Changer d'édition

15 millions d'euros perdus à cause du travail au noir
Luxembourg 2 min. 20.09.2022
Un manque à gagner annuel

15 millions d'euros perdus à cause du travail au noir

Le travail clandestin a des conséquences néfastes sur les institutions sociales, sur l'impôt, la sécurité dans les entreprises, sur le droit d'établissement, sur la formation professionnelle ainsi que sur les consommateurs.
Un manque à gagner annuel

15 millions d'euros perdus à cause du travail au noir

Le travail clandestin a des conséquences néfastes sur les institutions sociales, sur l'impôt, la sécurité dans les entreprises, sur le droit d'établissement, sur la formation professionnelle ainsi que sur les consommateurs.
Crédit: D.R.
Luxembourg 2 min. 20.09.2022
Un manque à gagner annuel

15 millions d'euros perdus à cause du travail au noir

Simon MARTIN
Simon MARTIN
Chaque année, cette somme conséquente échappe à l'État en raison du travail clandestin. Un phénomène particulièrement présent dans le secteur de la construction.

Depuis 2018, le nombre d'inspecteurs du travail a été multiplié par trois. En 2021, 8.511 contrôles ont été effectués par l'ITM. De ceux-ci ont découlé 2.315 amendes pour un total de 9.243.000 euros. Parmi les chevaux de bataille, la lutte contre le détachement des travailleurs mais également celle contre le travail au noir. Il faut dire que le travail clandestin engendre chaque année un manque à gagner considérable pour l'Etat luxembourgeois et ce, chaque année.


Les emplois temporaires à nouveau plus nombreux
Le nombre de contrats intérimaires a de nouveau augmenté en 2021, mais n'a pas encore atteint le niveau d'avant la crise.

C'est ce qui ressort d'une question parlementaire des députés André Bauler et Carole Hartmann (DP) adressée au ministre du Travail Georges Engel (LSAP). «Des économistes allemands estiment que, avec la croissance forte des prix, le travail au noir a tendance à se développer davantage, en particulier dans le domaine de la construction. Si tel était le cas, les pertes de recettes fiscales seraient non négligeables», indiquent les deux députés.

Un constat confirmé par le ministre qui évoque ainsi un manque à gagner annuel de l'ordre de 15 millions d'euros par an à cause du travail au noir. «Le Statec (à l'origine de cette donnée, NDLR) ne dispose pas d'indications quant à la moins-value fiscale de ce phénomène au niveau des impôts directs», note le ministre.

Des conséquences néfastes

Pour ce dernier, il est clair que le travail clandestin a des conséquences néfastes sur les institutions sociales, sur l'impôt, la sécurité dans les entreprises, sur le droit d'établissement, sur la formation professionnelle ainsi que sur les consommateurs. C'est pour cela qu'en cas de plainte à l'ITM pour du travail dissimulé, les services d'inspections effectueront systématiquement un contrôle en matière de conditions de travail et de sécurité et de santé au travail. 


Des amendes salées pour le harcèlement moral au travail
Le cabinet d'avocats Arendt & Medernach pointe plusieurs failles dans le projet de loi.

Ainsi, on apprend qu'entre 2019 et 2021, 198 contrôles en matière de travail clandestin ont été effectués au Luxembourg. Contrôles qui ont débouché sur 16 amendes pour un total de 41.500€. Un nombre d'entreprises épinglées assez faible au regard de ce phénomène qui tend donc à s'intensifier. Quelles solutions pourraient donc être mises en place afin de freiner cet accroissement? Le ministre pense savoir qu'une augmentation du nombre d'inspecteurs afin de renforcer les contrôles permettrait d'atteindre cet objectif.

Ce qui est déjà le cas dans un certain sens puisque le personnel de l'ITM est en constante augmentation : en 2021, plus de 200 personnes travaillaient à l'inspection du travail. De plus, il est important de noter que la lutte contre le  travail au noir relève également du champ d'action de l'administration des douanes et accises, de la police grand-ducale, des instances de la sécurité sociale et des institutions fiscales.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Alors que se profilent à l'horizon les congés collectifs, l'inspection du travail et des mines (ITM) a accordé moins d'autorisations exceptionnelles que par le passé.
Le chantier (colossal) permettra d'atteindre les 750 emplacements de stationnement souterrains.
Ce n'est pas parce que l'été est là que les inspecteurs de l'Inspection du travail ne filent pas sur le terrain pour vérifier le bon respect des règles de sécurité et administratives. Pour l'avoir oublié, nombre d'employeurs ont été sanctionnés.
Vue, prise le 10 octobre 2008 à Toulouse, d'un chantier de construction d'appartements neufs. Cent quatre-vingt mille salariés sont menacés de chômage dans le secteur du BTP en raison de la baisse de la construction dans le neuf, estime Alain Dinin, PDG du promoteur immobilier Nexity, dans une interview au Monde datée du 10 octobre 2008. AFP PHOTO  ERIC CABANIS
Toujours en pleine mutation, l'Inspection du travail et des mines (ITM) comptera 42 inspecteurs d'ici la fin de l'année et poursuivra ses embauches en 2020, assure le ministre du Travail. Le rapport 2018 indique que les contrôles et les amendes ont explosé.