Changer d'édition

Santé : La grippe fait des victimes plus jeunes cet hiver
 L'épidémie a concerné lors de la première semaine de l'année toutes les régions métropolitaines, mais elle a reculé par rapport à la dernière de 2017.

Santé : La grippe fait des victimes plus jeunes cet hiver

©Artfoliophoto / Istock.com
L'épidémie a concerné lors de la première semaine de l'année toutes les régions métropolitaines, mais elle a reculé par rapport à la dernière de 2017.
Lifestyle 2 min. 11.01.2018

Santé : La grippe fait des victimes plus jeunes cet hiver

Virginie ORLANDI
Virginie ORLANDI
L'épidémie de grippe tue cet hiver des patients plus jeunes que d'habitude, selon des données publiées mercredi par Santé publique France.

(AFP) - L'épidémie de grippe tue cet hiver des patients plus jeunes que d'habitude, selon des données publiées mercredi par Santé publique France.

"Un excès de mortalité toutes causes est observé chez les 15-64 ans" dans la semaine du 11 au 17 décembre, a écrit l'agence sanitaire dans son bulletin de surveillance hebdomadaire.

Le lien avec la maladie n'est pas certain. "À ce stade, la mortalité due à la grippe n'a pas encore été déterminée", a souligné une porte-parole de Santé publique France.

Mais un autre indice laisse penser que l'épidémie de 2017-2018 est virulente avec des malades moins âgés que d'habitude.

Alors que les plus de 14.000 morts "attribuables à la grippe" de 2016-2017 étaient à 91% âgés de 75 ans et plus, la répartition des décès parmi les "cas graves" observés depuis le 1er novembre est différente.

"Parmi les cas admis en réanimation, 70 sont décédés: trois étaient âgés de moins de cinq ans, 29 de 15 à 64 ans et 38 de 65 ans et plus", a souligné Santé publique France.

Ce bilan est très lacunaire par rapport à celui que les autorités sanitaires peuvent établir en mars, et qui intègre des malades décédés à leur domicile ou en maison de retraite.

Mais lors d'une conférence de presse le 5 janvier, la ministre de la Santé Agnès Buzyn avait relevé ce caractère atypique de l'épidémie.

"C'est une épidémie qui est sévère cette année (...) avec une souche de virus qui circule et qui est assez peu connue par le système immunitaire des jeunes. Il y a beaucoup d'enfants et de jeunes qui aujourd'hui consultent aux urgences", avait-elle dit.

L'épidémie a concerné lors de la première semaine de l'année toutes les régions métropolitaines, y compris la Corse qui était jusque-là en "pré-épidémie". Mais elle a reculé par rapport à la dernière de 2017.

Les passages aux urgences - plus de 8.500 passages -, ont baissé d'un quart, et les consultations de médecins pour syndrome grippal, 423 pour 100.000 habitants, d'un cinquième. 

La France figure parmi les 10 pays européens où l'épidémie a une "activité d'intensité modérée", tandis que "28 autres ont signalé une activité d'intensité faible".

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Epidémie de rougeole: Une femme de 32 ans meurt à Poitiers
Une jeune femme est morte à Poitiers, victime de l'épidémie de rougeole qui sévit en Nouvelle-Aquitaine, un drame qui illustre pour les autorités sanitaires les dangers d'un taux de vaccination insuffisant contre cette maladie très contagieuse pour laquelle n'existe aucun traitement.
L'Agence régionale de santé (ARS) de Nouvelle-Aquitaine recense à ce jour 269 cas confirmés, dont un quart (66) a nécessité une hospitalisation.