Changer d'édition

255 tonnes de méthane recyclées chaque année
Luxembourg 2 min. 29.10.2019 Cet article est archivé

255 tonnes de méthane recyclées chaque année

Le méthane n'est pas collecté dans l'ensemble des décharges ou stations d'épuration. Une perte économique, un risque environnemental.

255 tonnes de méthane recyclées chaque année

Le méthane n'est pas collecté dans l'ensemble des décharges ou stations d'épuration. Une perte économique, un risque environnemental.
Photo: Nico Müller
Luxembourg 2 min. 29.10.2019 Cet article est archivé

255 tonnes de méthane recyclées chaque année

Le méthane et le protoxyde d’azote provenant des stations d'épuration des eaux usées et des décharges contribuent au réchauffement climatique. Selon l'accord de coalition, ces sites devront être en capacité de produire de l'énergie renouvelable. Mais, à ce jour, les résultats sont encore confidentiels.

(DH avec Jacques Ganser) - Les stations d'épuration des eaux usées et les décharges produisent du gaz à effet de serre qui, à terme, et selon l'accord de coalition, devra être transformé en énergie renouvelable. Déjà, 255 tonnes de méthane sont collectées dans les décharges avant d'être réutilisées chaque année.

Le chiffre a été donné dans une réponse à une question parlementaire de Max Hahn (DP). La ministre de l'Environnement Carole Dieschbourg (Déi Gréng) vient ainsi de fournir toute une série de données relatives à ce sujet. Pour le méthane collecté et réexploité, l'expérience concerne les sites de Muertendall et de Fridhaff. Dans le premier cas cité, le gaz collecté est utilisé pour produire de l'électricité, alors que dans le second il est brûlé à la torche en raison d'une qualité moindre. 


IPO,Rede Lage der Nation.Chambre des Députées,Xavier Bettel,Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
Réduire de «50-55%» les émissions polluantes d'ici 2030
Pour son sixième discours sur l'état de la Nation, ce mardi, Xavier Bettel a largement mis l'accent sur les conséquences du réchauffement climatique et la nécessité pour le pays de mettre en place des objectifs «ambitieux». Une politique que le Premier ministre juge «compatible» avec le développement économique.

Selon Carole Dieschbourg, la centrale de cogénération de Muertendall, mise en service en 2009, a produit 78,15 MWh d'électricité  l'an dernier. Energie redistribuée via le réseau public.  

«Des effets négligeables»

Tout comme les décharges, les stations d'épuration des eaux usées produisent également des gaz, en particulier du méthane et des oxydes de base. En 2017, près de 114 tonnes de méthane et 14 tonnes d'oxyde nitreux (le fameux «gaz hilarant») ont été émises par ces sites de traitement.

Selon la ministre de l'Environnement, cela ne représente toutefois que 0,07% de la production nationale de gaz à effet de serre. Cela reste donc «négligeable» par rapport à ce qu'engendrent le transport routier et les activités agricoles. 

Si les émissions de méthane ont une valeur aussi faible c'est parce que les stations d'épuration luxembourgeoises utilisent généralement des procédés dits «aérobies»: boues activées ou biofiltration. Pour faire simple, l'oxygène nécessaire à ces procédés n'est pas propice à la production de méthane.  La situation est quelque peu différente avec le séchage des boues d'épuration. 

Gagner en efficience

Au total, neuf stations d'épuration des eaux usées sont équipées d'un système de recirculation des gaz pour le séchage de ces boues. Ce système est principalement utilisé pour produire de l'électricité et de la chaleur pour l'usage propre de l'usine. 


Le Luxembourg émet toujours plus de CO2
Le pays a produit 3,7% de dioxyde de carbone supplémentaires entre 2017 et 2018, selon les données d'Eurostat publiées mercredi. Il figure parmi les plus gros émetteurs dans ce domaine au niveau européen.

«L'efficience énergétique des stations d'épuration est depuis longtemps un but important lors de leur construction», indique la ministre de l'Environnement. Cette dernière reconnaît que l'épuration des eaux  reste un processus énergivore. Elle compte sur «l'introduction d'une quatrième étape de traitement visant à réduire les émissions des micropolluants» pour gagner en efficience.

D'après une récente étude américaine, 14% des émissions de méthane humain dans le monde proviennent des décharges. Un danger silencieux mais insidieux puisque le méthane est 25 fois plus impactant pour le climat que le dioxyde de carbone.


Sur le même sujet

C'est en Suisse que les efforts en matière de protection du climat faits par Diekirch, Ell, Tandel, Schifflange, Beckerich et Park Hosingen ont été récompensés ce week-end. Un joli palmarès au milieu de 1.500 villes et villages en lice pour cette récompense.
Autour de leur bourgmestre, Thierry Lagoda, les représentants de Beckerich peuvent être fiers de cette distinction.
L'institut de la statistique a publié une liste de 25 indicateurs à suivre pour évaluer l'évolution du changement climatique au Luxembourg. Entre hausse des températures, baisse de la pluviométrie, augmentation des jours à plus de 30°C et émissions de CO2 croissantes, le bilan n'est pas rose.
Le nombre de jours dépassant les 30° ne cesse de progresser d'année en année. C'est un des indicateurs suivis par le Statec.
Alors que les étudiants luxembourgeois se lancent ce vendredi dans une troisième grève pour le climat, de multiples événements auront lieu tout au long de la semaine du 22 septembre. Avec une manifestation monstre prévue vendredi prochain. Explications.
Klima Demo, Schüler demonstrieren für eine bessere Klimapolitik,  Place de l'Europe, Foto: Guy Wolff/Luxemburg
Le réchauffement climatique s'annonce plus prononcé que prévu, le scénario du pire prévoyant +7°C en 2100, ont averti des scientifiques français en présentant des nouveaux modèles climatiques très alarmants, qui serviront de base pour le GIEC.