Changer d'édition

12.000 personnes s'y côtoient : Belval: 70% de la surface constructible est déjà vendue
Luxembourg 8 1 4 min. 11.07.2017

12.000 personnes s'y côtoient : Belval: 70% de la surface constructible est déjà vendue

Maurice FICK
Maurice FICK
12.000 personnes y travaillent et y vivent déjà. 2.400 personnes y ont acheté ou loué un appartement. 180 sociétés, commerces et restaurants s'y sont implantés. Le jeune quartier urbain de Belval a «fortement progressé» en 2016 et les projets comme «Naos» ou les «Capelli Towers» se bousculent.

Par Maurice Fick et Matthias Thiriat

12.000 personnes y travaillent et y vivent déjà. 2.400 personnes y ont acheté ou loué un appartement. 180 sociétés, commerces et restaurants s'y sont implantés. Le jeune quartier urbain de Belval à la frontière franco-luxembourgeoise a «fortement progressé» en 2016 et les projets  comme «Naos» ou les «Capelli Towers» se bousculent.

Vincent Delwiche, le directeur général d'Agora (la société qui planifie le développement de ces friches sidérurgiques de 120 hectares en cours de réhabilitation) nous parle de l'homogénéité de tous ces projets accueillant cette nouvelle communauté urbaine qui «utilise Belval» et des projets en cours de validation:

Sur le site au Sud du Luxembourg, le dynamisme de Belval est visible à l'œil nu. Les projets de résidences étudiantes «UNI-VAL II» et «Galileo», juste en face de la Maison des Sciences humaines, sont habité ou en cours d'achèvement. Les palissades de chantier sont en place et grues et engins s'activent sur de nouveaux chantiers comme les tours Capelli, le projet «Naos» ou «Rouden Eck», un immeuble de 60 appartements sur six niveaux dont le rez-de-chaussée est réservé aux commerces.

33.000 m2 de bureaux commercialisés en 1,5 an

Les «Capelli Towers» -du nom d'un investisseur franco-suisse- ce sont deux tours jumelles de 15 étages avec une terrasse pour chaque appartement et des terrasses panoramiques accessibles à la copropriété sur le toit. «Les tours seront terminées en 2019 et 90% des appartements sont vendus», assure le directeur général d'Agora en insistant sur «le confort à vivre» de ce projet qui «motive à vivre en ville».

A la sortie de l'axe Sud, le projet de construction des deux tours jumelles résidentielles «Capelli Towers» est lancé.
A la sortie de l'axe Sud, le projet de construction des deux tours jumelles résidentielles «Capelli Towers» est lancé.
Photo: Joaquim VALENTE

Juste en face, dans le prolongement de l'axe Sud, est sur le point de sortir de terre le projet «Naos», un immeuble de 14.000 m2 de commerces et de bureaux qui permettra à la société informatique ARHS et à la société d'audit et de services comptables A3T de ne plus se sentir à l'étroit dans leurs locaux actuels. «Il sera fini en 2019», promet Vincent Delwiche.

Le dynamisme vendu par Agora est encore plus tape à l'œil lorsque parlent les chiffres. Au cours des 18 derniers mois «nous avons commercialisé plus de 33.000 m2 de bureaux dans le Square Mile, le business district de Belval», résume Vincent Delwiche. Avant de lancer comme un credo maintes fois répété: «Sur 6 m2 de nouveaux bureaux actuellement construits au Luxembourg, 1 m2 l'est à Belval!»

Depuis 2003, Agora «a commercialisé 70% de la totalité de la surface constructible qui est de 1,35 million de mètres carrés», assure M. Delwiche. Au total 602.000 m2 accueillent des projets étatiques -notamment tous les bâtiments de l'Université du Luxembourg- et 370.000 m2, soit la moitié de la surface qui leur était réservée, a déjà été vendue aux promoteurs et investisseurs privés.

Ce vendredi 14 juillet, le conseil de gérance d'Agora finalise la décision finale pour l'appel à candidature pour trois lots majeurs sur le Central Square, dans le prolongement du parking, qui proposeront des logements et des bureaux. «C'est le premier regard qu'auront sur l'architecture luxembourgeoise» les gens qui accéderont à Belval par l'axe Sud.

Des « logements à la carte»

Parallèlement Agora a reçu le 30 juin les candidatures pour le Central Square. Ce sont 180.000 m2 qui doivent être réalisés au travers de 7 immeubles différents. Vu la proximité de ces immeubles entre eux et la complexité des infrastructures à réaliser nous voulons arriver à identifier les partenaires avec lesquels nous allons travailler de façon à pouvoir organiser ce  gigantesque chantier qui va s'étaler sur 5 à 6 ans facilement.

Si Agora se concentre en ce moment sur le Square Mile et les derniers terrains constructibles du côté de Belval Nord, c'est bien Belval Sud qui est en train de se dessiner un avenir. «C'est le seul quartier qui n'existe pas encore pour le moment mais nous comptons bien faire approuver le Plan d'aménagement particulier par le conseil communal de Sanem avant la fin de l'année», explique  Frank Vansteenkiste, président du conseil de gérance d'Agora depuis avril.

Pas moins de 500 logements verront le jour dans ce quartier exclusivement résidentiel et moins dense. C'est le seul où seront vendus des terrains pour maisons unifamiliales. «L'acquéreur pourra choisir son logement à la carte: c'est-à-dire s'il souhaite une façade de 6, 9 ou 12 mètres», explique Vincent Delwiche.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Kirchberg: de nombreux projets à venir
Amener davantage de monde à vivre au Kirchberg: c'est l'un des objectifs fixés par le Fonds Kirchberg par le biais de nombreux projets. Petit tour d'horizon des aménagements à venir dans ce quartier dans les années à venir.
Belval: «On ne veut pas d'une cité dortoir»
L'ancienne friche industrielle de Belval est en pleine rénovation depuis 2000: sous la houlette de la société Agora, elle accueille déjà, entre autres, la Rockhal et l'Université du Luxembourg. Quelles nouveautés les années à venir réservent-elles à ces hauts fourneaux abandonnés, lentement mués en lieu de vie, dix ans avant la fin prévue du projet ?
Les projets immobiliers se multiplient: La route d'Esch prépare sa renaissance
Une vingtaine de maisons bordant la route d’Esch, à proximité de la voie ferrée et du magasin Delhaize, sont aujourd’hui abandonnées : une situation étrange dans une ville où la demande de logements explose, mais temporaire car le long de cette route, les projets immobiliers foisonnent et certains ont déjà démarré.
Nouvel immeuble prévu à la place des numéros 262 à 270 route d'Esch