Mauvaise pub

Dove s'excuse pour une publicité jugée raciste

«Dans une image publiée cette semaine, nous sommes passés à côté en pensant représenter les femmes de couleur, et nous regrettons profondément le tort que cela a causé».
«Dans une image publiée cette semaine, nous sommes passés à côté en pensant représenter les femmes de couleur, et nous regrettons profondément le tort que cela a causé».
Capture écran

La marque de cosmétique Dove, propriété du géant néerlandais Unilever, a présenté ses excuses et reconnu être «passée à côté» après avoir diffusé en ligne une publicité qui lui a valu de nombreuses accusations de racisme.

«Dans une image publiée cette semaine, nous sommes passés à côté en pensant représenter les femmes de couleur, et nous regrettons profondément le tort que cela a causé», a déclaré la marque dans un message posté sur les réseaux sociaux Facebook et Twitter.

La vidéo en question, une publicité d'une durée de trois secondes pour un savon liquide, montrait une femme noire enlever un tee-shirt pour laisser apparaitre une femme blanche, qui elle-même enlève son tee-shirt et laisse apparaître une troisième femme.

La vidéo, initialement diffusée sur la page Facebook de Dove aux États-Unis et supprimée depuis, a été largement reprise et dénoncée par les internautes à travers le monde.

«La publicité Dove est raciste, irresponsable, insensible, déconnectée, désagréable, et devrait recevoir le prix de l'oignon pourri», a ainsi tweeté lundi @LebonaMoleli.

«Être noir c'est être sale et indésirable?», a posté @Social_Heretic, appelant au boycott des produits Dove et Unilever.

Le mot clé #BoycottDove était largement repris sur le réseau social lundi matin.

A la Bourse de Londres à 07H30 GMT, le cours de l'action Unilever était en légère baisse de 0,39% dans un marché stable.

En 2013 déjà, une marque de cosmétiques du géant Unilever avait dû présenter des excuses après la polémique créée par un concours en Thaïlande autour d'un produit éclaircissant la peau.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.