Changer d'édition

1.000 Ukrainiens iront à l'école après Pâques
Luxembourg 4 min. 11.04.2022
Enseignement

1.000 Ukrainiens iront à l'école après Pâques

La scolarisation des réfugiés ukrainiens pose des défis majeurs au ministère de l'Éducation nationale.
Enseignement

1.000 Ukrainiens iront à l'école après Pâques

La scolarisation des réfugiés ukrainiens pose des défis majeurs au ministère de l'Éducation nationale.
Photo: Getty Images
Luxembourg 4 min. 11.04.2022
Enseignement

1.000 Ukrainiens iront à l'école après Pâques

Le ministère de l'Éducation nationale travaille à la mise en place d'une offre scolaire pour les enfants réfugiés ukrainiens. Les écoles internationales jouent un rôle important.

(BaL avec Michèle GANTENBEIN) Environ 1.000 mineurs ukrainiens ont été signalés au ministère de l'Education nationale comme devant être intégrés dans le système scolaire après les vacances de Pâques. Selon le premier conseiller de gouvernement au ministère, Pierre Reding, environ 500 élèves seront présents dans les salles de classe dès la première semaine.


Un enseignant sur trois quitte le métier après cinq ans d'activité en Belgique.
Le Luxembourg manque de bras pour faire l'école aux réfugiés
Pour faire face à l'afflux massif de réfugiés venus d'Ukraine, le ministère de l'Education nationale prévoit l'embauche de nouveaux professeurs.

Les enfants du cycle 1 suivront le système luxembourgeois classique, tandis que les autres élèves du fondamental auront le choix entre une école luxembourgeoise ou une école internationale. Selon Pierre Reding, 90% des familles ont une préférence pour une école internationale.

Dans le système luxembourgeois classique, la scolarisation a lieu dans une classe d'accueil au choix en allemand ou en français. Dans les écoles internationales, les élèves seront scolarisés dans des classes d'accueil anglophones auxquelles sont affectés des «médiateurs interculturels» de langue ukrainienne. Dans la mesure du possible, un accueil dans une maison relais est proposé à tous les enfants du fondamental.

Six écoles internationales

Les élèves du secondaire fréquentent, pour leur part, tous une école internationale. Six écoles sont au choix des réfugiés: le Lycée Edward Steichen à Clervaux, l'école Anne Beffort à Mersch, le Lycée de Lënster à Junglinster, le Lycée Michel Lucius dans la capitale, l'EIDE à Differdange et Esch/Alzette et le Lycée de Mondorf-les-Bains.


online.fr, Familie Reuter, ukrainische Familie  wurde aufgenommen Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
La vie à l'épreuve de la guerre
Ils ont fui la ville d'Ivano-Frankivsk aux premières heures de la guerre. Depuis le 6 mars, Yurii, Nataliia, Ostap et Mariia ont trouvé refuge à Strassen, où ils écrivent un nouveau chapitre de leur vie aux côtés de Bernadette et Etienne Reuter.

Toutes les écoles ont des antennes locales. Cela signifie que les élèves sont scolarisés soit dans l'école, soit dans une antenne. Par exemple, une antenne du Lycée de Lënster se trouve à Sandweiler. Six salles de classe y sont vides et peuvent être utilisées.

500 à 1.000 élèves supplémentaires, cela signifie également des classes et des enseignants supplémentaires. Avant les vacances de Pâques, le Parlement a voté une loi qui assouplit les conditions de recrutement des enseignants dans le système international. Les écoles peuvent (mais seulement jusqu'à fin 2022) recruter des enseignants qui ont moins de cinq ans d'expérience professionnelle à l'étranger.

En outre, la loi prévoit le recrutement de 80 médiateurs de langue ukrainienne. Ils obtiennent un contrat à durée déterminée et doivent accompagner et faciliter l'intégration scolaire des enfants réfugiés et veiller à une bonne compréhension, ceci également dans le contexte où une partie des enfants est traumatisée par la guerre.

Des classes d'accueil

L'offre scolaire repose sur l'idée que les élèves sont avantagés par le système anglophone. «Leur objectif est de retourner en Ukraine. L'anglais joue un rôle important dans le système scolaire local», explique Pierre Reding. Cette offre a donc été mise en place dans le cadre d'un échange avec la communauté ukrainophone du Luxembourg. 


schule
Comment réussir l'intégration des élèves ukrainiens
Deux scientifiques donnent leur éclairage sur la manière dont l'école devrait prendre en charge les enfants et les jeunes Ukrainiens qui se sont réfugiés au Luxembourg.

Par ailleurs, le regroupement des élèves dans des classes anglophones permet une scolarisation et un encadrement centralisés des nouveaux arrivants. Ils sont scolarisés dans ce que l'on appelle des «classes d'accueil», comme les autres enfants de réfugiés qui viennent d'arriver dans le pays. «Toutefois, aucun élève ne doit être placé dans une classe d'accueil s'il peut suivre l'enseignement traditionnel», précise Pierre Reding.

Les élèves qui souhaitent suivre leurs cours dans leur pays d'origine via internet peuvent le faire, mais cela ne les dispense pas de l'obligation scolaire. Ils doivent donc quand même aller à l'école au Luxembourg.

Les enfants souffrant d'un handicap, bénéficient, comme tous les enfants à besoins spécifiques, d'un encadrement scolaire spécial adapté à leurs besoins. Selon Pierre Reding, une demi-douzaine d'enfants sont dans ce cas et ont été signalés au ministère. 

Des cours pour les adultes

Pour les élèves qui étaient sur le point d'obtenir leur diplôme en Ukraine, des classes dites «passerelles» sont organisées sur le modèle international du Lycée Michel Lucius, dans lesquelles ils peuvent obtenir un niveau A ou un niveau AS, et donc leur diplôme, et ont accès à des études supérieures.


«Il faut parler de la guerre ouvertement avec les enfants»
Plutôt que de cacher ou de minimiser le conflit armé russo-ukrainien à leur enfant, les parents doivent essayer d'avoir des conversations sur la guerre avec les plus jeunes. La pédopsychiatre Salima Aarab détaille les bonnes pratiques.

Il existe également une solution pour les élèves qui ont obtenu leur baccalauréat en Ukraine et qui souhaitent étudier. Selon Pierre Reding, le diplôme de fin d'études secondaires ukrainien n'est pas reconnu en Europe. Les élèves n'ont donc pas accès aux études supérieures. Pour eux, l'Ecole nationale pour adultes(ENAD) organise également des classes passerelles. Ils peuvent y obtenir un «Diplôme d'accès aux études supérieures» (DAES), qui leur donne accès à des études supérieures. Entre 30 et 40 personnes sont dans ce cas, explique Pierre Reding. Seuls les étudiants ukrainiens qui étaient déjà en deuxième année ont accès aux études supérieures.

Pour les adultes intéressés par des cours de langue, le «Service de la formation des adultes» (SFA) a, d'après Pierre Reding, libéré 600 places dans des cours de français. L'Institut national des langues (INL) propose des cours d'allemand et d'anglais . 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

La commune de Contern se préparait à accueillir 1.000 réfugiés ukrainiens dans un entrepôt de la zone industrielle. Mais après un mois de préparation, le gouvernement a décidé de reporter l'ouverture en raison de prétendus problèmes de sécurité.
Contacto, Point de collecte Ukraine, Flüchtlingen, Réfugiés, Ukraine, Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort