Changer d'édition

130 «Péckvillerchers» sifflent dans son salon
Luxembourg 17 3 min. 21.04.2019

130 «Péckvillerchers» sifflent dans son salon

130 «Péckvillerchers» sifflent dans son salon

Photo: Chris Karaba
Luxembourg 17 3 min. 21.04.2019

130 «Péckvillerchers» sifflent dans son salon

Rita RUPPERT
Rita RUPPERT
Ils font partie du paysage luxembourgeois depuis plusieurs siècles. Les «Péckvillerchers» seront à l'honneur ce lundi, au traditionnel marché de l'«Éimaischen», dans les rues de la capitale. Depuis 28 ans, Katia Penez leur a créé un nid, chez elle.

Traduction Sophie Wiessler -  Tradition luxembourgeoise oblige, ce lundi de Pâques marque la 192ème édition du marché de l'«Éimaischen» dans les rues de la capitale et dans la commune de Nospelt, à Kehlen. Si le beau temps est au rendez-vous, ce sera également le cas de milliers de passionnés des «Péckvillerchers».

Ces petits oiseaux siffleurs seront exposés par centaines sur les marchés tout au long de la journée. Et Katia Penez attend de s'y rendre avec impatience.

Elle est l'heureuse propriétaire de 130 «Péckvillerchers» en argile et verre. Un seul coup d’œil du côté de sa belle maison en pierre suffit pour comprendre rapidement que la passionnée a un don pour embellir son jardin et sa demeure.

Œufs, lapins ou encore poules créés dans toutes sortes de matériaux, de différentes tailles et couleurs... aucun doute, Pâques pointe le bout de son nez du côté de chez Katia.

Le premier date de 1991

Quand elle ouvre la porte de sa maison, nos yeux tombent directement sur l'un des oiseaux siffleurs. «Oui, j'aime décorer», sourit la collectionneuse, avant de nous emmener directement vers sa salle d'exposition. Là, 130 «Péckvillerchers» ont façonné leur nid d'année en année. «En fait, il y en avait 131, mais malheureusement l'un d'eux est cassé», explique Katia.

«Le premier "Péckvillercher" que j'ai acheté date de 1991. C'est une amie d'école, Pascale Seil, qui l'avait créé. Depuis, j'en possède 23 autres de sa part. Je lui ai d'ailleurs commandé celui de cette année», raconte Katia Penez, avec une certaine fierté.

Actuellement, les nombreux oiseaux colorés sont exposés de façon décorative sur et dans des boîtes en bois dans son salon. L'arrangement effectué prouve à lui seul l'amour du détail de la maîtresse de maison. Environ deux douzaines ont été placées sur la table à manger. Tout ce qu'elle a à faire, c'est de s'assurer qu'Einstein, le chat, ne joue pas avec et qu'un spécimen tombe sur le sol. 

Même avec autant d'éléments, la collectionneuse passionnée sait exactement quel oiseau date de quand, où il a été acheté et auprès de quel artiste. Ou qui lui a donné.

Des spécimens venus de l'étranger

Elle en prend spontanément sur l'étagère et souffle dedans pour créer un sifflement, toujours avec le sourire. Chaque année, elle acquiert entre quatre et cinq nouveaux «Péckvillercher» et n'hésite donc pas à sortir le portefeuille. Elle n'est pas vraiment intéressée par le nom des artistes mais achète plutôt ce qui lui plaît.

Son partenaire, Gérard Kaps, sa famille et ses amis contribuent régulièrement à l'enrichissement de sa collection. Certains spécimens viennent même de l'étranger, du Portugal et de Croatie.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Avec l'Émaischen, ça piaille au Luxembourg
Le soleil printanier aidant, le traditionnel marché du lundi de Pâques où sifflent une fois par an les très recherchés «Péckvillercher», a attiré des milliers de visiteurs dans la vieille ville à Luxembourg, comme à Nospelt.
Péckvillercher in allen Farben und Formen begeisterten am Montag Hunderte Émaischen-Besucher in Luxemburg.
Tradition luxembourgeoise: Rencontre avec un fan des "Peckvillercher"
Ce lundi de Pâques, des milliers de Luxembourgeois vont partir à la découverte des Peckvillercher, ces petits oiseaux siffleurs qui serpentent le marché traditionnel de l'"Eimaischen". Nous sommes allés à la rencontre de Marc Einsweiler, un fabricant de Peckvillercher à Nospelt. Rencontre.
Nächstes Jahr hat er sich vorgenommen, weißen und schwarzen Lehm zu kombinieren.
L'Emaischen: à la recherche de l'oiseau rare
Incontournables du week-end de Pâques, les Péckvillercher. Ces oiseaux siffleurs en argile sont vendus exclusivement le lundi de Pâques lors de l'Emaischen à Luxembourg-ville et à Nospelt où le tout-Luxembourg se retrouve.