Changer d'édition

200 millions d'euros misés contre la fièvre climatique
Luxembourg 3 min. 27.07.2021
Environnement

200 millions d'euros misés contre la fièvre climatique

Lutter contre la hausse des températures sur le globe, c'est notamment agir contre la migration climatique.
Environnement

200 millions d'euros misés contre la fièvre climatique

Lutter contre la hausse des températures sur le globe, c'est notamment agir contre la migration climatique.
Photo : Sarah Caron
Luxembourg 3 min. 27.07.2021
Environnement

200 millions d'euros misés contre la fièvre climatique

Le Luxembourg entend investir cette somme, d'ici 2025, dans des initiatives menées à l'étranger dans la lutte contre le changement climatique.

(pj avec Marc Schlammes) A l'exemple des initiatives Friendship ou rainforest.lu, l'engagement international du Luxembourg dans la lutte contre le changement climatique est bien tangible. Concrètement, ces deux associations mènent des chantiers de reforestation au Bangladesh ou au Costa Rica et peuvent compter sur le soutien financier du gouvernement luxembourgeois. Mais le pays entend aussi soutenir des initiatives étrangères pour mettre en œuvre sa stratégie climatique. Et la somme dédiée est loin d'être négligeable : 200 millions d'euros à distribuer sur la période 2021-2025.


L'UE dévoile son plan de bataille pour le climat
La Commission européenne présente ce mercredi «Fit for 55», un ensemble de mesures visant à réduire de 55% ses émissions carbone d'ici 2030. La création de «puits de carbone», la fin des voitures à essence et le développement d'un fonds social en font partie.

Lundi, la ministre de l'Environnement et du Climat a ainsi présenté comment cette dotation serait ventilée. Ainsi, 25 millions devraient revenir à des ONG luxembourgeoises, et 175 millions à des organisations autres. Et Carole Dieschbourg (Déi Gréng) de rappeler que, de 2014 à 2020, le pays s'était déjà engagé à hauteur de 140 millions d'euros sur des projets menés sur les différents continents. Un geste qui fait du Grand-Duché l'un des pays donateurs les plus généreux en la matière, avec la Suède. 

L'idée d'aider les pays en voie de développement à participer à la lutte contre le changement climatique remonte à la conférence mondiale sur le climat de Copenhague, en 2009. Depuis, la communauté internationale a convenu de réunir 100 milliards d'euros par an à investir dans le tiers-monde pour l'adaptation aux modifications du climat et à l'atténuation de ses effets. 

Générosité bien ordonnée

Ainsi, le renforcement de la résilience des populations soutenues est l'un des sept axes de la stratégie climatique du Luxembourg. Les autres domaines concernent la biodiversité, la pureté de l'air et de l'eau, la gestion adéquate des déchets, la finance durable, la mise en œuvre des accords climatiques précédents tels que l'accord de Paris sur le climat de 2015, ou la gestion de la migration climatique. 

En matière de coopération au développement, le Luxembourg est l'un des rares Etats à répondre aux exigences des Nations unies. Le pays investit au moins 0,7% de son PIB annuel dans le domaine. Cette fois, la tutelle des actions menées ou soutenues appartient au ministre Franz Fayot (LSAP). Il y a un mois et demi, lors des Assises de la coopération, ce dernier avait évoqué quelques-unes des initiatives encouragées de par le monde. «Au Burkina Faso, par exemple, nous soutiendrons des projets de reboisement et de valorisation.» 


Maintenant, il faut réduire les gaz
D'ici 2030, le Luxembourg doit réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 55%. Un effort collectif dont la ministre de l'Environnement vient de détailler les objectifs fixés secteur par secteur.

Pour garantir que les fonds luxembourgeois du financement climatique international soient utilisés de manière ciblée, la stratégie contient un certain nombre de critères de sélection. Travail des enfants, non-respect des droits de l'homme, utilisation de l'énergie nucléaire ou recours à des plantes ou des semences génétiquement modifiées font ainsi partie des facteurs d'exclusions de certains Etats ou structures.

Parmi les projets soutenus, les institutions financières peuvent aussi prétendre à des soutiens financiers. C'est notamment le cas de la Banque européenne d'investissement (BEI) avec laquelle le gouvernement a créé une plateforme permettant de mobiliser des fonds privés pour la protection du climat. 

Reste que si la lutte contre le changement climatique passe par des gestes à l'étranger, le premier combat est aussi à mener à l'échelle locale. Le premier round est maintenant lancé au pays, avec l'ambition de réduire de 55% les émissions de gaz à effet de serre des différentes activités nationales d'ici 2030. Chaque secteur économique ayant des ratios à tenir désormais.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

L'Institut de formation sectoriel du bâtiment peut se vanter de posséder la plus grande serre urbaine du Grand-Duché. Preuve que respect de l'environnement et construction peuvent bénéficier l'un de l'autre.
Panorama,Carole Dieschbourg besucht FRESH Projekt in Bettembourg.Foto: Gerry HubertyU/Luxemburger Wort
Pour Déi Gréng, si l'année parlementaire 2020/2021 aura été marquée par la pandémie et ses conséquences, le parti de la coalition estime que le défi principal à venir tient dans les modifications environnementales qui se dessinent.
IPO,Presseiessen Déi Gréng, Josée Lorsché. Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
Souhaitant aider ses membres à devenir plus respectueux de l'environnement, la Chambre de commerce du Luxembourg travaille à l'élaboration d'un label écologique. 200 sociétés, employant plus de 50.000 personnes, se sont déjà engagées à le mettre en place.
Si les villes scandinaves enregistrent les meilleurs taux, selon les analyses réalisées à travers 323 villes de l'UE par l'agence européenne de l'environnement, Luxembourg-Ville n'a pas à rougir de ses résultats.
Landesplanung - Quartier Luxembourg Centre - Photo : Pierre Matgé
La Chambre des députés a adopté le nouveau plan d'action encourageant les 102 communes à faire plus et mieux en matière environnementale. Avec un accompagnement nouveau de la part de l'Etat.
TO GO WITH AFP STORY IN FRENCH BY CHRISTIAN SPILLMANN "UE-CLIMAT-RECHAUFFEMENT-INDUSTRIE" --- (FILES) This photo taken on September 20, 2007 shows construction supervisor Ingolf Krahl (R) watching over the installation of a carbon dioxide reservoir at the construction site of Vattenfall's CO2-free power plant in the eastern German town of Schwarze Pumpe. European industries, invited to develop Carbon Dioxide (CO2) storage in the setting of the struggling EU plan against global warming, are ready to play the game if they are adequately funded to do so, a point which remains in question. The EU is devoted to the objective of reducing all its Carbon emissions by at least 20% before 2020 in comparison with their levels of 1990, and 30% in case of international agreement. AFP PHOTO/DDP/MICHAEL URBAN ---GERMANY OUT---
Après deux ans sans manifestation à cause du covid, le collectif «Youth for climate» a repris son combat ce vendredi. Dans leur viseur, la neutralité carbone et la prise en compte de l'environnement comme une priorité absolue.