Changer d'édition

10 ans après l'accident ferroviaire de Zoufftgen: Les CFL et la SNCF se recueillent
Luxembourg 15 11.10.2016

10 ans après l'accident ferroviaire de Zoufftgen: Les CFL et la SNCF se recueillent

Anne FOURNEY
Anne FOURNEY
Des représentants syndicaux et des membres des directions des deux compagnies de chemin de fer se sont rassemblés mardi à l'endroit où, dix ans plus tôt, deux trains se percutaient provoquant la mort de six personnes.

(AF) - Le rendez-vous était fixé à 14h30 mardi, sur les lieux de l'accident, dans la forêt, près de Zoufftgen. Là où un monument a été érigé, en 2009, en mémoire des victimes de l'accident de train du 11 octobre 2006 qui avait fait six morts et 16 blessés dont deux graves.

Sur la petite route qui traverse la forêt entre Zoufftgen et Dudelange plusieurs chemins s'enfoncent dans les bois. L'un d'eux, plus large et clos par une barrière, mène au monument. Il a été érigé à quelques pas de l'accident: deux stèles de granit sur un socle de même matière. Une simple inscription pour rappeler l'accident et la date.

Dans cette clairière paisible, des hommes arrivent au compte-gouttes, depuis 14 heures. Vers 14h15, un train de marchandises passe en grinçant et évoque bien sûr des sons qui ont dû être bien plus terribles, fracassants et puissants, à ce même endroit, il y a dix ans. Un TER Lorraine passe d'ailleurs quelques instants plus tard.

Cette commémoration ne réunit que la direction et des employés des CFL (Chemins de Fer Luxembourgeois) et de la SNCF (Société Nationale des Chemins de Fer français). Des représentants syndicaux sont aussi présents, ainsi que le maire de Zoufftgen. Une vingtaine de personnes en tout.

La cérémonie est brève. La direction des deux sociétés, ainsi que des délégués syndicaux, vont déposer une gerbe de fleurs au pied du monument. Jacques Weill, directeur régional de la SNCF, prononce un discours sobre, soulignant que c'est en pensant aux victimes que "nous prenons chaque jour conscience de l'importance de la sécurité dans notre travail". L'assistance a ensuite observé une minute de silence.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet