Changer d'édition

135 millions d'euros dans la "tirelire" des générations futures
Luxembourg 31.03.2017 Cet article est archivé
Fonds souverain intergénérationnel

135 millions d'euros dans la "tirelire" des générations futures

Chaque année, le gouvernement injecte 50 millions d'euros dans ce Fonds
Fonds souverain intergénérationnel

135 millions d'euros dans la "tirelire" des générations futures

Chaque année, le gouvernement injecte 50 millions d'euros dans ce Fonds
"Piggies" par swister_p, via Flickr, CC
Luxembourg 31.03.2017 Cet article est archivé
Fonds souverain intergénérationnel

135 millions d'euros dans la "tirelire" des générations futures

Bérengère BEFFORT
Bérengère BEFFORT
Le ministre de l'Economie et des Finances a présenté ce vendredi le bilan 2016 du Fonds souverain intergénérationnel, cet établissement créé en 2015 pour garantir une épargne aux générations futures.

(ChB) - Le Fonds souverain intergénérationnel du Luxembourg (FSIL) a été créé en 2015, dans le cadre de la mise en oeuvre du "paquet d'avenir", pour garantir une épargne dont les revenus pourront être utilisés pour contribuer au bien-être des générations futures.

Le ministre de l'Economie et des Finances, Pierre Gramegna, a indiqué ce vendredi en marge du Conseil des ministres, qu'en deux ans, 135 millions d'euros ont été réunis.

Chaque année, le gouvernement réserve 50 millions d'euros issus du budget de l'Etat pour ce Fonds.

Parmi les revenus extraordinaires, 32 millions d'euros ont pu être ajoutés grâce à une augmentation de capital d'ArcelorMittal, dont l'État est actionnaire.

«L'argent est investi pour les générations futures. C'est une tirelire pour nos enfants», a déclaré le ministre, soulignant que ce système, une initiative du gouvernement, avait fait ses preuves dans d'autres pays.

Cet argent a été placé avec un rendement à 1,75%. Conformément aux quotas stratégiques définis par le comité directeur du Fonds, l'argent a été investi à 57% en actions, 40% en obligations et 3% en liquidités, conservées sur un compte.

La Cour des comptes a examiné les comptes annuels de 2015 et 2016 et les a validés.