Changer d'édition

200.000 visiteurs pour le 1er week-end forain
Luxembourg 7 3 min. 26.08.2019 Cet article est archivé

200.000 visiteurs pour le 1er week-end forain

En plus des prix à remporter sur les stands de jeu, les forains ont mis en place une grande loterie cette année.

200.000 visiteurs pour le 1er week-end forain

En plus des prix à remporter sur les stands de jeu, les forains ont mis en place une grande loterie cette année.
Photo: Chris Karaba
Luxembourg 7 3 min. 26.08.2019 Cet article est archivé

200.000 visiteurs pour le 1er week-end forain

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
La popularité de la Schueberfouer a vite été confirmée ces samedi et dimanche. Le public a bien répondu présent au rendez-vous des attractions. Mieux: la forte affluence n'a pas causé de problèmes de circulation.

Pour connaître la réussite de la Schueberfouer, il suffit de regarder la moustache de Charles Hary. Si les poils pointent vers le ciel, vous pouvez parier que la fréquentation a été bonne. Ouf, ce lundi pour sa conférence de presse, le patron de la Fédération nationale des commerçants forains avait la moustache bien redressée. Et pour cause, «on peut estimer à 100.000 visiteurs par jour, le nombre de personnes qui sont venues ce week-end.»


Cette année, 231 forains attendent les visiteurs sur les 20 jours de fête.
La Schueberfouer rapporte bien plus qu'elle ne coûte
La fête foraine constitue non seulement un temps fort des animations de Luxembourg mais aussi un enjeu économique majeur. La Ville y investit plus de 1,3 million d'euros mais les retombées sont énormes pour bien des saisonniers et des sociétés.

Autant dire que ce démarrage en fanfare met tout le monde en joie pour débuter cette édition 2019 dont la clôture n'est attendue que pour le 11 septembre au soir. «Le beau temps qui dure depuis l'inauguration nous a porté chance. Et puis je crois que chacun nous attendait, les familles qui étaient encore en vacances comme celles et ceux qui ont déjà repris le travail et qui voulaient s'offrir un break.»

Résultat: allées bondées -mais pas surchargées-, stands faisant le plein d'acheteurs, manèges tournant et retournant : la moustache de Charles Hary en frémit encore.

La nouvelle mascotte, Lämmy, va distribuer des billets de tombola les 31 août puis 1er, 7 et 8 septembre. A gagner par tirage au sort: un séjour dans un parc d'attraction.
La nouvelle mascotte, Lämmy, va distribuer des billets de tombola les 31 août puis 1er, 7 et 8 septembre. A gagner par tirage au sort: un séjour dans un parc d'attraction.


Par contre, le président hausse le ton quand on vient à lui parler des suspicions de personnels «exploités» pour le montage des différentes attractions sur le Champ du Glacis. «Il y a peut-être quelques moutons noirs qui ont recours à de telles pratiques. Mais la Fédération veille à ce que cela ne soit plus le cas. Nous voulons des contrats clairs et des conditions de travail respectueuses.»

D'ailleurs, depuis quelques années, l'organisation de la Schueberfouer fait appel à une fiduciaire pour aider tout le volet administratif de ces embauches de saisonniers. «On ne va pas salir l'image de la fête avec ces histoires», peste une dernière fois le responsable. 

Comme il n'a pas de moustache, c'est au large sourire de l'échevin de la Ville de Luxembourg Patrick Goldschmidt qu'il est possible d'avoir confirmation que cette édition a bien débuté. L'élu DP en charge des fêtes et marchés de la capitale se félicite tout particulièrement de la fluidité de la circulation ces derniers jours.

«Je me satisfait notamment du fait que les visiteurs ont bien laissé leurs automobiles aux P+R gratuits mis à leur disposition et emprunter bus et tram qui les amènent sur le champ de foire sans encombre», souligne-t-il. Pour un peu, il ajouterait même un «pourvu que ça dure» en guise d'encouragement à cette bonne conduite.

Plus chaud, moins de monde

Trois jours de grand soleil attendent maintenant les forains, restaurateurs et autres animateurs. Et sous les chauds rayons de ce lundi matin, les professionnels se montraient déjà impatients de retrouver une relative fraîcheur, en milieu de semaine.

«D'expérience, quand il fait trop chaud, la fête bat au ralenti», commente Guy qui astique ses machines à glaces. Lui qui a déjà une quarantaine de Fouer à son actif, sait que les fêtards comme les familles sortent moins quand le mercure grimpe. «C'est pour ça que 2018 a été une excellente année pour tous les métiers présents ici: il a fait doux et nous n'avons eu que deux jours de pluie sur trois semaines», indique le patron du stand «A la renommée des gaufres».

Mais Charles Hary a réponse à tout pour attirer du monde: «S'il fait trop chaud en journée, venez donc le soir», assène-t-il, la moustache frémissante.


Sur le même sujet

Charles Hary assure que les forains sont «très contents» de ces sept premiers jours du Fun um Glacis. «Soulagé» par l'affluence, le président de la FNCF attend encore «un effort» de la part de l'Etat.
Dès ses premières heures, la fête foraine a ravi des milliers de visiteurs. Il est vrai que les attractions ont bénéficié d'un démarrage sous le soleil, et ça ne fait que commencer.
Ambiance féerique dès les premiers tours de manège.
La fête foraine luxembourgeoise connue dans toute l'Europe souffle cette année sa 679e bougie. Ce vendredi, ils étaient déjà des milliers à venir profiter en primeur des attractions.
Lokales, Inauguration de la Schueberfouer 2019, foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
La fête foraine constitue non seulement un temps fort des animations de Luxembourg mais aussi un enjeu économique majeur. La Ville y investit plus de 1,3 million d'euros mais les retombées sont énormes pour bien des saisonniers et des sociétés.
Cette année, 231 forains attendent les visiteurs sur les 20 jours de fête.
Elle a plus de 600 ans, s'étend sur 4,4 hectares au Champ du Glacis, accueillera 231 métiers forains, durera 20 jours et plaît toujours autant. Qui? La Schueberfouer bien sûr. Elle débute ce vendredi, attention au départ.
Lokales, online, Schueverfouer 2019,Aufbauarbeiten, letzter Schliff, Vorbereitungen auf Hochtouren  Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort