Changer d'édition

10 questions de mobilité: aux députés de trancher

10 questions de mobilité: aux députés de trancher

Luxembourg 3 min. 30.03.2018

10 questions de mobilité: aux députés de trancher

Christelle BRUCKER
Christelle BRUCKER
Le 19 avril, le ministre François Bausch aura toute une série de questions à poser aux députés luxembourgeois en vue de la nouvelle stratégie MoDu 2.0 pour la mobilité à l'horizon 2035.

Ce jeudi, François Bausch, ministre du Développement durable et des Infrastructures, a présenté le document de préparation au débat sur le thème de la mobilité qui aura lieu à la Chambre des députés le 19 avril prochain. 

Après la stratégie "MoDu" lancée en 2012, le ministre veut "un saut qualitatif" pour passer à "MoDu 2.0". Cette nouvelle stratégie doit créer une meilleure offre de mobilité et dissocier la croissance économique des flux de trafic, autrement dit, le but est d'éviter l'augmentation des mouvements journaliers liés à la création de nouveaux postes de travail.  

C'est à 7 heures que ça coince le plus

On apprend dans ce document préparatoire que, chaque jour, entre déplacements domicile-travail, déplacements privés et déplacements liés à la scolarité, trois grands pics d'affluence se dégagent:

  • 7h00: à ce moment-là, près de 200.000 personnes se trouvent en transit,
  • 12h00: à la pause méridienne, 110.000 personnes,
  • entre 17h00 et 18h00: 150.000 personnes.

Les députés auront à se prononcer sur 10 questions-clés, dont le contexte est très précisément décrit dans le document que leur a préparé François Bausch:

  1. Faut-il adapter les infrastructures et l’offre des transports aux pics horaires, ou plutôt étaler ces pics grâce à une gestion de la demande aux heures de pointe?
  2. Faut-il promouvoir le covoiturage systématique afin d’augmenter le taux d’occupation des voitures privées pour les trajets domicile-travail?
  3. Quels objectifs de parts modales pour les trajets domicile-travail à l’horizon 2025?
  4. Quels objectifs de parts modales sur le trajets domicile-éducation à l’horizon 2025?
  5. Faut-il intégrer systématiquement les infrastructures cyclables dans les projets routiers?
  6. Quels modes de transport économes d’espace public prioriser aux heures de pointe?
  7. Quels objectifs de qualité et de continuité de service pour les transports en commun?
  8. Quelles actions concrètes proposer aux 4 acteurs de la mobilité (particuliers, entreprises, État et communes)?
  9. Citez les outils nécessaires pour améliorer la mobilité au Luxembourg.
  10. Quelle vision cohérente pour la mobilité au-delà de 2025, à savoir 2035?

Exemple d’une approche basée sur la demande projetée: l’analyse d’un premier corridor de transport, entre Esch et Luxembourg, le long de l’autoroute A4.

Elle montre que le système de transport le plus adapté aux besoins en 2035 sera vraisemblablement une ligne de tram "rapide" intégrée au réseau tram de la capitale et alimentée par un nouveau pôle d’échange à Foetz et par le prolongement de la ligne aux nouveaux quartiers de Esch et de Belval. L'étude sera achevée en juin 2018.

34 à 54 minutes pour rejoindre son travail  

Sur la question du temps de trajet des résidents et des frontaliers, le document cite de nouveau l'étude Luxmobil de 2017.  On voit que ce sont les Belges qui parcourent le plus de kilomètres pour se rendre au travail (42 km en moyenne) contrairement aux Luxembourgeois, plus proches de leur lieu d'activité mais qui se déplacent plus lentement (trajets possibles à pied ou à vélo).

Peu de résidents prennent les transports en commun alors que la moitié de leurs trajets à effectuer ne dépassent pas les 5 km. Ils préfèrent toujours la voiture. François Bausch veut donc systématiser les pistes cyclables le long des routes.

De leur côté, les CFL transportent près de 90.000 passagers par jour ouvrable, ce qui représente une croissance, inégalée en Europe, de 60 % entre 2005 et 2015. L'exploitation actuelle est particulièrement fragile puisque le réseau ferré existant est à sa capacité maximale.

Un train sur 10 en retard, un sur 40 supprimé

La faiblesse principale de ce réseau historique, souligne le ministère des Infrastructures, vient du fait que différentes lignes se croisent à l’entrée de la gare de Luxembourg. Conséquence: 40 % des retards sont dus à cet effet "domino", un train entraîne le retard d'un train d'une autre ligne qui devra attendre que le premier libère la voie pour entrer en gare à son tour.

En 2017, un train sur 40 a dû être supprimé à cause de l'effet "domino" et un sur 10 accusait un retard d'au moins 6 minutes.

  • Consultez le document de préparation fourni aux députés dans son intégralité:



Sur le même sujet

Transports gratuits au Luxembourg: les réponses aux questions
La gratuité des transports est sans conteste l'une des mesures phares du gouvernement Bettel pour cette coalition 2018-2023. Le Luxembourg est en effet le premier pays à introduire une telle mesure à l'échelle nationale. Quelles en sont les modalités? Réponses.
Lokales, 1 Jahr Tram, Mobilität,Kirchberg. Foto: Gerry Huberty
«MoDu 2.0» : 4 objectifs et de grands projets pour mieux circuler d'ici 2025
Rendre le trafic plus fluide aux heures de pointe au Luxembourg d'ici 2025, en transportant 20% de personnes de plus qu'aujourd'hui. Pour y parvenir, la nouvelle stratégie pour une Mobilité Durable (MoDu 2.0), dévoilée mardi par le ministre François Bausch, vise quatre grands objectifs chiffrés, propose une cinquantaine de mesures et liste les grands projets en cours et à venir.
Mobilité: Trop de voitures: les 5 solutions de François Bausch
Bouchons, pollutions, accidents... La voiture, privilégiée par les Luxembourgeois mais aussi par les frontaliers, pose de nombreux problèmes. François Bausch, ministre des Infrastructures, a décidé d'agir face à ce fléau: application de covoiturage, car-sharing, panneaux signalétiques de déviations, abattement fiscal sur les véhicules non polluants... Il nous explique ce qui vous attend pour l'année 2017.