Changer d'édition

250 tatoueurs réunis pour la 7ème édition de «The Storm»

250 tatoueurs réunis pour la 7ème édition de «The Storm»

Photo : Lex Kleren
Luxembourg 3 min. 17.05.2018

250 tatoueurs réunis pour la 7ème édition de «The Storm»

La Convention internationale du tatouage, «The Storm», a lieu ce week-end du 18 au 20 mai à Luxexpo au Kirchberg. Cette septième édition rassemble 250 tatoueurs du monde entier dont plusieurs pointures internationales.

(LT) - A partir de ce vendredi 18 mai, 14 heures et jusqu'au dimanche 20 mai, 19 heures, les fans de tatouages auront trois jours pour découvrir les 250 tatoueurs et les invités VIP prévus à l'International Tattoo Convention du Luxembourg, plus connue sous le nom de «The Storm».

«The Storm» est née en 2012 à Differdange dans le Hall de la Chiers. A l'époque, la convention rassemblait seulement 39 tatoueurs et rien ne laissait alors présager le futur succès de la manifestation. Malgré ce succès croissant, le nombre d'artistes tatoueurs à participer à la septième édition a largement baissé comparé aux années précédentes: en 2017, ils étaient plus de 400 professionnels présents durant le week-end.

L'édition 2018 rassemble des invités de marque, comme par exemple les mannequins Kyle Beaumont et Femke Fatale, mais c'est surtout la présence du tatoueur américain Tony Scientific qui va marquer le week-end.

Une convention engagée

Comme chaque année, la Convention internationale du tatouage du Luxembourg s'engage à soutenir une association qui agit pour une bonne cause. L'édition 2018 soutiendra l'association Stëmm vun der Stross qui oeuvre pour l'intégration sociale et professionnelle des personnes défavorisées. Via la plateforme de crowdgiving, Gingo, l'association était parvenue à récolter en un temps record les 30.000 euros nécessaires pour acheter l'indispensable four professionnel pour son restaurant social. Découvrez notre article à ce propos.

Ce week-end, pour chaque ticket d'entrée acheté, 1€ sera reversé à l'association. De plus, une urne sera mise à disposition des visiteurs pendant toute la durée de la convention.

Ni tatouage ni piercing avant 16 ans

Au Luxembourg, 48% des 16-25 ans sont tatoués selon un sondage réalisé en 2016. Depuis mars dernier, une loi a été votée à l'unanimité à la Chambre comblant le vide juridique qui entourait la pratique du tatouage et du perçage.

Aujourd'hui, il faut avoir 16 ans pour se faire tatouer ou percer et au-delà de cet âge jusqu'à ses 18 ans, le mineur devra présenter une autorisation parentale. Le perçage du lobe de l'oreille reste tout de même autorisé pour les mineurs de moins de 16 ans. En revanche, les cutting (sortes de scarifications) et le branding (brûlures sur la peau) sont totalement interdits pour les mineurs.

Cette nouvelle législation encadre également la formation des tatoueurs dans le but d'améliorer la sécurité et l'hygiène de la pratique. A partir de maintenant, les professionnels du tatouage ou du perçage doivent suivre une formation de 21h avant de pouvoir exercer.

L'accès à «The Storm» pour les mineurs de moins de 16 ans est gratuit. Au-delà de cet âge, le prix a diminué par rapport aux éditions précédentes. Cette année, plus de tarif au jour ou au week-end, mais un seul et même prix d'entrée de 20€ pour les trois jours.

Découvrez le travail des 250 tatoueurs présents cette année à la convention.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

35.000 euros collectés en 7 semaines: la Stëmm reste sans voix
«Nous ne nous attendions pas à une telle mobilisation. On se serait cru à Noël!», confesse tout sourire Alexandra Oxacelay, la directrice de la Stëmm vun der Strooss. Via la plateforme de crowdgiving, Gingo, l'association est parvenue à collecter en un temps record les 30.000 euros nécessaires pour acheter l'indispensable four professionnel pour son restaurant social.
Tatouages et piercing interdits pour les mineurs: «On n'a jamais tatoué de mineur sans accord parental»
Annoncée par la ministre de la Santé, la décision de ne plus autoriser les mineurs à se faire tatouer sans autorisation écrite des parents, «c'est du bling-bling», assure Alain Junckel. L'artiste-tatoueur qui connaît bien le milieu, sait que «80% des tatoueurs luxembourgeois le font déjà». Parce que c'est «une question d'éthique» pour un tatoueur professionnel, explique Scylla, son collègue.
 Alain Junckel, alias «The Bee» et gérant de SK8 Ink, shop de tatouage et de piercing à Differdange: «L'accord parental obligatoire pour les mineurs, ça fait déjà six ans que nous le pratiquons».