Changer d'édition

1.011 véhicules polluants mis hors circulation
Luxembourg 2 min. 12.08.2021
Environnement

1.011 véhicules polluants mis hors circulation

Depuis 2018, les moteurs essence sont plus vendus que les diesels au Grand-Duché.
Environnement

1.011 véhicules polluants mis hors circulation

Depuis 2018, les moteurs essence sont plus vendus que les diesels au Grand-Duché.
Luxembourg 2 min. 12.08.2021
Environnement

1.011 véhicules polluants mis hors circulation

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
En 2020, les contrôles techniques luxembourgeois n'ont laissé aucune tolérance aux moteurs diesel rejetant trop de particules. Mais si durcissement des tests il doit y avoir, cela se fera en suivant les exigences européennes, annonce le ministre François Bausch.

Etat des freins, des essieux, de l'éclairage, des pneumatiques. Tout cela, le contrôle périodique exigé pour  les véhicules automoteurs le surveille de près. Et c'est avec la même vigilance que sont mesurées les «nuisances environnementales». A savoir bruit et gaz d'échappement. Et c'est sur cette dernière série de tests que plus d'un millier de véhicules diesel ont été recalés l'an passé. Leur nombre exact? 1.011 voitures ou camionnettes, toutes «rejetées pour non-conformité constatée en appliquant la méthode du mesurage de l'opacité de la fumée en accélération libre». 


19.8. Sandweiler / SNCT / Societe Nationale Controle Technique / Kontrollstation Foto: Guy Jallay
17.000 véhicules rouleraient sans contrôle technique
Nombre de conducteurs luxembourgeois circulent actuellement sans certificat valide, et pour cause. Les centres de contrôle technique ayant été fermés durant le confinement, les propriétaires ont omis de faire vérifier leur voiture ou camionnette.

Le ministre de la Mobilité a dévoilé ce chiffre, à l'occasion d'une réponse parlementaire. S'adressant au député Mars di Bartoloméo (LSAP), l'écologiste François Bausch a aussi indiqué qu'une réforme de cette mesure de la pollution émise était à prévoir bientôt.

Celle-ci pourrait d'ailleurs s'appuyer sur l'expérience que s'apprêtent à tenter les voisins belges. Ainsi, à compter de juillet 2022, les centres de contrôle technique du royaume disposeront tous de nouveaux compteurs de particules, plus sensibles. Des appareils permettant de détecter un filtre à particules défectueux ou absent sur les véhicules diesel plus récents. 

Ce modèle pourrait ainsi être suivi par le Grand-Duché, si son efficacité était reconnue. Une chose est pourtant certaine aux yeux de François Bausch : l'actuel système luxembourgeois de mesure de l'opacité de la fumée en accélération libre pour les motorisations diesel est devenu obsolète. Donc «une réforme du contrôle des émissions serait pertinente».


Lok , Autofestival in Coronazeiten , 2021 , Foto:Guy Jallay/Luxemburger Wort
«Les moteurs thermiques en ont encore pour dix ans»
Pour Philippe Mersch, président de la Fedamo, si les ventes observées pendant l'Autofestival 2021 restent marquées par une part plus importante des véhicules hybrides et électriques, cette tendance ne signifie pas encore la fin des voitures essence et diesel.

Mais le ministre de la Mobilité pencherait plutôt pour suivre la voie tracée par «une approche harmonisée au niveau européen». Cela garantirait, selon lui, des conditions homogènes en matière du contrôle des émissions à travers toute l'Union européenne.

Sachant que désormais, les filtres à particules ne concernent plus seulement les diesels, certaines motorisations essence (à injection directe à partir de la Norme Euro 6c) disposent de tels filtres. Il faudrait donc intégrer aussi ces modèles dans les normes futures. 

Dans l'attente de cette adaptation au niveau européen, pas de changement à envisager, freine François Bausch.


Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

En phase de test depuis deux ans sur les routes de la Grande Région, les voitures capables de circuler sans intervention humaine poursuivent leur apprentissage. Un processus dont tire profit le Luxembourg, qui se profile en laboratoire de la mobilité de demain.
Sur les 2.202 véhicules de la flotte automobile des administrations d'Etat, les motorisations thermiques sont encore (largement) dominantes. Mais les achats s'orientent toutefois vers plus de modèles hybrides ou 100% électriques.