Changer d'édition

17.000 véhicules rouleraient sans contrôle technique
Luxembourg 2 min. 18.08.2020 Cet article est archivé

17.000 véhicules rouleraient sans contrôle technique

89% des véhicules immatriculés au Luxembourg sont des véhicules de la catégorie Ml (voitures) et Nl (camionnettes} soumis au contrôle technique périodique.

17.000 véhicules rouleraient sans contrôle technique

89% des véhicules immatriculés au Luxembourg sont des véhicules de la catégorie Ml (voitures) et Nl (camionnettes} soumis au contrôle technique périodique.
Photo : Chris Karaba
Luxembourg 2 min. 18.08.2020 Cet article est archivé

17.000 véhicules rouleraient sans contrôle technique

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Nombre de conducteurs luxembourgeois circulent actuellement sans certificat valide, et pour cause. Les centres de contrôle technique ayant été fermés durant le confinement, les propriétaires ont omis de faire vérifier leur voiture ou camionnette.

Oui, on peut être propriétaire d'un véhicule sans forcément disposer d'un certificat de contrôle technique. Mais dans ce cas-là, la voiture reste au garage. En d'autres termes: «l'utilisation des voies publiques par un véhicule non couvert par un certificat de contrôle technique valide n'est pas autorisée». Et le ministre de la Mobilité vient de le rappeler alors que le pays note que -crise covid oblige- de nombreux automobilistes ou propriétaires de camionnettes ont zappé l'opération de vérification pourtant obligatoire. 

L'excuse est toute trouvée : le lockdown a aussi mis à l'arrêt les centres agréés chargés d'ausculter les véhicules et délivrer - ou non- le sésame les autorisant à circuler au Grand-Duché. Tout comme les concessions automobiles, ces structures étaient donc inaccessibles pendant près de trois semaines. Et à la levée des restrictions, les conducteurs n'ont pas eu comme priorité de régulariser leur situation. Au total, «l'oubli » concernerait près de 3% de l'ensemble des seules autos et camionnettes en circulation dans le pays, a confirmé François Bausch (Déi Gréng), interpellé sur le sujet par le député Mars di Bartolomeo.

Le ministre de la Mobilité tempère toutefois les inquiétudes. Les retards de bonne foi peuvent être rattrapés, et une tolérance a été décidée par le gouvernement. «Si le certificat est venu à échéance entre le 18 mars et le 24 juin dernier, la mise en circulation de ces véhicules au niveau national est autorisée jusqu'au 1er septembre 2020», rappelle François Bausch. Comptant sur le civisme de ses concitoyens, le ministre ajoute d'ailleurs : «Un grand nombre de propriétaires ou détenteurs de véhicules ont probablement recouru à cette possibilité». 

D'après les calculs du ministère, en date du 21 juillet, 8.633 autos dont le certificat de contrôle technique était venu à échéance dans la période précitée restaient à contrôler jusqu'au 1er septembre 2020. De fait «environ 17 .000 véhicules ne disposent actuellement plus de certificat de contrôle technique en cours de validité», constatent les autorités.


Le centre de contrôle technique de Lorentzweiler est le 2ème opérateur privé à s'installer au Luxembourg.
Le contrôle technique gagne un site
Le troisième et dernier-né des centres de contrôle technique au Grand-Duché a ouvert ses portes. Cette nouvelle option pour les automobilistes permettra de désengorger les installations de Sandweiler et Bertrange.

Mais si un délai (logique) a été accordé pour mettre administrativement son véhicule en règle, la tolérance ne sera pas de mise au-delà de la date fixée. 

D'ailleurs, la police grand-ducale ne manque pas de sévir quand elle constate une infraction au contrôle technique. L'an passé, 1.645 avertissements taxés ont ainsi été dressés pour mise en circulation d'un véhicule non couvert par un certificat en cours de validité. De quoi valoir aux verbalisés une amende de 145€ et deux points en moins sur leur permis de conduire.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

L'Etat roule de plus en plus à l'électrique
Sur les 2.202 véhicules de la flotte automobile des administrations d'Etat, les motorisations thermiques sont encore (largement) dominantes. Mais les achats s'orientent toutefois vers plus de modèles hybrides ou 100% électriques.
Record en trompe-l'oeil pour les immatriculations
Après quelques mois de ralentissement, le marché automobile luxembourgeois est reparti en flèche en juillet, avec un nombre d'immatriculations jamais vu. Une hausse spectaculaire qui ne serait en réalité qu'un rattrapage après le long confinement.
Lokales, Autofestival 2020, Tesla, Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
Les routes de campagne bien trop mortelles
La circulation sur les autoroutes et axes urbains a été responsable de six accidents mortels, en 2019. Mais seize personnes ont perdu la vie sur de petits axes ruraux, également cadres de 45% des accidents graves constatés l'an passé.
Accident route de Bettembourg, le 28 Avril 2017. Photo: Chris Karaba
La «route de l'automobile» s'apprête à changer de visage
Lieu d'implantation privilégié des groupes automobiles depuis des décennies, la route de Thionville connaîtra d'ici 2023 d'importantes transformations. Au point que cet axe de circulation majeur de la capitale deviendra une route dédiée à la mobilité douce.
«Le leasing accélérera le verdissement du parc auto»
Dominique Roger vient de s'installer au volant de Mobiz, le regroupement des acteurs de la location de véhicules. Pour lui, des mesures fiscales hâtives pourraient pénaliser non seulement ce secteur d'activité mais l'attrait de bien des entreprises adeptes de la voiture de fonction, et des motorisations "propres".
L'ACL favorable à une prime à la casse
L'Automobile Club Luxembourg dénonce le manque de concertation entre le gouvernement et le secteur de l'automobile. L'association suggère une prime dont le montant serait adapté à la catégorie et la gamme des voitures électriques, mais pas seulement.