Changer d'édition

131 rues rendent hommage à des femmes méritantes
Luxembourg 6 5 min. 08.03.2022
8 mars

131 rues rendent hommage à des femmes méritantes

La place de l’Hôtel de ville à Ettelbruck est dédiée à l'ancienne politicienne Madeleine Frieden-Kinnen.
8 mars

131 rues rendent hommage à des femmes méritantes

La place de l’Hôtel de ville à Ettelbruck est dédiée à l'ancienne politicienne Madeleine Frieden-Kinnen.
Photo: Arlette Schmit-Thiering
Luxembourg 6 5 min. 08.03.2022
8 mars

131 rues rendent hommage à des femmes méritantes

A l'occasion de la Journée internationale des droits des femmes, des rues et des places sont temporairement rebaptisées en l'honneur de femmes méritantes dans 14 communes, dont Ettelbruck.

(tb avec ast) «L'histoire oublie les femmes, les passe sous silence, minimise leurs actions. Et cette histoire a été écrite par des hommes. Celui qui décide de ce qui doit être retenu pour la postérité, selon quels critères la recherche doit être effectuée, décide également de ce qui peut être oublié, de ce qui n'est pas pertinent pour un récit historique», explique une réalisation du musée des femmes à Hittisau en Autriche.


Les femmes, premières victimes sociales de la pandémie
Surreprésentées dans les professions de première ligne, sursollicitées à la maison pour les tâches ménagères ou la garde des enfants, les femmes ont été davantage impactées socialement que les hommes par la pandémie.

Au Luxembourg, les femmes méritantes, fortes et couronnées de succès sont peu honorées. C'est notamment le cas dans la ville d'Ettelbruck, qui compte pas moins de 28 rues portant le nom d'un homme, mais seulement trois rues et deux places dédiées à une femme. Mais cela devrait changer. Du moins pour le reste du mois.

En effet, la Commission locale des relations humaines et de l'égalité des chances vient de mettre en lumière sept de ces femmes invisibles, selon la présidente de la Commission, Edmée Feith-Juncker. Pour ce faire, les responsables se sont associés à l'action du Conseil national des femmes luxembourgeoises (CNFL) à l'occasion de la Journée mondiale de la femme, célébrée le 8 mars, et ont créé sept panneaux explicatifs en l'honneur de femmes méritantes. Ceux-ci ont été placés dans des rues ou des places en fonction du contexte, sous les panneaux de signalisation réguliers.

Hommage à la première femme au gouvernement

Mardi matin, les responsables de la commission égalité de la commune d'Ettelbruck, le CNFL et les responsables communaux dévoilent par procuration l'un de ces panneaux d'information sur la place de l'Hôtel de ville. Avec le panneau supplémentaire «place Madeleine Frieden-Kinnen», les responsables rendent hommage à Mme Frieden-Kinnen (1915-1999), docteur en littérature. 

Celle-ci est devenue, lors du remaniement ministériel du 3 janvier 1967, la première femme membre d'un gouvernement luxembourgeois à devenir secrétaire d'État à la Jeunesse, à la Famille et à l'Éducation. En 1969, elle devient ministre de la Famille, de la Jeunesse et de la Solidarité sociale ainsi que ministre de la Culture et des Cultes dans le gouvernement Werner-Schaus II. En 1972, elle démissionne suite à l'affaire dite Burgfried et se consacre ensuite à l'aide au développement en Afrique.

Une rue porte le nom d'une détentrice de records

La ville d'Ettelbruck rend en outre hommage à Elsy Jacobs (1933-1998), la première championne du monde de cyclisme féminin, dans la rue du Deich, non loin des installations sportives. Jacobs, qui a découvert le cyclisme grâce à ses frères, a remporté en août 1958 à Reims les premiers championnats du monde féminins de cyclisme sur route devant les coureuses soviétiques favorites. Le 9 novembre de la même année, elle a ensuite établi un nouveau record du monde de l'heure à Milan sur le vélodrome Vigorelli, qui n'a été battu qu'en 1972. 

