Changer d'édition

200 militaires vont tester travailleurs et frontaliers
Luxembourg 3 min. 05.01.2022
Lutte anti-covid

200 militaires vont tester travailleurs et frontaliers

Campagne de vaccination, contact tracing, ce n'est pas la première fois que l'armée prête main-forte dans la gestion de la crise covid.
Lutte anti-covid

200 militaires vont tester travailleurs et frontaliers

Campagne de vaccination, contact tracing, ce n'est pas la première fois que l'armée prête main-forte dans la gestion de la crise covid.
Photo: Guy Wolff
Luxembourg 3 min. 05.01.2022
Lutte anti-covid

200 militaires vont tester travailleurs et frontaliers

Laura BANNIER
Laura BANNIER
A partir du 15 janvier, les salariés ayant reçu une première dose de vaccin anti-covid pourront avoir accès gratuitement à des tests antigéniques certifiés dans l'un des cinq centres déployés par l'armée.

Elle s'y prépare depuis un mois. L'armée va planter ses tentes aux quatre coins du pays dès le 14 janvier pour pouvoir étoffer l'offre de tests anti-covid. En effet, à partir du 15 janvier, l'extension du dispositif CovidCheck sous son régime 3G (vacciné, guéri ou testé) à l'ensemble du monde du travail obligera les non-vaccinés à présenter un test négatif quotidiennement pour pousser la porte de leur lieu de travail.


dpatopbilder - 10.12.2021, Berlin: Soldaten vom Logistikbataillon 172 helfen in einer Impfstelle in den Spandauer Arcaden aus. Die Impfungen werden dort mit dem Impfstoff Spikevax von Moderna durchgeführt. Betreiber der Impfstelle ist der Malteser Hilfsdienst. Pro Tag werden dort bis zu 450 Impfungen möglich sein. Foto: Christoph Soeder/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
L'armée débarque dans la campagne de testing
Près de 150 militaires luxembourgeois devraient être mis à disposition d'une nouvelle campagne organisée au Grand-Duché à compter de la mi-janvier.

Ainsi, 200 militaires seront mobilisés jusqu'au 28 février pour assurer cette campagne de testing. «Cela représente un cinquième des effectifs de l'armée luxembourgeoise, qui continuera parallèlement à assurer ses engagements internationaux, la formation, l'instruction», a assuré le chef d'état-major de l'armée, Steve Thull, lors d'une conférence de presse présentant le dispositif, ce mercredi 5 janvier.

A partir du 14 janvier, les primo-vaccinés pourront donc avoir accès aux 56.000 créneaux de rendez-vous chaque semaine, répartis dans les centres de tests temporaires gérés par les militaires. Depuis le 16 décembre, les personnes ayant effectué leur première injection ont reçu une série de 20 codes personnalisés leur permettant de réaliser des tests antigéniques certifiés pour se rendre au travail, dans l'attente de recevoir leur deuxième dose. «L'idée est d'encourager les personnes à se faire vacciner, c'est pourquoi ces tests seront gratuits», insiste le ministre de la Défense, François Bausch (Déi Gréng).

Les cinq centres ont été répartis sur le territoire national en fonction de la densité de la population, des bassins d'emplois, de leur accessibilité et des capacités de l'armée. Ainsi, les tentes des militaires seront plantées sur le parking du centre culturel de Junglinster, au P+R de Howald, à Luxexpo sud au Kirchberg, dans la zone d'activités Fridhaff, située entre les communes d’Erpeldange-sur-Sûre et de Diekirch, et au parking du rond-point de Esch-Raemerich. 


Les soldats devront être vaccinés au 1er janvier 2022
Les militaires sont les premiers à être soumis à une obligation vaccinale. Une extension à d'autres administrations n'est pas prévue à ce stade a indiqué François Bausch dans une réponse parlementaire.

Ces sites offriront une large amplitude horaire, de 6h à 20h, y compris les weekends, même si les militaires ralentiront la cadence les vendredis, samedis et dimanches. En effet, si en début de semaine l'ouverture se fera sans interruption, une pause sera observée de 13h à 16h le vendredi, de 10h à 16h le samedi, et de 10h à 13h le dimanche. 

Chaque centre de dépistage disposera de deux files d'attente parallèles. Les militaires y contrôleront l'identité et la confirmation de rendez-vous du travailleur avant de le guider sur le lieu de test. Un autotest sera alors pratiqué sous la surveillance d'un membre de l'armée luxembourgeoise, afin qu'il soit certifié CovidCheck. Une fois avoir patienté dans une salle d'attente pendant 15 minutes pour la communication des résultats, la personne repartira avec un certificat valable 24 heures, si elle est négative. En cas de test positif, elle sera invitée à prendre ses dispositions sur le site de contact tracing

Les créneaux de rendez-vous seront ouverts à la réservation à partir du 10 janvier, via le site internet covid testing. «Il est inutile de se rendre à ces centres de tests temporaires si on ne remplit pas les conditions nécessaires», prévient François Bausch. Le ministre de la Défense a tenu à souligner que les personnes qui souhaitent obtenir un test négatif pour aller au restaurant seront refusées. «Ces centres de dépistage seront disponibles jusqu'au 28 février, car il s'agit d'une phase de transition, d'un effort considérable. L'armée a d'autres missions à mener à bien», a tenu à rappeler l'homme politique. 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Les premières doses étaient réservées aux soignants, un an plus tard, ce sont les enfants qui entrent dans les centres. Retour sur une année de vaccination, érigée en solution de premier plan contre la pandémie de covid.
A member of the public receives a dose of a Covid-19 vaccine inside a vaccination centre set up at Grim's Dyke Golf Club in north west London on December 26, 2021. - England pressed ahead with its Covid-19 immunisation campaign on Sunday in the race to inoculate as many people possible while the number of cases of the Omicron coronavirus variant soars. (Photo by Niklas HALLE'N / AFP)
Pas de crainte de licenciement, tests offerts dans certains cas, rétention de jours sur le compte épargne-temps : le syndicat CGFP est ressorti des négociations sur le CovidCheck obligatoire sur le lieu de travail avec diverses avancées.
Illustration Fonction Publique -  Staatsbeamten - Photo : Pierre Matge
Les militaires de l'armée luxembourgeoise déployés à l'étranger n'échappent pas au covid. Mais comme l'uniforme ne protège pas, le protocole sanitaire ordonné aux troupes est tout aussi strict que pour le reste de la population.
Lokales,Sankt-Martin Feier der Armee ,Härebierg.Kaserne Grand-Duc Jean,Diekirch. Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort