le 20 avril
Le gouvernement a présenté, ce mercredi, sa stratégie de sortie de crise. Dans un premier temps, les chantiers reprendront et le port d'une protection des voies respiratoires sera rendu obligatoire partout où le maintien d'une distance de deux mètres n'est pas possible.
(de g. à d) Paulette Lenert, ministre de la Santé ; Xavier Bettel, Premier ministre, ministre d'État
Chaque commune reste libre de distribuer des masques
Si le ministère de la Santé organise des distributions de masques auprès des professionnels de santé pour éviter la propagation du covid-19, les bourgmestres peuvent prendre pareille initiative pour leurs habitants.
L'étude CON-VINCE a débuté au Grand-Duché
Le pays va se lancer dans une série de tests pour mieux comprendre comment le covid-19 se propage. Le chef du projet, le Pr Krüger, explique en quoi consistera cette enquête menée d'abord sur 1.500 personnes.
Prof. Rejko Krüger - Parkinson-Erkrankung - Photo : Pierre Matgé
Forces et faiblesses avouées du système de santé
L'absence de clarté sur le port des masques, le manque de données sur le matériel, un système qui repose en grande partie sur les frontaliers. Propulsée ministre de la Santé juste avant la crise sanitaire, Paulette Lenert, fait le point.
Coronavirus - Hôpital Kirchberg - COVID-19 Stock  - Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort
Un marché du matériel médical «digne du Far-West»
Le président de la fédération des hôpitaux, Paul Junck, se dit confiant en la capacité du secteur hospitalier à encaisser la vague de patients infectés au covid-19. Il regrette toutefois les méthodes peu orthodoxes activées sur le marché notamment pour s’approvisionner en respirateurs.
An undated handout image released by University College London (UCL) in London and received on March 30, 2020, shows a volunteer patient posing whilst wearing the Continuous Positive Airway Pressure (CPAP) breathing aid, developed in less than a week by mechanical engineers, doctors and the Mercedes Formula 1 team in conjunction with UCL. - Medical researchers and engineers at UCL have teamed up with Formula One outfit Mercedes to adapt a breathing aid for mass production that could keep coronavirus patients off much-needed ventilators. 
University College London said UK regulators had approved its adaptation of the continuous positive airway pressure device (CPAP), which helps patients with breathing difficulties. A version of the equipment, which increases air and oxygen flow into the lungs, has already been used in hospitals in Italy and China to help COVID-19 patients with serious lung infections. (Photo by James Tye / University College London (UCL) / AFP) / RESTRICTED TO EDITORIAL USE - MANDATORY CREDIT "AFP PHOTO / James Tye/ UCL / Handout " - NO MARKETING - NO ADVERTISING CAMPAIGNS - DISTRIBUTED AS A SERVICE TO CLIENTS