Ettelbruck aime aussi se commercialiser comme ville culturelle et a donc installé une plaque dans la rue de Bastogne, près du centre culturel, pour la violoncelliste et compositrice Lisa Berg (1978-2017). Musicienne de formation, elle a participé à diverses formations, souvent non classiques, en tant que soliste, musicienne d'orchestre et musicienne de chambre, et a été une enseignante de musique engagée à la Réidener Musekschoul.


Photo: AFP
Le LCGB réclame une meilleure égalité des genres
Le 8 mars marque la journée internationale des droits des femmes, l'occasion pour le LCGB de réclamer davantage d'égalité.

En proposant un large éventail de services sociaux dans la ville, dont le planning familial, Ettelbruck rend également hommage à Marie-Paule Molitor-Peffer (1929-1999). Cette gynécologue a été présidente du planning familial entre 1981 et 1992 et s'est engagée pour une éducation sexuelle moderne, pour l'accès aux moyens de contraception et pour la dépénalisation de l'avortement. Elle a également fait de la violence envers les femmes et de la maltraitance sexuelle des enfants un sujet de préoccupation.

La présidente du tribunal d'arrondissement et la résistante sont mises à l'honneur

Faisant partie de la ville du Nord, Ettelbruck distingue Raymonde Gonner-de Waha (1928-2007) dans la rue du Canal. Originaire de Diekirch et mère de quatre enfants, elle a été la première femme à être nommée juge au tribunal d'arrondissement de Diekirch, puis à en devenir la première présidente. Gonner-de Waha a occupé le poste de présidente du tribunal d'arrondissement entre 1980 et 1991.

Ettelbruck, presque entièrement détruite pendant l'offensive des Ardennes, érige également un monument symbolique à la résistante Berthe Schmitz (1906-1988) dans la rue du Cimetière. Dès la fin de l'année 1940, Schmitz avait adhéré à l'organisation de résistance LPL et avait notamment aidé à cacher des réfugiés politiques et des «Lëtzebuerger Jongen» qui s'étaient soustraits à la Wehrmacht. A l'asile d'Ettelbruck, où elle travaillait comme assistante médico-sociale, elle s'est en outre engagée efficacement dans l'organisation de la grève de 1942.


ACHTUNG: SPERRFRIST 7. MÄRZ 11:00 UHR. ACHTUNG: BITTE BEACHTEN SIE DIE SPERRFRIST: 07.03.2022 UM 11:00 UHR !! - ARCHIV - 13.07.2021, Berlin: ILLUSTRATION - Eine Frau steht in ihrer Wohnung an einem Fenster. (gestellte Szene - zu dpa: «Die Corona-Pandemie macht Frauen unglücklicher als Männer») Foto: Fabian Sommer/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
La pandémie a détérioré les conditions de vie des femmes
Selon une enquête de l'ONU Femmes publié en novembre 2021, quelque 45% de ces femmes dans 13 pays étudiés disent avoir été victimes, ou connaître une femme, qui a été victime de violences depuis le début de la pandémie.

Enfin, il existe à Ettelbruck un profond attachement à l'histoire du pays. C'est pourquoi une autre plaque de rue rend hommage à la comtesse Ermesinde (1186-1247), la fille d'Henri IV l'Aveugle. En 1197, elle devint comtesse de Bar et de Luxembourg et tripla la taille du comté jusqu'à sa mort en 1247. Grâce à son règne prudent, elle fit du Luxembourg une région florissante et accorda entre autres une charte au Luxembourg et à Echternach. Son lien avec Ettelbruck réside dans le nom donné au groupe scout local et c'est ainsi que sa plaque de rue a été placée dans la rue de Bürden, non loin du chalet scout.

Jusqu'à la fin du mois seulement

 Jusqu'au 30 mars, ces co-baptisations «féminines» de rues permettront de sensibiliser davantage le public aux femmes et de mettre en avant leurs mérites. Il ne reste plus qu'à souhaiter que ces panneaux trouvent un jour leur place définitive dans la commune.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet