Changer d'édition

1,5 milliard d'euros au menu pour la recherche
Luxembourg 3 min. 25.02.2020

1,5 milliard d'euros au menu pour la recherche

Le gouvernement donne un coup de pouce supplémentaire de 20 millions d'euros aux chercheurs qui ont obtenu un financement européen.

1,5 milliard d'euros au menu pour la recherche

Le gouvernement donne un coup de pouce supplémentaire de 20 millions d'euros aux chercheurs qui ont obtenu un financement européen.
Photo: Marc Wilwert
Luxembourg 3 min. 25.02.2020

1,5 milliard d'euros au menu pour la recherche

Olivier TASCH
Olivier TASCH
Pour faire du pays une «société de la connaissance», le gouvernement entend investir 1% du PIB d'ici 2023. La stratégie élaborée pour y aboutir a été présentée ce mardi par le ministre de la Recherche, Claude Meisch.

Pour ne pas rater le train numérique en marche et poursuivre sur la voie de la diversification économique, le gouvernement entend donner un coup de fouet à la recherche. L'objectif est d'investir l'équivalent de 1% du PIB d'ici 2023, contre 0,65% aujourd'hui.  La stratégie nationale présentée par Claude Meisch (DP) ce mardi, plaide clairement en faveur de la recherche appliquée, autrement dit qui présente une finalité économique. L'objectif officiel est de créer «une société de la connaissance durable, diverse et numérique» afin «d'assurer la prospérité du pays».  

La stratégie s'articule autour de quatre grands axes: transformation industrielle et des services, développement durable et responsable, santé personnalisée et éducation. Des domaines qui ne doivent pourtant «pas se penser de manière isolée mais plutôt comme s'influençant mutuellement», selon Claude Meisch.   


LIST
Le Luxembourg va créer son «jumeau numérique»
Disposer d'une copie virtuelle du Grand-Duché doit aider à la prise de décisions politiques délicates à l'avenir.

Les financements publics constituent évidemment le nerf de la guerre et ceux-ci sont d'ailleurs revus à la hausse. Des dotations supplémentaires de sept millions d'euros cette année et de neuf millions en 2021 sont prévues. Les cinq centres de recherche et l'Université de Luxembourg se voient ainsi attribuer près de 1,5 milliard d'euros sur la période 2018-2021.   

Mais à quoi servent tous ces montants? Précisément à mettre en œuvre la stratégie et ses quatre champs de recherche. Lesquels se déclinent en 19 points plus spécifiques. Pour la transformation industrielle, par exemple, le gouvernement table sur les télécommunications spatiales et l'observation de la Terre et des ressources spatiales. En droite ligne avec la stratégie spatiale du pays, à l'instar de la future implantation du Centre européen d'innovation pour les ressources spatiales au Grand-Duché. Pour l'éducation, le ministère planche sur l'apprentissage dans une société multilingue pour répondre aux spécificités du pays ou encore sur l'apprentissage tout au long de la vie.

«Les points retenus correspondent aux défis qui se présentent à nous», résume le ministre de la Recherche. «Il s'agit de consolider ce qui existe déjà, de se baser sur nos forces.» Pas question donc de faire la révolution, la stratégie s'appuie sur un vaste processus de consultation des différents acteurs de la recherche effectué entre avril et novembre 2019. S'y retrouvent ainsi une pincée du plan Rifkin, une louche du plan climat ou encore une cuillerée de diverses recommandations ministérielles.  

Prime d'encouragement

A noter que le ministère encourage désormais les chercheurs qui puisent dans les sources de financements européens. Une sorte de prime au mérite a ainsi été introduite pour ceux  qui signent un contrat dans le cadre du programme Horizon 2020. Une enveloppe de 20,5 millions d'euros est ainsi allouée jusqu'en 2021.  

Parmi tous les projets soumis par le Grand-Duché depuis 2014, 16,8% ont été retenus par l'UE alors que la moyenne européenne se situe à 11,9%. Selon Claude Meisch, cette prime est autant un encouragement qu'une récompense «car l'obtention de crédits européens démontre le niveau de compétitivité de la recherche luxembourgeoise». Ce bonus vise à consolider cette assise et pourquoi pas à attirer de nouveaux talents.


Sur le même sujet

Les robots sortent les autistes de leur bulle
Créés au Luxembourg, deux QT robots vont devenir les nouveaux compagnons d'apprentissage des enfants du Centre pour jeunes présentant un trouble du spectre de l'autisme. L'orthophoniste Sonia Saraiva connaît tout leur potentiel.
Le code fera sa rentrée en septembre
Les élèves du cycle 4 de l'école fondamentale seront les premiers à bénéficier de leçons sur ce langage informatique. A l'heure du tout-digital, le programme sera ensuite développé jusqu'au lycée.
Moins d'un tiers des lycéens suivent une «classe iPad»
Quelque 649 classes travaillent avec des tablettes tactiles à travers le pays, à en croire les chiffres du ministère de l'Education nationale publiés mardi. Encore loin des objectifs gouvernementaux. Si la pratique se répand, aucune évaluation du dispositif n'est à l'ordre du jour.
Les outils informatiques équipent des classes dans tous les lycées du pays, assure le ministère de l'Education nationale.
Evaluation réussie pour le LIST, le LISER et le LIH
Les trois centres de recherche publics du pays ont été scrutés durant trois ans par 35 experts internationaux. Le ministre de la Recherche, Claude Meisch, a livré mercredi après-midi les résultats de cette enquête inédite.