Changer d'édition

17 magasins de mode ont fermé en même temps à Luxembourg-ville
Luxembourg 11 2 min. 05.09.2013 Cet article est archivé

17 magasins de mode ont fermé en même temps à Luxembourg-ville

Luxembourg 11 2 min. 05.09.2013 Cet article est archivé

17 magasins de mode ont fermé en même temps à Luxembourg-ville

Coup dur pour la vie commerciale à Luxembourg-ville: dix-sept magasins de mode de luxe et de prêt-à-porter ont fermé en même temps leurs portes dans le centre-ville.

(SK) - Kenzo, Loft, Butterfly, Sandro, Pablo, Gérard Darel, Comptoir des cotonniers, Paul Smith, Marc Jacobs, Sonia Rykiel,... tout ces magasins ont non seulement pour point commun d'avoir fermé leurs portes en même temps.

Ils ont également les même propriétaires, deux citoyens français qui ont fondé le groupe FCPE (Fred Castera et Pascal Einhorn),bien partis pour construire un empire de la mode à Luxembourg-ville avant que tout ne s'écroule comme un château de cartes.

Le groupe FCPE aurait introduit une demande de faillite auprès du tribunal de commerce mercredi soir. Ce jeudi matin, le personnel a trouvé portes closes. Demain vendredi, les vendeurs et vendeuses seront accueillis par l'OGB-L pour être informés de leurs droits.

La rumeur circulait depuis quelque temps. Les propriétaires reprenaient les commerces libres de la Ville-Haute et y installaient des magasins franchisés, jusqu'à ce qu'ils soient dépassés par leur appétit d'étendre leur empire.

La vie commerciale de la capitale va en prendre un sacré coup. Les marques qui avaient vendu des franchises aux deux propriétaires auraient, selon RTL, pour certaines, indiqué vouloir reprendre les magasins.

Ces faillites en série relancent le débat sur une réforme de la loi sur les baux à plus d'un mois des élections législatives.

Xavier Bettel réagit sur Facebook suite à l'article de wort.lu/de

"Je suis particulièrement désolé pour les cent employés de ces commerces. Malheureusement, l'administration communale ne peut pas intervenir, car elle n'a aucun pouvoir de décision quant à qui ouvre quoi, où et combien. Ces facteurs sont négociés entre les propriétaires et les locataires", note Xavier Bettel, bourgmestre de Luxembourg, dans un premier temps sur son compte Facebook.

Le groupe ne faisait pas l'unanimité parmi les commerçants de la ville

Dans un article daté du 26 juin dernier, PaperJam écrivait: "Mais force est de constater que leur présence massive dérange et inquiète. On leur reproche essentiellement d’avoir alléché les propriétaires avec des loyers infiniment supérieurs à ceux qui étaient pratiqués pour ne pas voir les anciens baux renouvelés et ensuite pouvoir attirer des marques de luxe en vue de leur faire payer des pas-de-porte exorbitants."

Dans un article du Lëtzebuerger Land daté du 4 mai 2012, Einhorn avait pourtant réfuté cette pratique: „Ce serait économiquement infaisable. Le loyer doit rester en rapport avec les bénéfices. Les marques que nous vendons, nous permettent des bénéfices plus importants. C'est pourquoi nous pouvons nous permettre de payer des loyers plus élevés.